Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
Prévalence et traitement de la dépression
chez les personnes âgées

L'incidence de la dépression dans la population générale est de 11 à 16 %. Elle est la même chez le sujet agé tout venant mais est de 15 à 30 % lorsque les sujets > 65 ans consultant en médecine générale.
En maison de retraite, elle atteint 15 à 45 % des patients.
Le risque suicidaire est important > 10%.

La dépression du sujet agé ne doit pas être considérée comme liée à la vieillesse. Le sujet âgé déprime pour des raisons diverses mais pas parce qu'il est vieux mais elle est toutefois liée à des particularités physiologiques et à la fréquence de pathologies dépressogènes ou des médicaments.

Le tableau clinique peut être franc mais également s'exprimer par une simple baisse des capacités cognitives ou physiques. La principale plainte demeure alors la fatigue mais des douleurs articulaires, digestives, ORL sont également fréquentes.
Une étiologie organique doit être systématiquement recherchée : cancer, lymphomes, troubles endocriniens, atrophie cortico-corticale, apnée du sommeil, etc..

Enfin le syndrome dépressif peut masquer ou être le début d'un syndrome démentiel ou d'une maladie d'Alzheimer. Trés souvent l'apathie, le manque d'entrain, la réduction des initiatives qui sont des signes de démences sont pris pour des troubles dépresifs.
Al'inverse, toute suspicion de maladie d'Alzheimer peut - voire doit - bénéficer d'un traitement d'épreuve par un antidépresseur. L'utilisation du Mini Mental Test est vivement recommandée.

Le traitement de la dépression du sujet agé fait appel aux antidépresseurs inhibiteurs de la capture de la sérotinine (Déroxat °, Prozac °, etc..) ou de la sérotonine + noradrénaline (Effexor °, Ixel °, Norset °,..). L'Athymil ° ou le Stablon peuvent également être utilisés alors que les tricyliques le sont plus rarement (EI anticholinergiques importants)

Voir également MAJ 2004 La dépression du sujet âgé (épidémiologie, sémiologie, dépistage, formes cliniques)



Dépression du sujet âgé
(Arch. Gen. Psychiatry 2000 ; 57 : 601-607, Steffens DC et al.)
http://www.archgenpsychiatry.com/


L'importance croissante de la population âgée et l'influence majeure de la dépression sur la qualité de vie de ces personnes suscitent un intérêt particulier pour l'évaluation épidémiologique dans ce groupe d'âge.

Cette étude a donc interrogé 4559 personnes âgées de 65 à 100 ans sur la présence de signes dépressifs et sur l'éventuel traitement qu'elles recevaient.

La prévalence du syndrome dépressif majeur était de 4,4% chez les femmes et de 2,7% chez les hommes. Par contre, les formes subsyndromiques étaient peu fréquentes.

Parmi les sujets souffrant de dépression 35,7% prenaient un antidépresseur (essentiellement des ISRS) et 27,4% étaient sous sédatif/hypnotiques. La prévalence estimée sur la vie entière était de 20,4% chez les femmes et de 9,6% chez les hommes.

Ces prévalences sont plus élevées que dans les études précédentes et l'usage d'antidépresseurs bien qu'en augmentation reste très en dessous de ce qu'il devrait être. La prescription de sédatifs/hypnotiques est basse par rapport à nos données européennes.

Voir également : Dépression : Je suis con !
Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente