Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente

15,5 centimètres +/- 2.
Enquête sur le Vif et le moins Vif




Madame, Mademoiselle, Monsieur,
  • 15,5 cm +/- 2 est une enquête à la fois grave et légère sur VOTRE relation avec cet organe magique (?) qui - à la place du cerveau - parait diriger beaucoup d'activités humaines.
  • Prenez la parole.


Le culte du Phallus est-il mort ?

En quelques mots, en respectant votre anonymat si vous le souhaitez, participez à cette enquête essentielle à la connaissance de la fin du XXème siècle...pour le moins !
Envoyez-nous votre témoignage sur la relation priviligiée que VOUS entretenez avec l'organe masculin en général et/ou en particulier.
  • A-t-il un surnom ? Toujours le même ?
  • Vous lui parlez ? Vous l'engueulez ?
  • Etes-vous content(e) de lui ?
  • Est-t-il content de vous ? Il vous parle ? A jeûn aussi ?
  • Vous l'aimez ? Vous le vénérez ? Toujours ?
  • Vous le négligez ? Vous le bichonnez ?
  • Vous l'encouragez ? Hardi petit ? Courage mon gros !
  • Il faille ? Quand ? Pourquoi ? Avec qui ?
  • ....
Bref vous cohabitez depuis votre naissance ou seulement quelques jours, mois, années.
Est-ce un mariage de raison ? D'amour ? d'intérêt ?
Est-ce une relation sereine ? Conflictuelle ? Sado-masochiste ?
Et qui l'emporte ? Vous ou lui ?

15,5 cm +/- 2 sera - sobrement - un document témoignage des femmes et des hommes entrant dans le 3ème millénaire.

Les textes seront publiés dans Esculape,dans la rubrique Bric à Brac, anonymement si vous le désirez. : Email : enquete@esculape.com

Le Phallus est-il mourant ? Texte

Sex and death: are they related? Findings from the Caerphilly cohort study
George Davey Smith, professor of clinical epidemiology, Stephen Frankel, professor of epidemiology and public health medicine, John Yarnell, senior lecturer
Department of Social Medicine, University of Bristol, Bristol, BS8 2PR, b Department of Epidemiology and Public Health, Queen's University of Belfast, Belfast BT12 6BJ

Objective: To examine the relation between frequency of orgasm and mortality.
Study design: Cohort study with a 10 year follow up.
Setting: The town of Caerphilly, South Wales, and five adjacent villages.
Subjects: 918 men aged 45-59 at time of recruitment between 1979 and 1983.
Main outcome measures: All deaths and deaths from coronary heart disease.
Result: Mortality risk was 50% lower in the group with high orgasmic frequency than in the group with low orgasmic frequency, with evidence of a dose-response relation across the groups. Age adjusted odds ratio for all cause mortality was 2.0 for the group with low frequency of orgasm (95% confidence interval 1.1 to 3.5, test for trend P=0.02). With adjustment for risk factors this became 1.9 (1.0 to 3.4, test for trend P=0.04). Death from coronary heart disease and from other causes showed similar associations with frequency of orgasm, although the gradient was most marked for deaths from coronary heart disease. Analysed in terms of actual frequency of orgasm, the odds ratio for total mortality associated with an increase in 100 orgasms per year was 0.64 (0.44 to 0.95).
Conclusion: Sexual activity seems to have a protective effect on men's health.
Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente