Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
Prodromes et premiers symptômes
des troubles bipolaires

Si en présence d'un accès maniaque typique [Lire], le diagnostic de trouble bipolaire ou de psychose maniaco-dépressive est généralement facilement porté, les formes atypiques ou les prodromes restent trop souvent ignorés.
De nombreux patients sont confrontés à la loi pour des actes de délinquance commis lors d'épisodes maniaques avec désinhibition bien avant qu'un diagnostic ait été porté.

La maladie peut se déclarer à tout âge avec 3 pics de fréquence : adolescence, 25 et 40 ans. Outre des actes délictueux, un changement brutal d'humeur (cassure avec l'état antérieur), une multiplicité de projets et des dépenses excessives doivent être de signes d'alarme.
Dans la tranche d'âge des 16-22 ans, pic de fréquence d'apparition des troubles bipolaires, des comportements associaux peuvent passer pour "une crise d'adolescence" et la consommation de toxiques banalisée alors que dans 60 % des cas, des troubles bipolaires y sont associés.

Pendant les années qui séparent l'apparition des premiers symptômes nets du diagnostic, ces patients à hauts risques (dépenses exagérées, vie affective chaotique, troubles des conduites avec difficultés professionnelles, problèmes médico-légaux, tentatives de suicide [50 %] ou suicide (1 sur 5 ) vont recevoir des thérapeutiques inappropriées.
Voir :
  • les troubles bipolaires [Lire] ++++
  • Dépistage des troubles bipolaires (Questionnaire)[Lire]
  • Questionnaire de dépistage des troubles bipolaires [Lire]
    • Une dépression : les déprimés unipolaires évoluent dans 50 % des cas vers un TB. Il faut rechercher les moments d'hypomanie (ressentis comme un bien-être), peu évoqués par le déprimé, être vigilant face à une réponse trop rapide à l'instauration d'un traitement antidépresseur (en faveur d'un TB) et surveiller les éventuelles oscillations thymiques après l'amélioration symptomatique de la dépression
      En particulier, la dépression de l'enfant se présente de façon différente : peu ou pas de tristesse, hypersomnie, prise de poids, irritabilité, plaintes somatiques, anxiété, sentiment de vide.
      A noter qu'un traitement antidépresseur par tricyclique ou IRS peut provoquer une flambée sous la forme d'un épisode maniaque.

    • L'hypomanie correspond à une forme atténuée de manie. Dans les formes discrètes de l'adulte, elle peut s'accompagner d'une amélioration des performances et de la créativité compatible avec la vie socio-professionnelle du patient.

    • L'hypomanie de l'enfant et de l'adolescent peut s'exprimer par des accès de colère, une « tempête affective », un excès de familiarité, une hyperactivité, des troubles de l'attention, une indiscipline scolaire, une hypersexualité, un sentiment de toute-puissance, des conduites à risque et/ou antisociales.

    • Des conduites addictives : 30 % des adolescents et des adultes jeunes ayant un trouble bipolaire font des abus d'alcool/drogue qui modifient le tableau et rendent le diagnostic difficile (présence de symptômes psychotiques non congruents à l'humeur)

    • Les troubles du comportement (impulsivité, irritabilité, agressivité, troubles des conduites) doivent attirer l'attention. De plus, il existe une comorbidité anxieuse importante avec le trouble bipolaire (anxiété généralisée, phobie sociale) compliquant la prise en charge.

    • Des troubles des conduites alimentaires
    Devant un tableau atypique chez l'adulte, la recherche de ces éléments dans l'enfance ou l'adolescence permet aussi d'orienter le diagnostic.

    Les thymorégulateurs constituent le traitement des troubles bipolaires.

    Sur Esculape : Voir
    Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente