HomeNon classéVaccination contre rougeole - rubéole - oreillons

Vaccination contre rougeole – rubéole – oreillons

Publié le

spot_img

BEH 22 mars 2011 / n° 10–11

Depuis 2008, une épi­dé­mie de rou­geole sévit en France liée à un taux de cou­ver­ture vac­ci­nale insuf­fi­sant pour éli­mi­ner la maladie42 (90% pour une dose à l’âge de 24 mois en 2007) et un rat­tra­page vac­ci­nal insuf­fi­sant lais­sant un nombre impor­tant d’a­do­les­cents et de jeunes adultes non immunisés.

Sché­mas vac­ci­naux rou­geole, oreillons, rubéole
NB : Le ROR est rem­pla­cé par PRIORIX ou M‑M-RVAXPRO

1/ Enfants âgés de 12 à 24 mois : une dose du vac­cin contre la rou­geole, les oreillons et la rubéole à 12 mois et une 2ème dose entre 13 et 24 mois.

2/ Pour les enfants accueillis en col­lec­ti­vi­té avant l’âge d’un an : une dose de vac­cin tri­va­lent à 9 mois et une 2ème dose entre 12 et 15 mois.

3/ Les per­sonnes nées depuis 1980 et âgées de plus de 24 mois : deux doses au total de vac­cin tri­va­lent, quels que soient les anté­cé­dents visà- vis des trois maladies

4/ les per­sonnes nées avant 1980 non vac­ci­nées et sans anté­cé­dent de rou­geole ou dont l’his­toire est dou­teuse et exer­çant des fonc­tions médi­cales, para­mé­di­cales ou en charge de la petite enfance, doivent rece­voir une dose de vac­cin trivalent.
Pour l’en­semble de ces per­sonnes la vac­ci­na­tion peut être pra­ti­quée sans contrôle séro­lo­gique préalable.

5/ Autour d’un cas de rou­geole, pour les per­sonnes poten­tiel­le­ment récep­tives :

  • Enfants âgés de 6 à 8 mois : une dose de vac­cin mono­va­lent dans les 72 heures sui­vant le contage présumé
  • Enfants âgés de 9 à 11 mois non encore vac­ci­nés : une dose de vac­cin tri­va­lent dans les 72 heures sui­vant le contage pré­su­mé, la seconde dose sera admi­nis­trée entre 12 et 15 mois
  • Per­sonnes âgées de plus de un an et nées depuis 1980 : mise à jour du calen­drier vac­ci­nal pour atteindre deux doses de vac­cin trivalent
  • les per­sonnes nées avant 1980 non vac­ci­nées et sans anté­cé­dent de rou­geole ou dont l’his­toire est dou­teuse et exer­çant des fonc­tions médi­cales, para­mé­di­cales ou en charge de la petite enfance, doivent rece­voir une dose de vac­cin trivalent.
    Pour l’en­semble de ces per­sonnes la vac­ci­na­tion peut être pra­ti­quée sans contrôle séro­lo­gique préalable.

    La mala­die est à décla­ra­tion obligatoire


. Plus de 7 000 cas ont été noti­fiés entre le 1er jan­vier 2008 et le 31 décembre 2010.
La dis­tri­bu­tion des cas en fonc­tion de l’âge a évo­lué entre 2008 et 2010 : une aug­men­ta­tion de la pro­por­tion de per­sonnes âgées de moins d’un an et de 20 à 29 ans est notée.

Par­mi les cas décla­rés en 2010, la pro­por­tion de per­sonnes vac­ci­nées avec une dose atteint 22% chez celles nées entre 1980 et 1991, alors qu’elle n’est que de 12% pour l’ensemble des cas.

L’augmentation de la cou­ver­ture vac­ci­nale à deux doses des enfants avant l’âge de 2 ans (qui doit atteindre au moins 95% pour la pre­mière dose et 80% pour la seconde), l’administration plus pré­coce de la seconde dose et le rat­tra­page des sujets récep­tifs (ado­les­cents et jeunes adultes) devraient per­mettre à terme l’interruption de la trans­mis­sion des trois maladies.

Tous les enfants, à l’âge de 24 mois, devraient avoir reçu deux doses du vac­cin tri­va­lent contre la rou­geole, les oreillons et la rubéole.

La pre­mière dose est recom­man­dée à l’âge de 12 mois et la seconde entre 13 et 24 mois (res­pec­ter un délai d’au moins un mois entre les deux vaccinations).
Cette seconde vac­ci­na­tion ne consti­tue pas un rap­pel, l’immunité acquise après une pre­mière vac­ci­na­tion étant de longue durée. Elle consti­tue un rat­tra­page pour les enfants n’ayant pas séro­con­ver­ti, pour un ou plu­sieurs des anti­gènes, lors de la pre­mière vaccination.

Dans l’hypothèse où la seconde dose n’a pu être effec­tuée au cours de la deuxième année, elle peut être admi­nis­trée plus tard.

Les per­sonnes nées depuis 1980 devraient avoir reçu au total deux doses de vac­cin tri­va­lent, en res­pec­tant un délai mini­mum d’un mois entre les deux doses, quels que soient les anté­cé­dents vis-à-vis des trois maladies.

Recom­man­da­tions par­ti­cu­lières Il est recom­man­dé d’avancer la pre­mière dose de vac­cin dès l’âge de 9 mois avec un vac­cin tri­va­lent pour les enfants gar­dés en col­lec­ti­vi­té ; dans ce cas, l’administration de la deuxième dose du vac­cin tri­va­lent est recom­man­dée entre 12 et 15 mois et suffit.

Texte com­plet BEH 10–11 / 22 mars 2011 [Lire](BEH)

Derniers articles

Pasteurellose pasteurella multocida : symptômes, diagnostic et traitement

La pasteurellose est une maladie infectieuse assez fréquente qui se retrouve chez les animaux...

Paludisme : agent infectieux, clinique, personnes à risque

Le paludisme, maladie humaine évitable, mais potentiellement mortelle, est un mal fréquent. Dans le...

Phimosis : causes, symptômes, complications et traitements

Le phimosis est une pathologie qui touche particulièrement le sexe masculin à la naissance...

Le pied douloureux de l’adulte : causes, symptômes, diagnostic, traitements

De multiples facteurs peuvent causer des douleurs au niveau du pied. Celles-ci peuvent invalider...

Pour aller plus loin

Pasteurellose pasteurella multocida : symptômes, diagnostic et traitement

La pasteurellose est une maladie infectieuse assez fréquente qui se retrouve chez les animaux...

Paludisme : agent infectieux, clinique, personnes à risque

Le paludisme, maladie humaine évitable, mais potentiellement mortelle, est un mal fréquent. Dans le...

Phimosis : causes, symptômes, complications et traitements

Le phimosis est une pathologie qui touche particulièrement le sexe masculin à la naissance...