HomeNon classéHyperéosinophilies : démarche diagnostique

Hyperéosinophilies : démarche diagnostique

Published on

spot_img

Adresse http://www.univ-lille2.fr/immunologie/hei/diagnos.htm
Hyperéosinophilies et signes respiratoires :

Contexte évocateur de :

  • Parasitoses
  • ABPA
  • Allergie
  • Prise médicamenteuse (voir chapitre Etiologies : HE Réactionnelles : HE Iatrogéniques)
  • Tumeurs (carcinomes, métastases, lymphangite carcinomateuse…), (voir chapitre Etiologies : HE Réactionnelles : Cancers)

Toute cause d’épanchement pleural peut entraîner un afflux local d’éosinophiles (pleurésie à éosinophiles post-traumatique notamment).

L’asthme avec hyperéosinophilie élevée et persistante doit faire rechercher d’autres causes (asthme intrinsèque, parasitose, ABPA, Syndrome HyperEosinophile (SHE)) et surtout une maladie systémique (angéite de Churg et Strauss).

Dans certaines circonstances, aucune cause n’est retrouvée: c’est le cas devant certains tableaux cliniques évoquant un syndrome de Löffler ou surtout devant une pneumonie chronique à éosinophiles (Maladie de Carrington).

Hyperéosinophilies et signes cutanéo-muqueux :

Contexte évocateur :

  • De vascularites (angéite de Churg et Strauss)
  • De réactions d’hypersensibilité (dermatite atopique, urticaire, angio-oedème, dermatites parasitaires, piqûre d’insectes, réaction médicamenteuse)
  • De lymphopathies T (lymphomes, mycosis fungoïde, syndrome de Sezary, papulose lymphomatoïde),
  • De mastocytoses systémiques
  • De maladies bulleuses (pemphigoïde bulleuse…)
  • De rhumatisme psoriasique.

Le prurit est un signe fréquent d’alarme ou d’accompagnement de l’hyperéosinophilie associée

  • Prise médicamenteuse
  • Allergie
  • Parasitose
  • Hémopathies (voir chapitreEtiologies : HE et Hémopathies)

Des aphtes avec hyperéosinophilie

  • Maladie de Behcet
  • Manifestation prodromique d’un SHE (voir chapitre Etiologies : Hyperéosinophilies Chroniques Inexpliquées)

Différentes dermatoses éosinophiliques plus rares ont été décrites :

  • Syndrome de Wells
  • Maladie de Kimura
  • Maladie d’Ofuji
  • Granulome éosinophile de la face de Lever
  • Incontinentia pigmenti
  • L’angio-oedème cyclique avec hyperéosinophilie
    • Prise de poids avec oedèmes volumineux d’apparition brutale et de résolution plus ou moins rapide associés à une élévation massive, transitoire de l’hyperéosinophilie sanguine
    • Présence fréquente d’une hyper-IgM sérique

Hyperéosinophilies et signes hépato-digestifs :

Contexte évocateur :

  • Parasitoses
  • Maladies inflammatoires du tube digestif
    • Maladie coeliaque
    • Maladie de Whipple
    • Rectocolite hémorragique
    • Maladie de Crohn.
  • Hémopathies à localisation digestive
  • La Gastro-Entérite à Eosinophiles (GEE)
    • Elle s’observe souvent dans un contexte d’atopie (allergie alimentaire ?) avec parfois des taux élevés d’IgE sériques, surtout chez l’enfant. La disposition particulière de l’infiltrat d’éosinophiles au niveau de chacune des structures pariétales intestinales entraine des manifestations variées.
    • L’atteinte de la séreuse peut s’accompagner d’un tableau de pseudopéritonite avec une ascite riche en polynucléaires éosinophiles
    • L’atteinte de la musculeuse peut donner un tableau de sub-occlusion identique à celui que l’on peut observer dans l’anisakiase (formation pseudotumorale).
    • L’infiltration de la muqueuse est fréquente avec entéropathie sévère et syndrome de malabsorption.
    • La distinction entre GEE et SHE à localisation digestive peut être difficile.

Atteintes hépatiques avec hyperéosinophilie

  • Parasitose
  • Médicaments
  • Cancers
  • Hémopathies
  • Cholangite sclérosante
  • SHE

Hyperéosinophilies et signes de vascularites :

Contexte évocateur :

  • PériArtérite Noueuse (PAN)
    • Hyperéosinophilie inconstante (30 à 40% des cas)
    • Fréquente lorsqu’il existe un asthme associé
  • Angéite de Churg et Strauss
    • Notion d’un asthme ancien qui s’aggrave
    • Hyper IgE sérique
    • Atteintes digestive, cardiaque, neuropathie…
    • L’hyperéosinophilie est presque constante et souvent élevée (>10×10éléments/litre).

Hyperéosinophilies et signes musculaires :

Contexte évocateur :

  • Parasitoses (notamment la Trichinose)
  • Infections bactériennes (myosite staphylococcique)
  • Polymyosites
  • Hémopathies associées
  • Surtout dans le syndrome “myalgies-éosinophilie associé à la prise de L-tryptophane (voir chapitre : Etiologies : HE Réactionnelles : HE iatrogéniques)
  • Fasciite de Shulman
    • Hyperéosinophilie sanguine
    • Douleur et gonflement des muscles
    • Limitation des mouvements et induration des tissus sous-cutanés

Hyperéosinophilies et signes cardiaques

Contexte évocateur :

  • Penser en premier lieu au SHE.
  • Egalement rencontrés dans les
    • Lymphomes
    • Vascularites
    • Parasitoses
    • Utilisation thérapeutique de facteurs de croissance ou de cytokines.

Hyperéosinophilies et autres signes associés :

  • Atteintes osseuses
    • Granulomes éosinophiles
  • Atteintes vésicales
    • Cystites à éosinophiles parfois d’origine médicamenteuse : cumariniques, pénicilline, salazopyrine, clométacine
  • Atteintes ORL
    • Rhinite non allergique ou NARES
    • L’hyperéosinophilie sanguine est très inconstante.

Latest articles

Syndrome de Guillain Barré

Source : NEUROPATHIES PERIPHERIQUES Pr. Gilles Edan, CHU de Rennes (FRANCE) Le $ de Guillain-Barré...

MEGALERYTHEME – 5ème Maladie

Source : Bulletin Epidémiologie Hebdomadaire - BEH Le parvovirus B19 , agent du mégalérythème épidémique ou...

MYCOSES – CANDIDOSES VULVO­VAGINALES RECIDIVANTES (MVVR)

MAJ 11/2006 DEFINITION Quatre récidives cliniques par an pour la plupart des auteurs et avec preuves...

SIGMOÏDITE DIVERTICULITE AIGUË

- représente la complication aiguë d'une diverticulose connue ou non. Elle touche environ 12 à...

More like this

Syndrome de Guillain Barré

Source : NEUROPATHIES PERIPHERIQUES Pr. Gilles Edan, CHU de Rennes (FRANCE) Le $ de Guillain-Barré...

MEGALERYTHEME – 5ème Maladie

Source : Bulletin Epidémiologie Hebdomadaire - BEH Le parvovirus B19 , agent du mégalérythème épidémique ou...

MYCOSES – CANDIDOSES VULVO­VAGINALES RECIDIVANTES (MVVR)

MAJ 11/2006 DEFINITION Quatre récidives cliniques par an pour la plupart des auteurs et avec preuves...