Enfants et séniors
le métapneumovirus (MPV).

Le principal coupable des bronchiolites demeure le virus respiratoire syncitial (VRS).
Mais il n’est pas seul en cause, et bon nombre de cas restent idiopathiques. L’an dernier une équipe hollandaise décrivait un nouveau virus, le métapneumovirus (MPV) dont la découverte pourrait changer la donne, comme en atteste deux papiers publiés dans le Lancet et le Journal of Infectious Diseases.

En fait le MPV serait l’homologue humain du pneumovirus aviaire, passé de l’oiseau à l’Homme depuis au moins 40 à 50 ans. Le tableau clinique semblait à l’époque assez proche de celui de l’infection à VRS donnant une atteinte des voies respiratoires hautes sans gravité et des bronchiolites.
Le lien formel entre la présence du virus et la maladie ne peut toutefois t être établi avec certitude sur la base de ces seuls travaux.

Il s’agirait d’un virus ubiquitaire, auxquels tous les enfants autour de 5-10 ans auraient été exposés. C’est justement l’équipe canadienne du Pr Guy Boivin de l’Université Laval à Québec qui a tenté de mieux caractériser l’infection à MPV. Ayant déjà montré qu’à l’instar du VRS le métapneumovirus pouvait occasionner des réinfections sur deux hivers consécutifs,

Les chercheurs se sont cette fois attaché à dresser un tableau correspondant à 37 individus infectés et hospitalisés . Pour les 12 enfants de moins de 5 ans (15 mois en moyenne) la durée médiane d’hospitalisation a atteint les 4 jours, et 3 d’entre eux ont dû passer en soins intensifs. Tous avaient un diagnostic de bronchiolite, compliqué dans 66 % des cas d’une pneumonie, dans 25 % des cas d’une otite. Comme les co-infections étaient rares, le lien de causalité apparaît de plus en plus probable. Mais le virus ne s’attaquait pas seulement à cette tranche d’âge : les plus de 65 ans étaient eux aussi concernés, avec une hospitalisation de 10 jours et 20 % de passage en intensif.

Leur étude suggère que le MPV humain peut être ajouté à la liste des pathogènes respiratoires à tous les âges (…), représentant 7,1 % (29,3 % chez les plus de 65 ans) des cultures positives.

Le principal fait nouveau est donc que « le MPV pourrait être un agent causal des sifflements aigus chez l’enfant ».Des auteurs se sont aperçus qu’entre le mois de janvier et d’avril 2001, une infection à MPV pouvait être décelée chez 32 % des 31 enfants avec wheezing.

Références
Van den Hoogen BG, de Jong JC, Groen J et al. A newly discovered human pneumovirus isolated from young children with respiratory tract disease. Nat Med. 2001 Jun;7(6):719-24.
Peret TC, Boivin G, Li Y et al. Characterization of human metapneumoviruses isolated from patients in North America. J Infect Dis. 2002 Jun 1;185(11):1660-3.
Boivin G, Abed Y, Pelletier G et al. Virological features and clinical manifestations associated with human metapneumovirus: a new paramyxovirus responsible for acute respiratory-tract infections in all age groups. J Infect Dis. 2002 Nov 1;186(9):1330-4.
Jartti T, van den Hoogen B, Garofalo RP et al. Metapneumovirus and acute wheezing in children. Lancet. 2002 Nov 2;360(9343):1393-4.
Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente