Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
Troubles de l´érection après prostatectomie
Dr Corinne Tutin - juin 2007
D´après les communications de F.Giuliano, E. Chartier-Kastler et coll. : «REPAIR : étude d´observation de la prise en charge des troubles fonctionnels après prostatectomie radicale. 1) Incontinence urinaire et dysfonction érectile : autoquestionnaires patients ; 2) Dysfonction érectile : état des pratiques ». Posters affichés. XXXe Congrès de la Société interdisciplinaire francophone d´urodynamique et de pelvi-périnéologie (SIFUD PP), Perpignan, 6-9 juin 2007.
http://www.egora.fr/commun/script/winbreve.asp?newsid=43766&news_ref=137017


Quelles sont les conséquences de la prostatectomie radicale ?

l´Association française d´urologie (AFU) a conduit de mai à juillet 2005 une enquête, intitulée « REPAIR », auprès de 2644 patients, âgés en moyenne de 64 ans, recrutés par 535 urologues français. Les résultats confirment que ce que l´on redoutait : ce geste chirurgical a bel et bien des conséquences importantes sur la sexualité masculine.

De fait, si un à deux mois après l´intervention les patients jugent que les fuites d´urine représentent le trouble fonctionnel le plus gênant (36 % de citations), dès le 3e mois ce sont les difficultés érectiles qui les perturbent le plus. Entre 3 et 4 mois après la prostatectomie, 38 % des opérés mettaient ainsi en avant les troubles érectiles (contre 29 % pour les fuites d´urine) et ces pourcentages passaient à respectivement 45 % et 20 % entre 5 et 7 mois.

Huit urologues sur dix évaluent la sexualité de leurs patients avant d´opérer et la majorité d´entre eux prennent en charge rapidement les troubles érectiles de leurs malades, notamment en leur proposant une série d´injections intracaverneuses (39 % des cas), moins souvent en leur prescrivant des inhibiteurs de la phosphodiestérase de type 5 à la demande (16 % des cas). La durée de prise en charge des troubles érectiles n´est d´ailleurs pas négligeable : 6 mois pour 20 % des urologues, 1 an pour 38 % d´entre eux, 2 ans pour 33 %, plus de 2 ans pour 5 %.

Il y a tout à parier que ces spécialistes devront poursuivre leurs efforts s´ils désirent répondre aux fortes attentes des patients en ce domaine.
.
Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente