ALLERGIE : MALADIE DIGESTIVE ?
Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
ALLERGIE ET MUQUEUSE DIGESTIVE ?
Date de création 19/03/97 - MAJ 12/2000 Dr H. Raybaud
La connaissance globale de la réaction allergique s'est largement améliorée en intégrant à la réaction histamino-mastocytaire les IgE, les cytokines, des lymphocytes B, des lymphocytes T, des protéines d'adhésion,etc... Toutefois, tous ces intervenants ne sont que les conséquences d'un "état", d'un " terrain " résumé par le terme d'atopie.
L'augmentation des manifestations allergiques a doublé en 15 ans et on estime que 20% de la population souffre ou a souffert d'une maladie allergique.

Du point de vue génique,l'hyperfabrication des IgE est de mieux en mieux connue mais l'origine de sa mise en route reste actuellement inconue. Il semble que la localisation du gène de l'allergie reste lointaine voire utopique : l'atopie semble issue d'un processus multigénique complexe.

A juste titre, la tendance thérapeutique actuelle est basée sur le concept d'action précoce des manifestations allergiques y compris la composante inflammatoire longtemps négligée.

Depuis de nombreuses années, nous avons pu noter deux éléments pratiquement constants chez les sujets allergiques:
  1. Ils sont trés chatouilleux...
  2. Ils présentent au niveau de l'hypochondre droit et/ou épigastrique une zone cutanée hyperalgique facilement mise en évidence par la technique du palper-rouler ( dermalgie reflexe) y compris chez les nourrissons.
Si le premier éléments me parait - actuellement - difficilement exploitable, le second doit faire suspecter un trouble digestif associé : estomac et/ou duodéum .
Il peut être envisagé comme une conséquence de l'atopie mais on est en droit de penser que le primum movens du terrain allergique pourrait être une anomalie de la perméabilité de la muqueuse digestive ( héréditaire / acquise?). Cette anomalie permettrait ainsi à des antigènes ingerés de traverser la barrière digestive et une fois arrivés dans le sang, d'armer le mécanisme d'hypersensibilité. Il serait alors un enchaînement tout à fait normal face à une agression antigènique.

Si cette hypothèse se révelait exacte, elle pourrait ouvrir des attitudes thérapeutiques trés précoces c'est à dire en amont de la réaction allergo-inflammatoire en particulier dans les premières années de la vie où les processus enzymatiques digestifs sont immatures.

Traiter le système digestif pour éviter l'allergie? Une diététique ? Retarder l'introduction de certains aliments ? Des anti-ulcéreux ? Helicobacter pylori est-il impliqué ?

Voir également La prévention de l'asthme
Email : Qu'en pensez-vous ?

Allergie et foie ??
Source : New England Journal of Medecine
Un jeune homme de 22 ans décède d'un choc anaphylactique aux cacahuètes. Son foie et un rein sont greffès sur un patient et le pancréas et l'autre rein sur un autre. Le premier receveur est devenu gravement allergique à la cacahuète.
Le docteur C. Legendre, chef du service de transplantation de l'hôpital Necker qui a publié cet article tire la conclusion qu les cellules responsables de l'allergie se trouvaient dans le foie du donneur.

MAJ 09/08/98 : Asthme infos N° 31 - Mai 1998
Certaines voies nouvelles font actuellement l'objet de recherches intensives, notamment l'étude des infections chez le tout-petit.
Mais certains allergologues pensent que l'allergie pourrait aussi avoir une origine alimentaire
Esculape : l'origine alimentaire ne peut se concevoir que si la barrière digestive présente une anomalie.
Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente