Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
RAS LE BOL
Douleur et Dépression, même combat !
Dr H. Raybaud

LA NON COMPLIANCE AUX TRAITEMENTS.
UN PROBLEME EXPLOSIF
Source : 10ème congrés du Collège Européen de neuro-psychopharmacologie - Vienne 13-17 septembre 1997

---- L'abandon précoce des trts est largement corrélés aux EI
---- Il est difficile de convaincre la poursuite d'un trt lorsque le patient va mieux
---- Il y aura toujours " le couillon de service " pour lui affirmer qu'il se drogue
---- La presse grand public diabolise volontiers les antidépresseurs ( comme Internet ! ) : ça fait vendre

.
Faut-il interdire le PROZAC ?
L'Evènement du Jeudi SANTE du 25 SEPTEMBRE AU 1er OCTOBRE 1997

ET LA CONNERIE ? RIEN DE PREVU ?

Les antidépresseurs responsables de suicides ?
13 avril 2015
Après la sortie du Pr Bernard Debré, les psychiatres remettent les pendules à l’heure

Ce ne sont pas les antidépresseurs qui provoquent les suicides, mais la dépression, souligne le Pr Thomas. Il y a en France un décès par suicide toutes les trois heures. Et beaucoup pourraient être évités, et ce en identifiant mieux la dépression et en évitant la stigmatisation ou la diabolisation de la prise en charge, des patients, des psychiatres, des médicaments et en diffusant une information juste étayée par les études scientifiques. Il faut à tout prix éviter les idées reçues sur ce sujet. [Lire]

Quelques titres-extraits de l'article ( le papier est un peu épais, dommage) :
  • Alain Ehrenberg, Sociologue : Lorsqu'on donne du Prozac, on ne sait plus ce que l'on soigne ( la grippe, Ducon ).
  • On s'achemine vers un psychisme virtuel sous Prozac ( Esculape : psychisme virtuel, eh oui, la mode est au virtuel...)
  • Tournée chez les toubibs : En 5 minutes, 2 mois de traitement( C'est pas bien, les mecs ! Même si le diagnostic est fait, faut causer, c'est 50 % du traitement )
  • Silence, on vend (Esculape : l'EDJ , on le donne ? )
  • Selon un médecin belge, le Prozac peut rendre violent ses adeptes (Esculape : Belge ! pourquoi pas. Adepte ! comme pour les sectes bien sur !!! UN MEDECIN fait le printemps)
  • Ne délirons pas, il ne fait pas le bonheur... (Esculape : ah bon, c'était prévu ? )
  • En France 900 000 boites de Prozac vendues chaque mois ( Esculape : soit 450 000 " adeptes donc. On va faire simple, la France 30 millions d'adultes et les estimations parlent de 10 % de dépressifs soit 3 millions, allez même avec 5 % cela fait encore 1,5 millions soit un million de patients dépressifs sans trt... )
  • 80 % des prescriptions sont faites par des MG (Esculape : 0 % par les plombiers )
Et voila, encore une fois un journaleux redresseur de tord, grand expert en pathologie psychiatrique ( si, si il a publié dans Ici Paris, l'EDJ et même la Chronique de Saint-Yvonnas publications scientifiques de haut niveaux ) informe le grand public que les MG sont des cons dangereux, incompétents.
Encore une fois, une pseudo-élite bien pensante, au chaud , bien nourrie, se prenant la tête devant son traitement de texte, le cul bien calé, bref, un " des milieux autorisés " comme disait Coluche. vient expliquer au patient désespéré que le PROZAC, Caca : ça rend pas heureux !!
Rien ne vaut le pinard bien de chez nous. C'est le premier anxiolytique français. Mais, eh, ho , Tabou ça ! Pas touche, c'est du gros pognon

Encore une fois, soigner les maux de l'âme n'est pas noble. Les maux du corps, Oui !!

Encore une fois on se trompe de cible.
Le patient déprimé est handicapé par sa maladie ( comme passer un examen avec 40 °C de fièvre).
Le but du traitement c'est pas de passer l'examen, c'est de rendre au déprimé SES MOYENS NORMAUX POUR QU'IL PUISSE GERER LA CRISE AU MIEUX.
Le traitement ne résout pas les problèmes mais essaye d'éliminer le handicap psychologique que représente la dépression.
Une psychothérapie de soutien - par le Médecin de famille - est indispensable. C'est notre boulot. Ne "psychiatrisons" pas ces problèmes mais à l'inverse, ne les négligeons pas.


GAMIAN : Global Alliance of Mental Illness Advocacy Networks
En Europe, le taux de suicide a considérablement augmenté dans les 20 dernières années en particulier chez les hommes ( + 35 % ) chiffre qui passe à 65 % pour les 15-24 ans.
En France, six adolescents sur 100 font une ou plusieurs tentatives de suicide chaque année.
Durant les 12 derniers mois, 43 000 européens ont mis fin à leurs jours et 700 000 personnes ont tenté de le faire.

Des investigations ont montré que plus de 90 % des suicides ont lieu chez des sujets atteints de troubles mentaux, la dépression arrivant en tête avec 60 %., 20 % sont alcooliques et 10 % atteints de schizophrénie.
La dépression atteint une femme sur quatre dans sa vie et un homme sur dix.

Diagnostiquée précocement, 80 % des sujets dépressifs réagissent favorablement au traitement antidépresseur associant une psychothérapie de soutien et un médicament sérotoninergique (PROZAC, DEROXAT, SEROPRAM, FLOXYFRAL, ZOLOFT,...)
Le rôle de la famille et de l'entourage proche est important ( 40 % des suicidés avaient évoqué leur intention dans les 6 mois précédant leur tentative ). Le MG est tout aussi important puisque un suicidé sur deux consulte dans le mois qui précède l'acte.
On peut estimer que 5 à 10 % des consultants d'un MG sont dépressifs ( pour atteindre 20 % dans certaines régions d'Europe où les conditions de vie sont particulièrement difficiles.
L'alcoolisme et l'usage de la drogue représentent souvent un substitut de traitement des troubles anxio-dépressifs.

Le Pr J. Angst rappelle que " chômage, isolement, alcoolisme, drogue, sensation de désespoir, apathie, insomnie et manque de concentration " sont les principaux facteurs de risque suicidaire.

L'étude Lépine menée à travers l'Europe en 1997 sur 78 000 patients:
----- 17 % souffraient de dépression.
----- 53 % d'entre eux ne cherchent pas à se traiter.
----- 2/3 de ceux qui demandent de l'aide ne reçoivent aucun trt.
----- Parmi ceux qui sont traités, un antidépresseur n'est prescrit qu'une fois sur quatre.


Bon j'arrête. Je sens que je vais devenir désagréable.
Voir également : Dépression et Pyschiatrie
Voir également : Dépression: Je suis Con
Voir également : France : 15% de dépression

NB NB NB NB
Les troubles bipolaires représentent une partie des syndromes dépressifs.
Dans sa forme atypique le diagnostic demeure difficile mais doit être de principe évoqué en particulier en l'absence d'éléments déclenchants (réactionnels).
Toutes les addictions doivent également soulever la question.
Plus d'informations : Les troubles bipolaires

J'aimerai bien avoir qques réactions à ce sujet ICI
Les contacts avec des patients déprimés sont assez fréquents et la première plainte est généralement l'incompréhension de l'entourage et parfois des soignants. Ainsi, à la dépression s'ajoute la culpabilité....
DEPRESSSION, MALADIE HONTEUSE ??????????????????
Voir Dépression : Une maladie différente ?

Subject: vecu
Date: Sat, 21 Feb 1998 14:46:22 +0100
From: xxxxxxxx@oncorum.com>
To: psychiatrie@esculape.com
Bonjour, Oh la la cela m'a fait un bien fou de lire ces textes;je me trimballe une dépression depuis 2 ans et je vis avec tout l'attirail ,médics et analyse et thérapie conjugale Il y a eu des jours tellement sombres que je ne pense pas que j'aurai pu tenir sans médicalisation .
C'est vrai que cette foutue maladie isole et que très peu de personnes comprennent et surtout acceptent la notion de maladie
Merci de ces pages.


Dr AXXXX VXXXXX
Salut les gars de la couleuvre,
Merci pour la bonne pinte de rigolade gratis : faut il que je sois têtu pour aller lire vos railleries à 1h du mat.
Moi je suis un pauvre sot de généraliste installé depuis 2 ans et je vois de plus en plus de dépressifs parce que je consulte pas avec un chronomètre.
Mon premier geste après un entretien bien creusé sur la situation du patient c'est le plus souvent une prescription d'IRS (prozac ou ixel) et de plus en plus une proposition de mise au point rapide (2 à 3 semaines, le temps que l'antidépresseur fasse effet), si je peux j'évite les benzo et je propose de l'imovane en cas d'insomnie invalidante.
Bref, avec tout ça, les résultats sont spectaculaires surtout sans les effets indésirables des tricycliques. J'utilise (on va encore crier au monopole) le programme plein vent soutenu par les gars de chez Prozac.
En clair : comment faire pour ne pas prendre vos patients pour des...
Salut et continuez comme ça. Je vous suis!!!
Esculape : Honte à toi !!!!

Cher confrère,
Quel bonheur de lire l'expression du bon sens et surtout de la vraie médecine qui se veut thérapeutique. Je partage absolument tout ce que vous dites et j'ai déjà élevé de la sorte la voix à moultes reprises notamment dans un Editorial de l'Encéphale intitulé : Plaidoyer pour les benzodiazépines.
Je fais en effet partie de ces médecins qui pensent que l'insomnie, l'anxiété ou la dépression sont plus toxiques que les hypnotiques, les anxiolytiques ou les antidépresseurs. Et qu'il est particulièrement irresponsable de mettre à l'index les médicaments psychotropes et leurs prescripteurs et de contribuer à freiner l'accès aux soins de tant d'individus en souffrance psychique (certes moins noble que la physique), savonnant d'autant la pente qui les fait glisser vers le handicap voire le suicide.
Merci de cette oeuvre bienfaisante et continuez
Professeur Saida DOUKI
Président de la Société Tunisienne de Psychiatrie
Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente