Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
Nouvelles modalités de prise en charge de la toux
chez le nourrisson (enfant de moins de 2 ans)
Point informations Afssaps

28/10/2010 - 2012 [Texte complet]



MAJ 2012
Du fait du risque d'atteinte neurologique essentiellement convulsif, les suppositoires contenant des dérivés terpéniques sont désormais contre-indiqués chez les enfants de moins de 30 mois et chez les enfants ayant des antécédents de convulsion fébrile ou d'épilepsie quel que soit l'âge. [Lire]
Bronchorectine, Terpone NNO, Trophirès NNO, Trophirès composé NNO, Bronchodermine suppo NNO

Préconiser les mesures hygiéno-diététiques

Désobstruction nasale pluriquotidienne au sérum physiologique en cas d’encombrement nasal.
Eviction de l’exposition au tabac (ne pas fumer au domicile y compris dans une autre pièce que celle où dort le nourrisson).
Hydratation régulière du nourrisson et limitation de la température à 19-20°C dans la chambre.
Ne pas prescrire d’antitussifs en cas de toux aiguë banale du nourrisson

Les mucolytiques, les mucofluidifiants et l’hélicidine sont contre-indiqués chez le nourrisson.

Les sirops antihistaminiques H1 de première génération utilisés dans le traitement de la toux seront prochainement contre-indiqués chez le nourrisson.
Il est, en outre, envisagé de contre-indiquer le fenspiride chez le nourrisson et les suppositoires à base de dérivés terpéniques chez les enfants de moins de 30 mois (c'est fait... 2012)
. Les sirops antitussifs à base d’opiacés, sont contre-indiqués chez les nourrissons en raison de leur effet dépresseur respiratoire. En aucun cas, les antalgiques opioïdes de forme pédiatrique ne doivent être utilisés pour traiter la toux chez le nourrisson.
Aucun traitement d’aucune autre nature n’a fait la preuve de son efficacité ; la prise de miel n’est pas recommandée chez les enfants de moins d’un an.

Rappel pour les autres médicaments

Les antipyrétiques peuvent éventuellement être prescrits en cas de fièvre associée et mal supportée.
Les bronchodilatateurs inhalés ne sont pas recommandés chez un nourrisson non asthmatique.
Les antibiotiques sont non seulement sans effet, et susceptibles de développer des résistances à n’importe quel stade de l’évolution d’une rhinopharyngite simple. Ils sont également inefficaces sur la durée de la toux dans cette situation.
Les corticoïdes par voie générale ou par voie inhalée ne sont pas recommandés en cas de toux aiguë en rapport avec une rhinopharyngite, une pharyngite, une laryngite non dyspnéïsante, une trachéite, une bronchite, et au cours du premier ou du deuxième épisode de bronchiolite aiguë du nourrisson.
Les antisécrétoires gastriques sont sans effet en l’absence d’un reflux gastro-oesophagien clairement identifié.
En cas de coqueluche , une antibiothérapie à base de macrolides doit être instaurée rapidement.
Les médicaments par voie orale, inhalée, nasale ou en application cutanée contenant des dérivés terpéniques (ex : camphre, eucalyptol, etc.) sont contre-indiqués chez les nourrissons et les enfants âgés de moins de 30 mois en raison de leur risque neurologique, en particulier convulsivant, chez les enfants en bas âge.

Kinésithérapie respiratoire

Il n'est pas nécessaire de prescrire de la kinésithérapie respiratoire face à une toux aiguë liée à une infection banale des voies respiratoires, non compliquée.
En revanche, la kinésithérapie respiratoire doit être discutée au cas par cas dans la bronchiolite.

[Texte complet]

les dérivés terpéniques
Menthol, camphre, cinéole, niaouli, thym sauvage, terpinol, terpine, citral et huiles essentielles d’aiguille de pin, d’eucalyptus et de térébenthine.
.
Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente