Accueil
Recherche
Nouveautés
Email webmaster
Sommaire général
Page précédente
Fibromyalgie de l'adulte
Rapport d'orientation HAS 2010

Même si des controverses subsistent au sein même du monde médical, parfois sur l'existence, mais surtout sur les causes organiques ou fonctionnelles de ce syndrome, une prise en charge doit être accessible aux patients. L'absence de prise en charge, scientifiquement validée et consensuelle, ne doit pas conduire à laisser les patients sans réponse et les professionnels sans solution à proposer.

En 2016, un diagnostic à évoquer
La maladie de Lyme la « grande imitatrice »
Cette maladie peut évoquer surtout dans à la troisième phase de nombreuses maladies telles que : lupus, fibromyalgie, Parkinson, Alzheimer, arthrite chronique, certaines affections psychiatriques, maladies auto-immunes, syndrome de fatigue chronique, sclérose en plaques, sclérose latérale amyotrophique… [Lire]


Le choix des options de traitement non médicamenteux ou médicamenteux ne fait pas consensus, pas plus que les indications et le contenu des approches multiprofessionnelles, réalisées par certaines équipes, y compris en France, et décrites dans des recommandations étrangères. Les traitements médicamenteux sont symptomatiques. Aucun médicament n’a d’autorisation de mise sur le marché pour l’indication « fibromyalgie » en Europe et par conséquent en France. Les médicaments sont insatisfaisants du point de vue des médecins et des patients. Ils n’apportent pas le soulagement espéré, et leurs effets secondaires entraînent des abandons de traitement ou un usage inadéquat.

Les effets des stratégies de prise en charge non médicamenteuse sur les symptômes ne sont pas démontrés (quelques travaux sont disponibles de faible niveau de preuve et sur le court terme), et pourraient décliner avec le temps.

Le développement de programmes d’éducation thérapeutique spécifiques est une hypothèse intéressante, en raison de la chronicité des symptômes et de la nécessité d’aider les patients à rechercher des ajustements, des adaptations pour réaliser les activités de la vie quotidienne, et acquérir la capacité à recourir judicieusement aux traitements médicamenteux, non médicamenteux. Les preuves de leur efficacité restent à apporter. De telles approches devraient faire l’objet, comme les autres, de travaux prospectifs.

Des propositions, pour la prise en charge du syndrome fibromyalgique, ont été formulées, et font l’objet de recommandations de bonnes pratiques étrangères, parce que les patients existent, expriment une plainte, demandent que leur souffrance soit entendue, recherchent une aide pour y faire face. Une approche, fondée sur des principes de participation du patient aux décisions qui le concernent (traitement, gestion des symptômes, etc.), de gradation des interventions en fonction de l’impact des symptômes sur l’accomplissement des activités de la vie quotidienne et des bénéfices observés des traitements proposés, serait de nature à éviter la dépendance et le mauvais usage des médicaments prescrits, la sous-estimation d’une éventuelle maladie psychiatrique associée non traitée, la réalisation d’investigations non nécessaires et des interventions médicamenteuses ou non médicamenteuses multiples, redondantes et d’efficacité non démontrée.

[Texte complet HAS] (pdf)

Revoir également
La fibromyalgie
Eular 2007 (Consensus sur la prise en charge de la fibromyalgie)
Diagnostic 2000 (l'American College of Rheumatology )
Diagnostic 2004 Extrait de Myalgies International, vol. 3 (1) : 5-62, 2004
Fibromyalgie : le risque suicidaire
Un site spécialisé
Fibromyalgie-france.org/
.
Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente