Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
.
PROGRAMMATION NEUROLINGUISTIQUE
http://perso.wanadoo.fr/synergiepsy/index.htm

NB
La présentation sur le site Esculape d'une méthode thérapeutique ou d'un produit ne signifie pas que le responsable du site cautionne les informations présentées ou le site référencé.
Dans tous les cas, seul votre médecin traitant peut vous renseigner et doit être informé de votre démarche.
A lire absolument Dix moyens pour éviter de se faire avoir par les charlatans [Lire]

Une séance de PNL va suivre une ligne directrice :

D'abord, d'une manière générale, le praticien va constamment s'efforcer de créer et maintenir un lien avec la personne, en prenant le temps de l'écouter, de rester dans son "modèle du monde", de lui montrer qu'il la comprend et qu'il est avec elle, ce qu'on appelle parfois un "pont du coeur" (notamment en étant dépourvu de jugement et de critique...).

La séance, proprement dite, en étapes successives, plus ou moins longues:
  • Préciser " l'état présent " (Que se passe t-il ?)
    La PNL à imaginé des règles précises pour questionner le sujet afin de l'aider à caractériser l'état présent. Il s'agira de comprendre rapidement la situation , avec ses différents mécanismes, en ne s'intéressant au pourquoi que dans la mesure où cela va permettre de mettre en évidence ce que la PNL appelle les croyances du sujet.
    L'intérêt se portera essentiellement sur le présent, non sur le passé et la vie du sujet, sur les "processus" et non les détails de sa vie.
    On cherchera donc à amener le sujet à préciser notamment :
    • Le contexte, les autres personnes: (Où ? Avec qui?)
    • La situation précise: (Quoi? Quand?)
    • En quoi c'est un problème?
    • Quelles sont les croyances ou valeurs transgressées: (Pourquoi?)
    • Les "processus" mis en oeuvre: (Comment faites vous?)
      Une attention permanente sera apportée par le praticien à ce que la PNL appelle "les niveaux logiques". Il devra chercher à comprendre, au cours de son questionnement, à quel niveau se situe le problème, afin d'apporter une solution ou un changement à un niveau supérieur.
    • l'environnement (Où? Quand? Avec qui?)
    • les comportements (Que faites vous?)
    • les capacités ( Comment faites vous?)
    • les croyances et les valeurs (pourquoi...? En quoi c'est important ?)
    • l'identité: (Est-ce que ça fait sens avec qui vous êtes vraiment?)
    • la "vision" du monde (Est ce en accord avec votre vision du monde idéal ?)
    (Le praticien va accorder une attention particulière au langage non verbal du sujet (parfois, quelqu'un exprimera physiquement un désaccord avec ses paroles)

  • Déterminer l'objectif (Que désirez vous ?)
    Le fait de déterminer clairement un objectif, avec les étapes ci-dessus, peut déjà être un grand pas en avant. Le praticien va aider le sujet à déterminer lui même un objectif répondant à des critères précis mais indispensables:
    Formulé affirmativement (je veux et non je ne veux plus...)
    Dépendant de soi. (et non de quelqu'un d'autre)
    Observable (A quoi saurez vous que vous avez atteint...?)
    Amener quelque chose d'encore plus important.
    Ecologique (inconvénients pour soi et pour les autres?)
    Réalisable. (Qu'est ce qui vous empêche? De quoi avez vous besoin?)

  • Stratégie : Trouver quoi et comment faire pour passer de l'un à l'autre.
    A partir de ces deux premières étapes, le praticien va construire une "stratégie" personnalisée d'accompagnement en s'appuyant sur une grande diversité de techniques adaptées au niveau logique concerné et à la construction du symptôme/problème :
    • recherche et "ancrage" de ressources ou capacités.
    • visualisation et apprentissage d'un nouveau comportement.
    • travail sur les processus internes (images mentales, émotions...)
    • travail sur la "partie de la personnalité" concernée.
    • travail sur un traumatisme du passé qui amène la difficulté
    • changement des croyances du sujet
    • et beaucoup d'autres possibilités ...
    Test des conséquences de l'intervention en demandant au sujet de s'imaginer dans la situation de difficulté...

  • Appliquer la , ou les, techniques choisies.
  • Tester le résultat
Familles de techniques:

Les associations ou "ancrages" vont permettre d'aller chercher et d'implanter une ressource particulière (confiance en soi, calme, motivation, vivacité intellectuelle, etc...) dans le contexte où il s'avère nécessaire.

Exemple: Une personne a besoin de confiance pour s'adresser aux gens. Le praticien va aider le sujet à retrouver et revivre un moment contenant la ressource en question (confiance) dans un moment où il la possède déjà (sport, loisir...) et va l'ancrer à l'aide d'un geste ou d'un mot. Il pourra, ensuite, la rendre disponible en reproduisant le geste, et en demandant au sujet de s'imaginer dans le contexte (contact humain) où il en avait besoin. La confiance est immédiatement disponible dans le nouveau contexte .
(L'ancrage va être utilisé, parfois de manière inconsciente, dans de nombreuses techniques beaucoup plus élaborées.)

Les dissociations : vont permettre au sujet de prendre du recul par rapport à un souvenir traumatisant, pour en réduire, sinon chasser, les émotions. ou bien de se mettre à la place de quelqu'un d'autre pour mieux comprendre son point de vue.

Exemple: Un sujet à eu un accident grave (agression, peur, ) qui continue de l 'influencer et de lui gâcher la vie . Le fait de revoir la scène en spectateur, ( regardez la scène là bas, sur un écran de cinéma, vous vous voyez en train de..., puis imaginez que vous quittez votre corps pour vous voir maintenant en train de regarder la scène sur l'écran...) va rapidement chasser les émotions indésirables et à "tourner la page" dans sa tête. Cette technique relativement simple est extraordinairement utile pour éliminer phobies, traumatismes de vie, peurs... etc.

Le travail sur les processus internes: La modification de la représentation interne (image, idée.. ) que le sujet se fait d'une situation ou d'un souvenir va changer le ressenti , la motivation, les automatismes, faire disparaître une obsession ...etc. Il sera également possible de modifier la manière dont quelqu'un se répète quelque chose dans sa tête (son dialogue interne) pour changer les émotions.

Exemple:Un sujet vient de vivre une séparation et ne peut oublier son partenaire. Le praticien peut lui demander où il imagine l'image de la personne autour de lui et quelles sont ses caractéristiques ( son emplacement, en couleur ou en noir et blanc, mouvante ou fixe, sa taille, sonorisée, proche ou éloignée etc...) et ensuite, de rapetisser l'image, de l'éloigner, couper le son, la changer de place etc...). Le résultat , en fonction des modifications, sera l'indifférence, l'apaisement, ou autre(?).

Exemple 2: Un sujet (autre) a une voix intérieure qui lui répète sans arrêt: je ne suis pas capable, je n'y arriverais jamais, je suis nul(le)...etc. Ce dialogue interne a un certain nombre de caractéristiques (intonations, rythme, volume, emplacement...). Le praticien , après avoir mis en évidence ces caractéristiques, va rechercher quelle modification peut affecter positivement le ressenti (ralentir, accélérer, adoucir, déplacer...) . Le résultat est souvent surprenant et spectaculaire.

( Ces deux exemples ne donnent qu'une petite idée des possibilités de changement rendues possible par un travail sur les processus internes ...)

La "ligne du temps":

Ce concept développé par Tad James , Wyatt Woodsmall et R.Bandler, est la représentation spatiale du temps , une métaphore de la manière dont chacun de nous se représente le temps qui passe...
Ne dit-on pas:" laisse ça derrière toi" ou "tourne la page", avoir un brillant avenir devant soi, être "englué, prisonnier" de son passé, le chemin de vie, le fil du temps, penser à un futur ou un passé lointain, etc...
Ces expressions témoignent d'une différence de perception que chacun de nous de fait du temps qui passe.

Exemple: Le sujet se "passe le film" d'échecs ou de mauvais souvenirs du passé, ce qui a pour conséquences de provoquer des tendances dépressives, et montre avec ses gestes orientés vers l'avant lorsqu'il parle, que ces souvenirs sont là , devant lui. Le praticien va, pour commencer, l'aider à " tourner la page" avec ces souvenirs en les déplaçant , sur la gauche ou derrière lui, à donner une forme "apaisante", facile, à ce passé... Par la suite il pourra l'aider à imaginer se déplacer au dessus de ce passé pour trouver des ressources, des moments signifiants,une compréhension. Diverses techniques permettront d'évoluer, progresser, effacer les émotions indésirables.

Le travail sur les parties de la personnalité: On peut arbitrairement diviser la personnalité en "parties" ou "côtés de soi" (le côté fumeur, timide, coléreux, buveur, boulimique, peureux, etc...), dotés d'un objectif qui leur est particulier. Un travail dit de "recadrage" va consister à communiquer avec ce côté, et lui permettre de trouver d'autres manières d'atteindre son objectif. Ajoutons qu'on peut également utiliser des recadrages de sens ou de contenu.

Exemple: Un sujet s'adresse à un praticien PNL pour arrêter de fumer. Le guide va demander de :
- Prendre contact avec la partie qui incite à fumer et lui demander d'envoyer un signal pour communiquer (sensation, son, image interne).
- Augmentez le signal pour indiquer oui, réduisez le pour indiquer non.
- Demandez à cette partie si elle veut vous indiquer quelle est son objectif en vous incitant à fumer.
- Adressez vous à votre créativité et demandez lui de trouver 3 autres manières de faire.
- Demandez à la partie fumeuse de choisir ...
- Demandez lui si elle est d'accord pour adopter cette nouvelle manière à l'essai (?).
- Demandez vous intérieurement si toutes les parties de vous sont d'accord.

Ce processus génial permet de faire disparaître la plupart de problèmes comportementaux, mais aussi de nombreux symptômes psychosomatiques (eczéma, psoriasis, migraines, stress, boulimie, ...etc) en s'adressant véritablement à l'inconscient et en communiquant ainsi avec lui. (R.Bandler affirme qu'on peut tout régler avec un recadrage ).
D'autres formes de travail sur les parties permettent de faire disparaître conflits intérieurs, indécision. Enfin, un processus génial (Core -Transformation) peut s'adresser à toutes les parties qui posent problème et de trouver apaisement et libération.

Les stratégies mentales: un comportement, quel qu'il soit, est en fait un ensemble de processus internes ou externes (visuel, auditif, kinesthésique, olfactif, gustatif). Le praticien s'attachera à décortiquer le processus en place pour le modifier en s'inspirant de quelqu'un qui sait faire.(??)

Exemple: Le sujet a beaucoup de mal à se lever le matin. La mise en évidence de ce qu'il fait est éloquente: J'entends le réveil => je me dis: zut ! il est l'heure => je me sens bien sous la couette => je pense à ce que je dois faire aujourd'hui => je me sens mal => ... et ça continue: je me dis... je me sens... je me vois... je me dis... etc ... (une stratégie trop longue et inefficace).
Le praticien va introduire une (ou plusieurs) étapes pour raccourcir le processus et entraîner l'action, par exemple: j'entends le réveil => je me dis il est l'heure => j'imagine la sensation de l'eau sur mon corps => je me lève...
La répétition de ce processus va l'installer définitivement comme une nouvelle habitude.

A l'origine, la PNL était la modélisation d'un savoir faire, d'une compétence ou expertise chez quelqu'un pour la transposer chez quelqu'un qui ne savait pas faire. Par exemple, la "stratégie de l'orthographe" est sans doute l'une des plus connues, rapides et généralisables et pourra être apprise rapidement.

Le travail sur le passé: (quand même ! ) De nombreux comportements, difficultés, croyances, décisions, sont nés à un moment donné du passé, souvent dans la petite enfance, où quelque chose s'est passé et nous influence aujourd'hui.(la personne a la sensation que ça a toujours été ainsi). A l'aide d'une technique d'ancrage, le praticien pourra aider la personne à retrouver rapidement l'évènement. Ensuite, diverses techniques vont permettre de modifier le souvenir...

Exemple: le sujet éprouve aujourd'hui de grandes difficultés dans ses relations avec les autres, rougit facilement, et a du mal à s'exprimer face à plusieurs personnes.
Le praticien va lui demander de retrouver un exemple de moment où il est mal à l'aise et fait un ancrage (par exemple lui pose la main sur l'épaule) lorsqu'il ressent cette sensation. Ensuite, peut être après l'avoir aidé à se décontracter, et tout en maintenant le geste, lui demande d'accéder à ses souvenirs, (repartir dans le passé, se laisser aller en arrière, se laisser guider par le fil de cette sensation ...) pour retrouver les différents moments liés à cette émotion, jusqu'à la première fois. (plus ou moins rapidement, le sujet va se souvenir d'une expérience, à l'école, où un camarade lui avait baissé le pantalon, l'exposant devant toute la classe, et s'être senti humilié, blessé, ).
Maintenant, le praticien va, avec le sujet, imaginer de quelles ressources, capacités, celui-ci aurait eu besoin à l'époque pour que ça se passe bien pour lui (confiance, énergie, humour...). Le praticien va maintenant lui demander de revivre un moment où il a eu cette capacité et l'ancre là aussi avec un geste ou mot quelconque.
Enfin, le changement va consister à revivre l'expérience qui a créé la difficulté (l'école) mais avec cette capacité (ancrée avec le geste) et de la revivre différemment (grâce à la nouvelle ressource) pour modifier le souvenir et son impact au présent (le résultat est "surprenant").
Remonter le temps avec cette capacité et cette nouvelle interprétation des faits, faire de même pour les autre expériences marquantes et enfin, imaginer le futur en étant débarrassé de la timidité sont les étapes suivantes.
Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente