Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
TRAITEMENT DES TROUBLES BIPOLAIRES
2004 - 2009

MAJ 2009
Troubles bipolaires ( HAS Mai 2009)[Lire] (pdf)

=========================

PRISE EN CHARGE PSYCHOLOGIQUE

Cette prise en charge est une partie importante du traitement. Elle comprend :
  • Une information détaillée sur la maladie et les traitements ) vers le patient et sa famille
  • Des séances (de groupes ?) sur des thèmes comme la réconnaissance des signes avant-courreurs des virages maniaques, la gestion du quotidient, l'obervance, le contrôle des situations de stress.
Les études confirment leur efficacité dans la prévention des récidives et la qualité de vie.

TRAITEMENT DES EPISODES MANIAQUES

Le lithium (THERALITE °) est en théorie le traitement de première intention des états d'excitation et de la prophylaxie des récidives maniaques et dépressives.
De nouveaux traitements peuvent être maintenant utilisés

olanzapine (ZYPREXA °) - divalproate (DEPAKOTE
Les deux sont indiqués dans le traitement curatif des épisodes maniaques.
Leurs maniabilité et leur tolérance sont satisfaisantes et le ZYPREXA parait offrir une protection supérieure au litium des risques de récidive maniaque ou dépressive
Le Zyprexa ° peut être associé au lithium ou au Dépakote ° dans les formes sevères ou résistantes.

TRAITEMENT DES ETATS DEPRESSIFS

Dans la littérature, la notion de risque de virage maniaque (ou hypomaniaque) sous antidépresseur est souvent associée au risque d’induction de cycles rapides. Les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (IRS) et le bupropion présenteraient un faible risque d’induire des épisodes hypomaniaques ou maniaques, de même que des cycles rapides, en comparaison aux tricycliques. Cette constatation est confirmée par Frances dans une synthèse de recommandations d’experts, indiquant que le bupropion est parmi les antidépresseurs, le moins susceptible d’induire un virage maniaque, et que ce risque est faible également pour les IRS.

Dans un consensus d’experts nord-américains révisant le premier consensus (publié en 1996) consacré aux traitements des troubles bipolaires, les stratégies proposées pour le traitement de la dépression en phase aiguë.
  • Dans les formes sans cycle rapide, lorsque l’état dépressif est modéré ou chez les patients pour lesquels un traitement antidépresseur a induit un épisode maniaque, les experts préfèrent l’utilisation d’un thymorégulateur seul, le lithium en priorité.
  • Lorsque la dépression est sévère, l’adjonction d’un antidépresseur est recommandée et dans ce cas, les IRS et le bupropion font référence.
  • Lorsque le lithium ne peut pas être employé, le divalproate et la lamotrigine offrent des possibilités tout à fait sérieuses.
La lamotrigine (LAMICTAL ° ), hors AMM a démontré son efficacité dans cette indication et parait prévenir - mieux que le lithium - l'apparition des récidives. Il est bien toléré (pas de prise de poids) mais avec un risque d'effets secondaires cutanés.

Pour en savoir plus Traitement de la dépression bipolaire : rôle des antidépresseurs dans l'induction des cycles rapides ou zz



Voir également
  • Psychose maniaco-dépressive
  • Troubles bipolaires
  • Dépistage des troubles bipolaires
  • Interrogatoire de dépistage
  • Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente