Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
PHIMOSIS

La majorité des garçons naissent avec un phimosis physiologique. L'anneau orificiel étroit et des adhérences du prépuce sur le gland s'opposent au décalotage. Il est alors urgent de ne rien faire - les manoeuvres brutales risquent de blesser le prepuce et de créer un vrai problème.

Il faut par contre demander à la maman de tenter un décalotage doux, iindolore à chaque toilette sans jamais forcer. Cette sollicitation régulière suffit généralement à régler le problème. Vers l'âge de 2 ans, si la manoeuvre est toujours impossible, un avis chirurgical est nécessaire (plastie dorsale d'élargissement) mais on peut encore attendre si l'anneau orificiel est souple. Par contre s'il est retracté, cicatriciel la circoncision sera nécessaire.(Dr H Lottmann - Hôpital St Joseph Paris - Impact médecine n° 50 Octobre 2003)

NB 1 : Le paraphimosis irréductible (prépuce retracté, oedématié que l'on ne parvient plus à recalotter) constitue une urgence chirurgicale
NB 2 : L'infection/inflammation locale (poshite) nécessite un antiseptique local et une surveillance attentive de l'aspect de l'anneau orificiel.

Voir également : Touche pas à mon prépuce !!! [Lien] (Winckler’s Webzine)

PHIMOSIS
Alternative à la chirurgie ???

Dr Bruno Fourrier

Suite à un avis urologique l'indication opératoire était formelle pour traiter le phimosis : vous avez vu la taille de l'orifice, disait l'urologue ( taille correspondant à une tête d'épingle)

Selon Medline, des anglais recommandaient d'appliquer de la DIPROSONE en crème un soir sur deux pendant 1 mois : ca marche.
Depuis deux ans, j'applique cette recette sur mes petits patients ( 3 à 5 ans) avec de très bons résultats.
Depuis deux ans, d'autres articles apparaissent sur Medline, le confirmant, ainsi que l'application de crème EMLA avant de libérer les adhérences.

MAJ 10/2007
Je ne met pas sur la face interne, car du fait du phymosis, cela est impossible. Il suffit de mettre une petite noisette au bout du prépuce.
Souvent au bout d'un an, on a une récidive. Une nouvelle cure d'une quinzaine de jour suffit alors. Pas de récidive après.
Par contre, il faut continuer le décalotage manuel.
Surtout, il ne doit pas y avoir de douleur. Qui dit douleur, dit plaie avec effectivement le risque de sténose ensuite, comme le craint notre confrère dermatologue.
Cette méthode non traumatique est justement pour éviter les sténoses dues aux décalotages en force pratiquées auparavant.

Voir également La circoncision médicale
Voir également : Controverse en bas de page

Title Phimosis: is circumcision necessary?.
Source Journal of Paediatrics & Child Health. 32(4):285-9, 1996 Aug.

Abstract
Circumcision has been the traditional treatment for phimosis, but now is not the only management option, the best of which appears to be topical steroid application.
Importantly, the literature suggests that phimosis probably is over-diagnosed, indicating that a prospective, randomized controlled study is needed to compare the non-circumcision options.
Such a study would require consensus on the diagnostic criteria for phimosis; therefore, a more exacting definition would be needed and is suggested
Despite the non-controlled data on medical treatment of true phimosis, there seems little doubt that surgical intervention is not needed for all male infants with adherence of the foreskin to the glans, a non-retractable foreskin or, indeed, true phimosis.

MAJ 2006
Phimosis : corticoïdes ou bistouri ?
Breaud J et coll. : « Décalottage ou circoncision : quelle indication dans le phimosis ? » Arch Ped 2005 ;12 :1424-1432 © Copyright 2006 http://www.jim.fr
: 07 juillet 2006

Le phimosis est défini par une sténose de l’orifice prépucial qui empêche la rétraction complète (décalottage) du prépuce en arrière du gland.
Il existe un certain degré de phimosis physiologique congénital lié à la présence chez le nouveau-né d’un prépuce long et étroit qui va progressivement s’estomper. Il ne faut pas confondre phimosis vrai et existence d’adhérences balano-prépuciales qui témoignent de l’origine embryologique commune entre prépuce et gland.

Vis-à-vis du phimosis physiologique et des adhérences prépuciales, un décalottage doux et régulier et la levée des adhérences éventuellement sous crème anesthésiante permettent le plus souvent d’en venir à bout. On ne parle de phimosis vrai que au-delà de 5 ans et chez l’adolescent. En cas de phimosis vrai, il existe une rétraction fibreuse du prépuce qui a perdu toute souplesse et le décalottage devient impossible. Jusqu’à il y a quelques années, le traitement du phimosis était chirurgical soit par plastie du prépuce soit par circoncision. La tendance actuelle est de tenter d’abord un traitement utilisant des dermocorticoïdes de classe 2 ou 3 appliqués à la face interne du prépuce tous les jours pendant au moins 1 mois, ce qui permet une réduction du phimosis dans 70 à 90 % des observations. Ce traitement peut être éventuellement renouvelé si cela est nécessaire. Il permet dans un nombre de cas non négligeable de ne pas avoir recours à la chirurgie.

Si l’adhérence prépuciale du phimosis relève tout d’abord d’un traitement médical, ce qui doit être décidé sans précipitation, le traitement chirurgical reste malgré tout indispensable lorsque l’absence de décalottage est à l’origine d’infections urinaires récidivantes et ou de balanites chroniques. L’existence d’une balanite dite xéro-oblitérante correspondant au lichen scléro-atrophique peut également nécessiter une prise en charge chirurgicale en cas d’échec du traitement médical.
Dr Patrice Plantin

.
CONTROVERSE

Dr Yves Courbis - Dermatologue :
Il n'y a pas d'alternative à la posthectomie dans le phimosis serré de l'enfant.
La manipulation et l'application d'un dermo corticoïde fort vont paraitre avoir réglé le problème,temporairement seulement.L'adulte jeune ou moins jeune développera immanquablement un lichen sclero-atrophique du prépuce avec ses complications:balanites à répétitions,éraillures aprés les rapports qui accélèreront le processus de fibrose,qui majore l'occlusion,qui entraine la balanite et trés vite on aboutira à une vie sexuelle lamentable dont la solution sera la posthectomie si le patient ose en parler un jour.
L'article auquel le Dr FOURRIER fait référence est un article d'une revue de pédiatrie anglaise qui ne peut pas avoir assez de recul : n'oublions pas l'expérience des siècles....et surtout en pays chauds!

Docteur Bruno Fourrier (10/2007)
En réponse au Dr Courbis, dermatologue qui fait référence à l'apparition de lichen scléro atrophique dans les suites de ce traitement:
  1. il n'y a pas d'article mentionnant cette complication;
  2. le traitement du lichen scléro atrophique est justement les corticoïdes!!!
Effectivement, il n'y a pas de parution sur cette technique. Ma série est maintenant de plus d'une vingtaine d'enfant, sans complications 10 ans après. Cette technique n'a pas entrainée de remarque de mes correspondants urologues.
je n'ai aucun rapport avec le laboratoire commercialisant la Diprosone.
Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente