Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
Syndrome du CANAL CARPIEN
Source : http://www.med.univ-rennes1.fr


Syndrome canalaire le plus fréquent qui se rencontre essentiellement chez l'adulte et plus souvent chez la femme. La grossesse est un facteur déclanchant.
L'origine est essentiellement mécanique dans un canal ostéofibreux inextensible rendu trop étroit par hypertrophie de l'un des éléments des parois du canal ou de l'un des éléments qui le traversent. Le canal carpien représente une région étroite et de grand passage où le nerf médian se trouve associé aux tendons fléchisseurs des doigts dans leur gaine.
Le nerf médian est moteur pour le court abducteur, le court fléchisseur et surtout l'opposant du pouce. Son territoire sensitif intéresse la face palmaire des 3 premiers doigts et la moitié du 4ème, ainsi que la face dorsale des 2ème et 3ème doigts au niveau de la dernière phalange.

ETIOLOGIES
  • Des étiologies classiques parmi lesquelles des facteurs traumatiques récents ou anciens, certaines anomalies congénitales (corps musculaire du fléchisseur commun superficiel ou du petit palmaire trop volumineux ou trop long, descendant au poignet: non rare chez le travailleur manuel)
  • Certaines causes générales comme les dialyses rénales au long cours (amylose).
  • La grossesse

    SEMIOLOGIE
  • Les douleurs, fourmillements, parésthésies qui siègent de façon caractéristique au niveau de la face palmaire des trois premiers doigts de la main, mais peuvent atteindre toute la main et même irradier au niveau de la face antérieure de l'avant bras.
  • La recrudescence nocturne de ces douleurs est habituelle.
  • Certains gestes calment la douleur, en agitant la main ou en la laissant pendre en dehors du lit.
  • Des troubles vasomoteurs sont fréquents, avec hypersudation ou œdème de la main.
  • Les formes bilatérales sont fréquentes avec alors, nette prédominance d'un côté.

    EXAMEN
  • Il peut être normal, limitant alors la symptomatologie aux phénomènes subjectifs ; c'est le stade I.
  • Il peut montrer l’existence de troubles sensitifs objectifs dans le territoire du médian, et particulièrement au niveau de la pulpe des trois premiers doigts ; c'est le stade II.
  • Il peut révéler la présence de troubles moteurs au niveau de l'opposant du pouce, avec volontiers une amyotrophie de l'éminence thénar ; c'est le stade III.

    Dans tous les cas, il faut rechercher un signe de Tinel au niveau de la face antérieure du carpe ainsi qu'une voussure, souvent douloureuse à la pression, à la face antérieure du poignet.

    Le Diagnostic peut être confirmé par un EMG qui met en évidence un allongement de la latence motrice distale du nerf médian, alors que la vitesse de conduction motrice entre le coude et le poignet est normale. Quand cela est possible, l'étude des vitesses de conduction sensitive montre également un ralentissement significatif.

    IMAGERIE (Source : Dr Mascarel http://docteurmascarel.pagesperso-orange.fr)

    Le but de l’imagerie sera donc avant tout d’éliminer un processus occupant sur lequel il conviendrait d’agir. Si il s’avère qu’il n’existe pas de processus occupant l’imagerie permettra d’apporter des arguments qui confirmeront le diagnostique clinique de syndrome du canal carpien. ( cette confirmation étant nécessaire en cas de maladie professionnelle)

    Les deux examens de base à demander pour rechercher un processus occupant sont donc : la radio du poignet avec incidence du canal carpien et l'échographie du poignet. ( la radio seule ne suffis pas) Si on découvre une pathologie l'irm est dans un deuxiéme temps l'examen de choix.

    Les étiologies de syndrome du canal carpien secondaire à un processus occupant
      A point de départ dans les partie molles :
        un kyste synovial
      • une ténosynovite
      • une tumeur neurogène
      • une duplication du nerf median avec persistance d’une artére médiane
      • un faisceau musculaire aberrant
      • une infiltration par du tissu amyloide

    • A point de départ osseux:
      • une exostose
      • une tumeur osseuse
    TRAITEMENT
  • Lorsque le syndrome du canal carpien est en rapport avec une pathologie générale, le traitement de cette pathologie est impératif en première intention.
  • Dans le cas particulier de la grossesse le syndrome régresse habituellement et spontanément après l'accouchement ou le "retour de couches".

    Dans les autres cas :
  • Au stade I, purement sensitif subjectif, il est possible de se contenter des petits moyens médicaux (immobilisation de la main et du poignet par attelle au minimum la nuit avec prescription d'antalgiques et d’anti-inflammatoires), mais leur action est le plus souvent très transitoire.
  • Il faut alors recourir alors aux infiltrations locales de corticoïdes. La première est le plus souvent efficace et ce parfois de manière prolongée. La deuxième est moins efficace et de plus brève durée. Il n'est guère raisonnable de réaliser plus de trois infiltrations
  • La chirurgie (section complète du ligament annulaire antérieur du carpe +/- neurolyse en fonction des constatations opératoires) dont la bénignité et l'efficacité sont remarquables (80%) à condition que la souffrance du nerf n'ait pas été prolongée par la continuation inutile d'un traitement médical peu ou pas efficace. .
    Aux stades II et III, avec troubles sensitifs et à fortiori moteurs objectifs, l'indication opératoire est formelle. .
  • .
    Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente