Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
Janvier 2011
Une importante campagne d’affichage vient de débuter
Elle vise à inciter au dépistage du cancer de la prostate
[Lien]



La 6e Journée de la Prostate a été organisée la semaine où le British Medical Journal publiait une méta-analyse avec 387 286 sujets montrant que le dépistage est associé à un plus grand nombre de diagnostics de cancers au stade I sans impact important sur le diagnostic des stades II à IV et sans aucun effet significatif démontré sur les décès par cancer de la prostate
(Djulbegovic M et al. Screening for prostate cancer: systematic review and metaanalysis of randomised controlled trials. BMJ 2010; 341:c4543.)
Ni la Direction générale de la santé, ni l’Institut national du cancer et ni la Haute Autorité de santé (HAS) ne recommandent le dépistage du cancer de la prostate, mais l’AFU fait depuis 2002 des campagnes nationales.

Revoir : Dépistage du cancer de la prostate (HAS 2010)[Lire]

Dépistage du cancer de la prostate par dosage de l’antigène prostatique spécifique (PSA)
Fiche d’information pour les hommes envisageant un dépistage du PSA lire

(Les informations contenues dans cette fiche reposent sur le contenu de la brochure intitulée Prostate Cancer Risk Management Programme information for primary care ; PSA testing in asymptomatic men)

===========================

en 2007

=============================================================



14 médecins baissent leur pantalon... Mais devant qui ? (atoute.org)
La communication des urologues est décidément de plus en plus agressive. Cette fois-ci, ils décident de faire un doigt d’honneur à la science, qui démontre que le dépistage du cancer de la prostate est le plus souvent dangereux et inutile. Dangereux car il aboutit à de nombreuses mutilations non justifiées et à des décès induits par les biopsies ou les complications des traitements. Inutile car le bilan en terme de vies sauvées n’est pas brillant. http://www.atoute.org/n/article181.html


NB NB NB NB
Face à la remise en cause, difficilement contestable, du dépistage de masse du cancer de la prostate, certains urologues jouent sur les mots en parlant de dépistage individuel.
Le dépistage de masse n'est pas recommandé car il n'a pas d'intérêt en général. Cela ne veut pas dire que de dans des cas particuliers, il ne puisse pas s'envisager. Par exemple, un homme dont le père est mort d'un cancer de la prostate à 55 (cas très rare) n'est pas "monsieur tout le monde" et il n'est pas absurde de lui proposer un tel dépistage, même si l'on n'est pas sûr qu'il soit utile chez lui. Dépistage individuel signifie "dépistage ponctuel dans des situations particulières". Or ce que continuent à prôner les urologues, c'est un dépistage individuel "pour tous", ce qui revient à un dépistage de masse. Ne jouons pas sur les mots et contentons nous de faire ce qui est utile à la santé de nos patients.
Avec atoute.org : [Lire]
On attends avec impatience un test capable de diagnostique les cancers d'evolution rapide

.
Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente