Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
Gastro-entérite aigue de l'enfant
Traduit de l'anglais par le Dr André Figueredo -
Source: BMJ du 06/01/07 Lien: http://www.bmj.com/cgi/content/full/334/7583/35


Les gastro-entérites aiguës de l'enfant sont un problème de santé important dans le monde entier mais c'est dans les pays où l'accès à l'eau potable n'est pas assuré qu'il entraîne chaque années des décès d'enfants.
A voir également :
  • Estimer la déshydratation
  • Les méthodes de réhydratation
  • Traiter la fièvre
  • Les diarrhées aiguës de l'enfant
  • Les rotavirus sont la cause la plus fréquente. La vaccination aura un impact majeur sur l'incidence de la maladie, la morbidité et la mortalité.

    Diagnostic différentiel:

    Des épisodes diarrhéiques - quelques selles molles ou liquides - peuvent accompagner de nombreuses pathologies. Une origine iatrogène doit toujours être recherchée ainsi que les erreurs de diététiques, les allergies et les intolérances alimentaires. L'examen clinique demeure l'élément essentiel du diagnostic.
    Il éliminera :
    • autres infections ( urinaires, otite moyenne aigue, pneumonie, septicémie ).
    • pathologies chirurgicales: invagination, appendicite, occlusion du grêle....etc.
    • fausse diarrhée de la constipation chronique.
    • causes non infectieuses ( acido-cétose diabétique, erreurs innés du métabolisme ).
    • parfois, une diarrhée infectieuse démasque une pathologie gastro-intestinale ( maladie coeliaque, entéro-colite inflammatoire ): si la diarrhée persiste au-delà de 2 semaines, prendre l'histoire familiale et personnelle, procéder aux investigations nécessaires.
    • Liste non limitative...
    En pratique
    • la majorité des enfants ne sont pas déshydratés et peuvent être soignés à domicile.
    • la déshydratation, l'acidose métabolique, les anomalies de l'équilibre électrolytique peuvent être évitées ou guéries par des traitements liquidiens.
    • la majorité des enfants atteints d'une déshydratation légère ou modérée peuvent être traitées par voie buccale, avec des solutions d'osmolarité faible.
    • les enfants gravement déshydratés ou en état de choc doivent être hospitalisés et perfusés.
    • le plus souvent, les médicaments sont inutiles ou nocifs.
    Quand faire hospitaliser en service pédiatrique?:
    • s'il y a doute sur le diagnostic.
    • dans les cas de gastro-entérite de l'enfant < 6 mois.
    • si le risque de déshydratation est élevé: la diarrhée et les vomissements s'aggravent, avec perte importante de fluides.
    • en cas d'état de choc ou de déshydratation importante.
    • en cas de douleurs abdominales sévères, de sensibilité locale ou de perception d'une masse.
    • présence d'une anémie, d'une thrombocytopénie, d'oligurie, ou d'hypertension: penser au syndrome hémolytique-urémique.
    • en cas de risque significatif de complications: maladie sous-jacente ( diabète par exemple ), malnutrition, insuffisance rénale, fièvre élevée.
    • incapacité des parents à assurer les soins nécessaires à domicile.
    • persistance de la diarrhée au-delà de 2 semaines: peut orienter sur une réinfection, une intolérance au lactose, une pathologie intestinale sous-jacente.
    Les médecins généralistes ont un rôle important à jouer dans la prévention, en encourageant l'alimentation au sein, en recommandant la vaccination. et en conseillant les parents sur l'hygiène personnelle et alimentaire.

    les agents pathogènes

    NB : Des épisodes diarrhéiques - quelques selles molles ou liquides - peuvent accompagner de nombreuses pathologies
      Virus( 70% ):
    • rotavirus.
      norovirus ( Norwalk-like virus ).
    • adénovirus.
    • calicivirus.
    • astrovirus.
    • entérovirus.

      Protozoaires ( < 10% ):
    • cryptosporidium.
    • lamblia.
    • entamoeba histolytica.

      Bactéries ( 10-20% ):
    • campylobacter jejuni.
    • salmonelles ( hors celles de la fièvre typhoide ).
    • salmonella typhi et paratyphi.
    • escherichia coli entéropathogènes.
    • shigella.
    • yersinia enterocolitica.
    • vibrion du choléra.

      Helminthes:
    • strongyloides stercolaris
    Les complications
    • déshydratation.
    • acidose métabolique.
    • troubles électrolytiques: hyper ou hyponatrémie, hypokaliémie.
    • intolérance aux hydrates de carbone ( glucose, lactose ).
    • prédisposition aux réinfections.
    • développement d'intolérances alimentaires ( lait de vache, protéines de soja ).
    • syndrome urémique-hémolytique.
    • complications iatrogènes ( composition ou quantités inadéquates de fluides de réhydratation ).
    • décès.
    Le rôle des médicaments.

    Ils sont rarement nécessaires: ils traitent les symptômes plutôt que la cause. Ils peuvent faire négliger le traitement de remplacement liquidien.

    Les ABT ne sont pas indiqués dans les GE virales. Ils ne le sont pas non plus dans les GE bactériennes non compliquées.
    De plus, ils peuvent être nocifs. Par exemple, dans les infections à Salmonelles non typhiques, ils augmentent le risque de rechute et la durée du portage.
    Si la GE est due à une souche d'Escherichia coli produisant la toxine "Shiga", le traitement par ABT peut augmenter le risque de syndrome hémolytique-urémique.

    Les ABT sont indiqués dans les GE bactériennes compliquées de septicémie, dans le choléra, les shigelloses, l'amibiase, la giardase, les fièvres typhoïde et para-typhoide.

    Les agents anti-diarrhéiques et anti-émétiques ne sont pas recommandés à cause d'effets indésirables.
    Bien que les anti-émétiques n'aient pas d'effets extra-pyramidaux, réduisent la durée et la fréquence des vomissements, ils augmentent la diarrhée.
    Les agents diminuant la motilité intestinale ( loperamide ) diminuent la durée de la diarrhée, mais ils ont des effets indésirables parfois graves. De plus, il n'y a pas de preuve que les avantages de leur emploi contrebalancent les inconvénients.
    Dans les pays en voie de développement, le zinc oral donné au début de la GE ( et recommandé par l'OMS ) diminue la durée et la sévérité de la diarrhée.
    La vitamine A n'a aucune influence sur l'évolution des GE.

    Traduit de l'anglais par le Dr André Figueredo - Source: BMJ du 06/01/07
    Lien: http://www.bmj.com/cgi/content/full/334/7583/35
    .
    Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente