Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
PYELONEPHRITE AIGUË
En résumé...

Infection du haut appareil urinaire
Escherichia coli est le principal agent pathogène, responsable de 85 % des cas d’infections non compliquées de l’appareil urinaire haut et bas. Staphylococcus saprophyticus est parfois en cause mais plus fréquemment pour la cystite que pour la pyélonéphrite. De façon occasionnelle, d’autres Entérobactéries, comme Protéus mirabilis, Klebsielles ou Entérocoques sont responsables de pyélonéphrite aiguë. Ureaplasma urealyticum et Mycoplasma hominis peuvent plus rarement être responsables d’épisodes de pyélonéphrite.

SEMIOLOGIE

Douleur lombaire fébrile (Adulte). Des signes de cystite peuvent ou ne pas être associés.
Voir également :
Pyélonéphrite de l'enfant [Lire]
Pyélonéphrite aiguë de la femme[Lire] (HAS 2016)


CAT

Prélever ECBU, hémocultures et créatininémie
Rechercher les facteurs de risque : diabète, immunodépression, grossesse, uropathie obstructive, bactérie multi-résistante.
Différencier une pyélonéphrite d’une prostatite aigue.

Faire au minimum :

---- Echographie des voies urinaires pour rechercher une dilatation des cavités.

A discuter ou dans un deuxième temps

---- UIV après vérification de la créatinine si une obstruction urétérale est suspectée
---- Uroscanner, c’est-à-dire un scanner rénal suivi d’une UIV si un abcès du rein est suspecté.
---- Cystographie rétrograde pour recherche de reflux en cas de pyélonéphrite récidivante

TRAITEMENT

L'hospitalisation est conseillée en cas de terrain à risque ou d'altération de l'état général.
L'antibiothérapie probalistique sera éventuellement modifiée avec les résultats de l'ECBU.

+++ Voir MAJ AFSAAPS 2008
Infections urinaires de l'adulte[Lire]

1 - S’il n’y a pas de facteurs de risque : Mono antibiothérapie
  • soit par une fluoroquinolone
  • soit par une C3G, plus volonttiers injectable:
    ---- Oroken 200mgX2 p. os
    ---- Rocéphine 2gx1/j
Pas de fluoroquinolone pendant la grossesse et l’allaitement.
Adapter après réception de l’antibiogramme.
Adapter les doses en cas d’insuffisance rénale.


2 - S’il y a des facteurs de risque : Bi antibiothérapie
  • soit par fluoroquinolone + aminoside
  • soit par C3G + aminoside
Vérifier la créatininémie avant de choisir la dose d’aminoside et adapter en cas d’insuffisance rénale.
Adapter au poids.
Corriger le facteur de risque si possible (diabète)
Pas de fluoroquinolone ni d’aminosides pendant la grossesse et l’allaitement : Uniquement une C3G.

Durée du traitement

Un traitement d’une durée de 6 semaines n’est pas plus effectif qu’un traitement de 14 jours pour la pyélonéphrite non compliquée mais par contre est responsable de plus d’effets indésirables.
Un traitement à base de béta-lactamines ne doit pas durer moins de14 jours en raison d’un risque inacceptable d’échec.
Chez des patients en mauvais état et/ou qui répondent plus lentement au traitement, une durée plus longue peut être nécessaire (21 jours ?).
Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente