Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
Soumission chimique :
A connaître et à reconnaître

Source : Bulletin d'Information N° 3 de Pharmacologie édité par le Service de Pharmacologie Clinique et le Centre Midi-Pyrénées de Pharmacovigilance, de Pharmacoépidémiologie et d'Informations sur le Médicament du CHU de Toulouse.

Comité de Rédaction : Service de Pharmacologie Clinique Centre Hospitalier Universitaire, Faculté de Médecine, 37, allées Jules-Guesde, 31073 Toulouse Cédex Fax : 05 61 25 51 16 Centre de Pharmacovigilance et d'Informations sur le Médicament. Tel: 05 61 25 51 12 E-Mail : pharmvig@cict.fr Centre de Pharmacodépendance Tél : 05 62 26 06 90r E-Mail: pharmdep@cict.fr


L'administration de psychotropes ˆ l'insu d'une victime est un mode d'agression méconnu des médecins, pharmaciens et surtout du grand public...
On distingue deux tableaux cliniques :
  • d'une part, les victimes "endormies" présentant sédation, troubles de conscience autorisant vols et abus sexuels
  • d'autre part, les victimes "actives", conscientes, mais commettant des actes contre leur volonté propre sous le contrôle de leur agresseur (signature de chèques, utilisation de cartes bancaires...). Ce dernier aspect, lié aux propriétés des produits utilisés actuellement est nouveau et le plus déroutant. Les femmes seules, les enfants et les personnes agées sont particulièrement vulnérables.
  • Les benzodiazépines s'utilisent majoritairement du fait de leur propriétés amnésiantes, sédatives mais aussi désinhibitrices (triazolam , flunitrazépam , oxazépam , etc...).
    D'autres médicaments tels que les analogues des benzodiazépines (zopiclone , zolpidem ), les anesthésiques généraux (surtout le gamma hydroxybutyrate ou GHB), les antidépresseurs, les morphiniques et autres stupéfiants peuvent être aussi en cause.

    La prise en charge efficace des victimes suppose des prélèvements biologiques répondant ˆ des règles strictes (précocité, volume suffisant, conservation...).
    Le recours à des techniques analytiques chromatographiques de référence s'avère indispensable et un relais médico-légal est utile afin de ne pas compromettre une enquête judiciaire ultérieure.
    Une information de l'ensemble des services concernés et du grand public faciliterait une prise en charge précoce des victimes "droguées" à leur insu.
    (D'après Lagier et al. Médecine Légale Hospitalière 1999 ; 6: 113-4).
    Marie-Elise Llau

    Esculape : L'association avec l'alcool est le le moyen souvent utilisé pour faire consommer le médicament. L'effet est généralement potentialisé.
    Le trihexyphénidyle est aussi utilisé seul ou en association avec une bzp.
    Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente