la Revue Prescrire a ouvert son site internet à l'adresse :
http://www.prescrire.org/




NB : De Mai 1999 à décembre 2002, les sommaires sont visibles sur Esculape Cliquez ICI

Extraits du Sommaire de la revue Prescrire,
Juillet-août 2003, Volume 23, N° 241

www.prescrire.org

NOUVEAUX MEDICAMENTS ET NOUVELLES INDICATIONS
  • Mémantine Une évaluation médiocre et un intérêt incertain dans la maladie d'Alzheimer (p.485-488)
  • Paracétamol + tramadol Pas de progrès contre la douleur (p. 489-491)
  • Vaccins hexavalents Une simplification pour la vaccination des nourrissons contre l'hépatite B (p. 492-496)
  • Fer intraveineux Nouvelle indication : utilité marginale en postopératoire (p. 497 + site www.prescrire.org)
  • Agalsidase Avec du recul : les données complètes rendent incertain l'intérêt clinique

    o Point de vue de la rédaction : Une affaire de "médicament orphelin" révélatrice (p. 498-499 + site www.prescrire.org)

    Actualités à la loupe
    oooo Affichage des prix à l'officine
    oooo Imatinib : deux indications remboursables
    oooo Acide folique CCD° 0,4 mg : remboursable (…) (p. 500-507)

    VIGILANCE
    oooo Hypoglycémie par interaction répaglinide + gemfibrozil
    oooo Compléments alimentaires : gare à l'iode caché
    oooo Décès dus aux lits médicaux à hauteur variable
    oooo Glitazones : risques cardiaques et hépatiques (suite) (p. 508)
    oooo Effets indésirables musculaires des statines (p. 509-514)
    Globalement, 1% à 6 % des patients qui prennent un hypocholestérolémiant de la famille des statines se plaignent de myalgies sans gravité, associées ou non à une élévation de l'activité créatine kinase sérique. Des élévations de l'activité créatine kinase sérique de l'ordre de 10 fois la normale, surviennent avec une fréquence de 0,1 % à 0,5 %. Dans de rares cas, la destruction musculaire est massive, et peut être mortelle ou laisser des séquelles. Les facteurs connus de risque sont une dose élevée de médicament, une insuffisance rénale ou hépatique, une hypothyroïdie, une pathologie musculaire préexistante, et l'association avec certains médicaments : fibrates, etc. Les patients doivent être avertis des risques d'atteinte musculaire. L'apparition de symptômes doit faire doser l'activité créatine kinase sérique. L'arrêt de la statine est à envisager au-delà de 5 fois la limite supérieure de la normale.

    STRATEGIES
    • Décès périnatals :
      Accompagner le deuil, à l'écoute des préférences des parents (p. 515-521) Les décès d'enfants nés après 22 semaines d'aménorrhée et/ou pesant moins de 500 g, décédés in utero ou à moins de 7 jours de vie, touchent plus de 5 000 grossesses par an en France. Le deuil des parents est difficile. La très grande majorité souhaitent voir l'enfant. Des parents sont parfois mis à mal par l'attitude des soignants. Les parents sont en général demandeurs de davantage de dialogue, d'explications, d'informations et d'empathie.

    • Anévrismes de l'aorte abdominale
      Surveillance, chirurgie conventionnelle ou endoprothèse : avant tout selon la taille (p. 522-526) En cas de rupture d'anévrisme de l'aorte abdominale, la mortalité est de 75 % à 92 % malgré les traitements. Le risque de rupture augmente avec la taille. La chirurgie conventionnelle préventive expose à une mortalité opératoire de 3 % à 6 %, et a probablement une balance bénéfices-risques favorable pour les anévrismes symptomatiques ou d'un diamètre supérieur à 5,5 cm.

    • Les antalgiques opiacés faibles
      Un intérêt modéré pour la pratique (p. 527-531) Pour traiter les douleurs légères à modérées, paracétamol, anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), aspirine sont en première ligne. L'association paracétamol + codéine augmente peu l'effet antalgique du paracétamol, au prix d'effets indésirables plus importants. Les associations paracétamol + dextropropoxyphène ou + tramadol ont encore moins d'intérêt.

    • Cystite aiguë simple de la femme jeune
      Un diagnostic par les plaintes spontanées (p. 532-534) Chez les femmes âgées de 15 ans à 65 ans, non enceintes, sans antécédent important, et sans épisode infectieux urinaire durant les 3 mois précédents, l'association dysurie + pollakiurie, sans plainte de pertes vaginales ni de prurit vaginal, suffit à poser le diagnostic de cystite aiguë simple.

    • Les anticholinestérasiques dans la maladie d'Alzheimer
      Un effet modeste, limité aux formes modérément sévères (p. 534-536) L'effet spécifique des anticholinestérasiques est modeste : 10 % environ des patients ont une amélioration clinique, de courte durée.

    • Les rhabdomyolyses
      Des simples douleurs musculaires à l'insuffisance rénale aiguë (p. 537-539) La lyse des cellules musculaires squelettiques entraîne une faiblesse et des douleurs musculaires, mais aussi des symptômes de compression nerveuse et vasculaire. Les complications sont parfois mortelles.

    • Anémie postopératoire
      Prévention et fer par voie orale (p. 540-542) Le traitement repose avant tout sur le fer, par voie orale de préférence. La décision de transfusion dépend de l'hémoglobinémie (seuil en général à 8 g/dl) et des capacités du patient à s'adapter à l'anémie.

    • Évaluation du clopidogrel (suite) La balance bénéfices-risques reste incertaine o Rougeole en Suisse et à Marseille (p. 542)
    OUVERTURES
    oooo Le sida dans l'Union Européenne
    oooo Prise en charge des audioprothèses
    oooo Moins de naissances le week-end
    oooo Non merci… (p. 545-546)

    Le Conseil d'État (p. 547-548)
    Le Conseil d'État, à la fois conseiller juridique du Gouvernement et juridiction administrative suprême, intervient aussi dans le domaine de la santé : examen de projets de loi, tel que, chaque année, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale ; examens des recours contre des décisions administratives, etc.

    PRESCRIRE EN QUESTION
    • Vitamine B1 par voie orale : inefficace en prévention des piqûres de moustiques
    • Peut-on exploiter les résultats d'un essai clinique contraire à l'éthique ? (p. 555-556)
    • et sur le site Prescrire :
      • De l'héparine avant un voyage aérien en cas d'artérite ? Attention au risque hémorragique
      • Hypertension artérielle : quelle place pour les antagonistes de l'angiotensine II ? (suite) Diurétiques toujours en première ligne
      • Propylèneglycol : quels risques de toxicité ? Pas de toxicité connue sur la reproduction, mais des réactions d'hypersensibilisation
      • Drotrécogine alfa : quel niveau de preuves avec l'essai PROWESS ? On ne sait toujours pas rigoureusement quels patients sont susceptibles de tirer bénéfice de la drotrécogine et ceux susceptibles d'en pâtir
      • La lutropine alfa apporte-t-elle un progrès thérapeutique tangible ? Pas de preuve d'une supériorité tangible sur les substances d'origine extractive (2 pages, 2 références)
    INFORMATIONS ABONNEMENTS
    Les abonnements sont le seul financement de la revue Prescrire. Nous ne pouvons donc offrir d'abonnements gratuits. Cependant, la revue Prescrire a mis en place des tarifs spécifiques et adaptés aux professionnels de santé exerçant dans les pays à faibles ressources (Tarifs Soutien International pour les pays dont le PNB est inférieur à 10 000 USD)*.
    Si vous ne connaissez pas la revue Prescrire, nous pouvons vous adresser un exemplaire ; envoyez-nous votre nom et adresse complète. L'abonnement annuel à la revue Prescrire comprend la livraison de 11 numéros de la revue Prescrire ainsi que de leurs éventuels suppléments, la mise à disposition d'outils de recherche des articles de la revue (index papier, index Prescrire sur CD-ROM), et l'accès complet au Site Internet Prescrire (www.prescrire.org). Prix de l'abonnement (1 an) : Tarif normal = 190 Euros; Tarif étudiants = 95 Euros ; Tarif Institutions = 430 Euros

    La revue Prescrire BP 459 75527 Paris Cedex 11 FRANCE
    Tél : 33 1 49 23 72 65 - Fax : 33 1 48 07 87 32
    Site internet : www.prescrire.org

    Accueil Nouveautéswbm@esculape.com Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente