Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
Millepertuis
Alternative aux antidépresseurs?
HYPERICUM PERFORATUM

Millepertuis - St. John's wort
Source : MEDLINE - Dr Bernard Robinet - Dr Sylvette Vandel

NB
La présentation sur le site Esculape d'une méthode thérapeutique ou d'un produit ne signifie pas que le responsable du site cautionne les informations présentées ou le site référencé.
Dans tous les cas, seul votre médecin traitant peut vous renseigner et doit être informé de votre démarche.
A lire absolument Dix moyens pour éviter de se faire avoir par les charlatans [Lire]

le mille pertuis agit comme un puissant inducteur des enzymes du cytochrome P450, diminuant ainsi l’effet des autres médicaments co-prescrits, substrats de ces isoenzymes : contraceptifs hormonaux (risque de grossesse), AVK (risque de thrombose), antiprotéases (risque de multiplication du virus HIV), inhibiteurs calciques, corticoïdes, antiépileptiques, immunodépresseurs…

A l’arrêtde l’inducteur (millepertuis), des signes de surdosage peuvent apparaitre (l’élimination du médicament associé étant soudainement ralentie). [Lire]

NB NB NB NB : Le millepertuis est commercialisé, en 2009, en France sous les noms (peu évocateurs) de Mildac° ou Prosoft° avec le libellé « traditionnellement utilisé dans les manifestations dépressives légères et transitoires » ce qui souligne bien son inefficacité dans les dépressions caractérisées.

Le traitement de la dépression par la chimiothérapie reste difficle par les effets secondaires des traitements et par la réticence des patients.
Si les extraits d'Hypericum perforatum (HP) étaient aussi efficaces que les antidépresseurs chimiques, ils constitueraient une alternative thérapeutique trés intéressante mais les publications sont contradictoires.

Voir plus bas, les publications du JAMA et du LANCET [Lire]
Voir plus bas MAJ du BMJ 02/2005 [Lire]

MAJ 11/2002
PROCALMIL ° des laboratoires Arkopharma a obtenu une AMM en France.
La posologie est de 1 cp matin et soir

RAPPEL : Le Procalmil est contre indiqué avec les AVK, la ciclosporone et les antirétroviraux.
Il est également déconseillé en association avec la digoxine, la théophylline, la carbamazépine phénytoïne, les contraceptifs oraux et les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine

MAJ 09/2002
Le millepertuis à nouveau sur la sellette !
Source : Journal of the National Cancer Institute 2002 ;94 :1247-9

Déjà impliqué dans des intoxications ou des accidents chirurgicaux, réputé pour ses interactions dangereuses avec certains médicaments, le millepertuis se trouve aujourd'hui accusé par une étude néerlandaise... d'inhiber les effets de chimiothérapies anticancéreuses.
L'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (AFSSAPS) recommandait déjà de ne pas l'utiliser chez les personnes prenant de la digoxine, de la théophylline, des anticoagulants à base d'anti-vitamine K, des contraceptifs oraux ou certains antidépresseurs. La ciclosporine - un antirejet - et l'indinavir - une antiprotéase contre le VIH - figuraient aussi sur la liste des exclusions.

CANCER ET SIDA
Le travail publié dans le Journal of the National Cancer Institute (94,1207-49) par une équipe de l'université Erasme de Rotterdam devrait faire ajouter les chimiothérapies anticancéreuses à cette liste qui s'allonge... Ron Mathijssen et ses collaborateurs ont en effet remarqué qu'il bloque l'effet de l'irinotecan, utilisé contre certains cancers colorectaux. La nouveauté, c'est que le mécanisme de cet effet indésirable aurait été percé à jour. Le millepertuis agirait en bloquant une voie métabolique essentielle, celle du cytochrome hépatique P450. Une voie empruntée par plus de la moitié des chimiothérapies anticancéreuses et par certains antiviraux (Indinavir)...
Par exemple, la concentration plasmatique de l'irinotécan s'effondre -42 %) le rendant totalement inefficace

Eliminer le millepertuis ? D'accord, mais ce n'est pas simple. Les pharmaciens sont seuls autorisés à le délivrer, mais il est aussi utilisé dans une foule d'indications où son caractère " naturel " le fait apprécier. Dans le désordre, citons la constipation ou la cellulite, l'énervement, les spasmes, les troubles respiratoires, les infections, l'énurésie...
Bien des malades peuvent y recourir par automédication.

MAJ 04/2001
Un essai en double aveugle sur 324 patients atteint de dépression discrète à modérée ont été traité par un extrait alcoolique à 0,2% d'hypericine a montré une efficacité identique à 50 mg d'imipramine deux fois par jour.
Woelk H pour le groupe d’étude Remotiv. Imipramine. comparison of St John’s wort and imipramine for treating depression : A randomised controlled trial. Br Med J, septembre 2000 ; 321 : 536-9

META-ANALYSE :
EFFICACITE DES EXTRAITS DE H.P. DANS LE TRAITEMENT DE LA DEPRESSION

Linde K, Ramirez G, Mulrow CD, Pauls A, Weidenhammer W, Melchart D: St John's wort for depression--an overview and meta-analysis of randomised clinical trials. BMJ 1996 Aug 3;313(7052):253-258

Des essais contre placebo (13) : H.P. 55% de répondeurs contre 22 % pour le placebo
Contre antidépresseurs (maprotiline, imipramineou amitryptilline) : H.P. 64 % de répondeurs contre 58 % pour la chimiothérapie. L'association H.P. + valériane (68 % de répondeurs) contre amitryptilline ou désipramine (50 % de répondeurs)

Conclusion : le nombre de patients déprimés répondeurs aux extraits d'hypericum est supérieur à celui des répondeurs à un placebo et aux antidépresseurs classiques.
Le nombre d'effets secondaires H.P/placebo sont identiques mais moindre par rapport aux patients sous chimiothérapie.

QUESTIONS-REPONSES
  • Qualité et standardisation des extraits
    La standardisation des extraits de plantes totales est une difficulté de la phytothérapie. L'idéal est de repérer un principe actif essentiel et de l'utiliser comme marqueur. L'hypericine a été retenue .
    Aux USA, les travaux sont généralement faits avec un extrait LI 160
    --- JARSIN ® : gel 300 mg x 3 /J stantardisée à 360 µg d'hypericine totale par gélule
    --- PSYCHOTONIN ® 30 ggtes x 3/J) standardisée à 0,25 mg/ml d'hypericine totale
    --- NEUROPLANT ® / capsules extrait sec à 500 µg d'hypericine totale par capsule
    En France,
    --- MILPERTIL ® gel 300 mg standardisée à 220 µg par gelule : posologie 1 gel x 3/ J ( Jusqu'à 6 gelules/j)

  • EFFETS SECONDAIRES - CI - ASSOCIATIONS
    Grossesse/ Allaitement Déconseillé pour les uns, contre-indiqué pour d'autres : Une réation allergique semble être l'EI le plus fréquents (2 %) et qques troubles digestifs (1%)
    Une photosensibilisation est possible ainsi que quelques cas d'augmentation des transaminases

  • PHARMACOLOGIE
    Les extraits d'H.P. auraient un effet sérotoninergique et mélatoninergique

    L’extrait de millepertuis n’est pas efficace dans le traitement des dépressions majeures
    Source : JAMA 10 avril 2002;287:1807-14

    Une étude publiée dans le JAMA confirme l'inefficacité du millepertuis perforé (Hypericum perforatum ou St John's Wort ou herbe de Saint Jean), dans le traitement de la dépression majeure, après une étude de lannée dernière parue dans le même journal et arrivant aux mêmes conclusions (voir dépêche du 18 avril 2001).

    Soulignant que «les américains sont de plus en plus nombreux à utiliser des compléments alimentaires type ‘St John’s Wort’ pour traiter leur dépression sans consulter un médecin», Jonathan Davidson, professeur de psychiatrie et directeur du Anxiety and Traumatic Stress Program au Duke University Medical Center, explique pourquoi cette étude du Hypericum Depression Trial Study Group s’imposait pour tenter de d’infirmer ou de confirmer l’efficacité du millepertuis (extrait LI-160) dans le traitement des troubles dépressifs majeurs.

    Cette étude multicentrique randomisée a été effectuée en double aveugle, avec placebo, entre 1998 et 2000, et a concerné 340 patients adultes souffrant de dépression majeure avec un score total d’au moins 20 sur l’échelle d’Hamilton.

    Les résultats montrent qu’il n’y a aucune différence significative entre la prise de l’extrait de millepertuis et un placebo concernant les changements du score de Hamilton, au cours des 8 semaines de traitement (-9,20 vs –8,68).

    Cette étude, selon leurs auteurs, prouvent la non efficacité de H perforatum dans le traitement de la dépression majeure modérément sévère. Même si ces résultats sont peut-être dus à une sensibilité basse de l’étude, l’absence complète de signes d’efficacité du millepertuis est selon eux remarquable.
    Source : JAMA 10 avril 2002;287:1807-14

    Pas de millepertuis contre la dépression
    Source : The Lancet, Volume 359, p 1317, 13 avril 2002 par aimable autorisation de
    http://www.destinationsante.com

    Très populaire comme anxiolytique naturel, le millepertuis vient de se voir nier toute efficacité contre les dépressions majeures.
    Une étude randomisée en double aveugle conduite à la Duke University met ainsi un terme à la " carrière " de cette plante considérée comme le psychotrope le plus écologique qui soit. Voire... Le Dr Jonathan Davidson qui a coordonné ce travail, a en effet suivi pendant huit semaines, plus de 340 patients souffrant de dépression majeure.

    Une partie d'entre eux a reçu chaque jour entre 900 et 1 500 mg de millepertuis, un autre groupe recevant un antidépresseur de la pharmacopée allopathique. Un troisième groupe enfin a reçu un placebo. D'après les tests d'évaluation de la dépression, seul un patient sur quatre dans le " groupe millepertuis " a vu son état s'améliorer. Contre un sur trois de ceux qui avaient reçu un placebo...

    Pour les auteurs il n'y a pas de doute. " Le millepertuis n'est d'aucune utilité dans le traitement de la dépression ". D'ailleurs leur verdict est sans appel : " si un membre de votre famille ou un ami souffre d'une dépression, ne l'encouragez surtout pas à prendre du millepertuis. Car les conséquences d'une dépression non-traitée peuvent être très graves... ". Sans oublier que cette plante n'est pas sans danger, même si elle est naturelle.

    En effet, des interactions graves liées à son utilisation ont été signalées en présence de médicaments, dont certains très courants. C'est le cas de la digoxine, de la théophylline, d'anticoagulants à base d'anti-vitamine K, des contraceptifs oraux ou... de certains antidépresseurs. C'est également vrai pour des médicaments moins courants comme la ciclosporine ou l'indinavir, un traitement de l'infection à VIH.



    POUR EN SAVOIR PLUS :
    Hypericum home page
    www.crs.ulaval.ca

    QUELQUES REFERENCES
    Vorbach EU, Arnoldt KH, Hubner WD: Efficacy and tolerability of St. John's wort extract LI 160 versus Imipramine in Patients with Severe Depressive Episodes According to ICD-10. Pharmacopsychiatry. 1997 Sep;30 Suppl 2:81-85

    St. John's Wort has been studied in double-blind placebo controlled trials and been found to be relatively equal to tricyclic antidepressants, without the side effects, in mild to moderate depression. The study on severely depressed patients showed efficacy equal to 150 mg imipramine/day, again with minimal adverse events.
    Future studies may find that this herb is a good alternative to SSRI's in these patients, but until then, we cannot ignore that these crude drugs have pharmacological effects that may react with active patient medications and need to be included when we take a medication history.


    Title
    St John's wort for depression--an overview and meta-analysis of randomised clinical trials [see comments]
    Author
    Linde K; Ramirez G; Mulrow CD; Pauls A; Weidenhammer W; Melchart D
    Address
    Projekt M¨unchener Modell, Ludwig-Maximilians-Universit¨at, Munich, Germany.
    Source
    BMJ, 313(7052):253-8 1996 Aug 3
    Abstract
    OBJECTIVE--To investigate if extracts of Hypericum perforatum (St John's wort) are more effective than placebo in the treatment of depression, are as effective as standard antidepressive treatment, and have fewer side effects than standard antidepressant drugs. DESIGN--Systematic review and meta-analysis of trials revealed by searches. TRIALS--23 randomised trials including a total of 1757 outpatients with mainly mild or moderately severe depressive disorders: 15 (14 testing single preparations and one a combination with other plant extracts) were placebo controlled, and eight (six testing single preparations and two combinations) compared hypericum with another drug treatment. MAIN OUTCOME MEASURES--A pooled estimate of the responder rate ratio (responder rate in treatment group/responder rate in control group), and numbers of patients reporting and dropping out for side effects. RESULTS--Hypericum extracts were significantly superior to placebo (ratio = 2.67; 95% confidence interval 1.78 to 4.01) and similarly effective as standard antidepressants (single preparations 1.10; 0.93 to 1.31, combinations 1.52; 0.78 to 2.94). There were two (0.8%) drop outs for side effects with hypericum and seven (3.0%) with standard antidepressant drugs. Side effects occurred in 50 (19.8%) patients on hypericum and 84 (52.8%) patients on standard antidepressants. CONCLUSION--There is evidence that extracts of hypericum are more effective than placebo for the treatment of mild to moderately severe depressive disorders. Further studies comparing extracts with standard antidepressants in well defined groups of patients and comparing different extracts and doses are needed.


    MAJ 02/2005
    Acute treatment of moderate to severe depression with hypericum extract WS 5570 (St John's wort): randomised controlled double blind non-inferiority trial versus paroxetine.
    Szegedi A, Kohnen R, Dienel A, Kieser M.
    : BMJ. 2005 Mar 5;330(7490):503
    Charite-Universitatsmedizin Berlin, Campus Benjamin Franklin, Department of Psychiatry and Psychotherapy, Eschenallee 3, 14050 Berlin, Germany.

    OBJECTIVE: To investigate the efficacy of hypericum extract WS 5570 (St John's wort) compared with paroxetine in patients with moderate to severe major depression.
    DESIGN: Randomised double blind, double dummy, reference controlled, multicentre non-inferiority trial. SETTING: 21 psychiatric primary care practices in Germany.
    PARTICIPANTS: 251 adult outpatients with acute major depression with total score > or = 22 on the 17 item Hamilton depression scale.
    INTERVENTIONS: 900 mg/day hypericum extract WS 5570 three times a day or 20 mg paroxetine once a day for six weeks. In initial non-responders doses were increased to 1800 mg/day hypericum or 40 mg/day paroxetine after two weeks.
    MAIN OUTCOME MEASURES: Change in score on Hamilton depression scale from baseline to day 42 (primary outcome). Secondary measures were change in scores on Montgomery-Asberg depression rating scale, clinical global impressions, and Beck depression inventory.
    RESULTS: The Hamilton depression total score decreased by mean 14.4 (SD 8.8) points, corresponding to 56.6% (SD 34.3%) of the baseline value, in the hypericum group and by 11.4 (SD 8.6) points (44.8% (SD 33.5%) of baseline value) in the paroxetine group (intention to treat analysis; similar results were observed in the per protocol analysis). The intention to treat analysis (lower one sided 97.5% confidence limit 1.5 points for the difference hypericum minus paroxetine) and the per protocol analysis (lower confidence limit 0.7 points) showed non-inferiority of hypericum and statistical superiority over paroxetine. The lower limits in both cases exceeded the pre-specified non-inferiority margin of -2.5 points and the superiority margin of 0. The incidence of adverse events was 0.035 and 0.060 events per day of exposure for hypericum and paroxetine, respectively.
    CONCLUSIONS: In the treatment of moderate to severe major depression, hypericum extract WS 5570 is at least as effective as paroxetine and is better tolerated

    LE DANGER DES INFOS SUR LE NET
    L'hypéricine et la pseudohypéricine sont des extraits du millepertuis (herbe de la St-Jean) (Hypericum triquetrifolium).
    Des études en laboratoire de ces deux substances auraient démontré qu'elles avaient une action anti-VIH.
    D'autres rapports indiquent que l'hypéricine pourrait lutter contre d'autres virus qui causent des maladies, y compris le cytomégalovirus (CMV ) et l'herpès simplex
    Comme on voit, l'hypéricine aurait un large spectre d'action.

    Le millepertuis servait autrefois à chasser le diable et les mauvais esprits. Aujourd'hui, ou le considère utile contre un ennemi plus tangibile : le virus. Des essais ont tenté d'établir l'efficacité possible de la plante dans les infections au VIH, le CMV. D'autre part, lLe millepertuis aurait des propriétés anxiolytiques, anti-inflammatoires et sédatives; c'est une panacée contre une vaste gamme d'affections de la dépression et l'incontinence nocturne aux rhumes et à l'arthrite. Appliquée topiquement la plante accélérerait la cicatrisation des plaies.
    Le millepertuis serait relativement sans danger pour l'homme. Néanmoins, un pigment rouge, l'hypéricine, provoque de la photosensibilité (ou sensibilité excessive à la lumière solaire) chez les bêtes qui paissent dans des champs de millepertuis. Pour cette raison, la U.S. Food and Drug Administration a déclaré la plante potentiellement dangereuse vers 1970,....

    MAJ 2009 - BIB31
    Revue Systématique Cochrane : Le millepertuis dans la dépression majeure
    Jean-Louis Montastruc - BIP31.fr 2009, 16 (2), page 16

    Le millepertuis (Hypericum Perforatum) est une plante traditionnellement utilisée dans les manifestations dépressives légères et transitoires. Nous résumons ici la revue systématique publiée, fin 2008, par la Collaboration Cochrane sur son efficacité dans la dépression (www.cochrane.org ).

    Par rapport au placebo, le millepertuis montre une efficacité supérieure sur l’amélioration des symptômes dépressifs mesurés par l’échelle d’Hamilton [RR = 1,5 (1,2- 1,8)] sans différence dans le risque d’arrêt pour effet indésirable (EI) (OR = 0,92).

    Par rapport aux antidépresseurs (imipraminiques ou sérotoninergiques), le millepertuis n’a pas d’efficacité supérieure (RR = 1,1) mais entraine moins d’arrêt pour EI [OR = 0,4 (0,3-0,6)].

    Ces résultats doivent cependant s’examiner avec grande prudence en raison de l’hétérogénéité des études incluses dans cette revue, de la non évaluation des résultats en fonction de la sévérité de la dépression, de l’utilisation de comparateurs à doses trop faibles et de la grande discordance entre les études selon leur pays de réalisation. Enfin, les concentrations en principe actif varient grandement selon les préparations du marché.

    Surtout, le mille pertuis agit comme un puissant inducteur des enzymes du cytochrome P450, diminuant ainsi l’effet des autres médicaments co-prescrits, substrats de ces isoenzymes : contraceptifs hormonaux (risque de grossesse), AVK (risque de thrombose), antiprotéases (risque de multiplication du virus HIV), inhibiteurs calciques, corticoïdes, antiépileptiques, immunodépresseurs…

    A l’arrêtde l’inducteur (millepertuis), des signes de surdosage peuvent apparaitre (l’élimination du médicament associé étant soudainement ralentie). Ces données (pas plus d’efficacité que les antidépresseurs vrais, risque majeur d’interactions) font que, comme déjà indiqué (http://www.bip31.fr/bip/BIP%202007,%2014,%20(2),%207-15.pdf), le millepertuis n’a pas de place en 2009 dans la dépression majeure.

  • Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente