Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
SINUSITE CHRONIQUE

Mayo Clinic study implicates fungus as cause of chronic sinusitis

Voir également La sinusite chronique

ROCHESTER, MINN. -- Mayo Clinic researchers say they have found the cause of most chronic sinus infections -- an immune system response to fungus. They say this discovery opens the door to the first effective treatment for this problem, the most common chronic disease in the United States.
An estimated 37 million people in the United States suffer from chronic sinusitis, an inflammation of the membranes of the nose and sinus cavity. Its incidence has been increasing steadily over the last decade.
Common symptoms are runny nose, nasal congestion, loss of smell and headaches. Frequently the chronic inflammation leads to polyps, small growths in the nasal passages which hinder breathing.

"Up to now, the cause of chronic sinusitis has not been known," say the Mayo researchers: Drs. David Sherris, Eugene Kern and Jens Ponikau of the Department of Otorhinolargygology (ENT) at Mayo Clinic. Their report appears in the September issue of the journal Mayo Clinic Proceedings.

"Fungus allergy was thought to be involved in less than ten percent of cases. Our studies indicate that, in fact, fungus is likely the cause of nearly all of these problems. And it is not an allergic reaction, but an immune reaction."
The researchers studied 210 patients with chronic sinusitis. Using new methods of collecting and testing mucus from the nose, they discovered fungus in 96 percent of the patients' mucus. They identified a total of 40 different kinds of fungi in these patients, with an average of 2.7 kinds per patient.
In a subset of 101 patients who had surgery to remove nasal polyps, the researchers found eosinophils (a type of white blood cell activated by the body's immune system) in the nasal tissue and mucus of 96 percent of the patients.

The results, the researchers say, clearly portray a disease process in which, in sensitive individuals, the body's immune system sends eosinophils to attack fungi and the eosinophils irritate the membranes in the nose. As long as fungi remain, so will the irritation.

"This a potential breakthrough that offers great hope for the millions of people who suffer from this problem," they say. "We can now begin to treat the cause of the problem instead of the symptoms." More research is underway at Mayo Clinic to confirm that the immune response to the fungus is the cause of the sinus inflammation. The researchers are also working with pharmaceutical companies to set up trials to test medications to control the fungus. They estimate that it will be at least two years before any treatments will be available.

The researchers distinguish chronic sinusitis -- sinusitis that lasts three months or longer -- from acute sinusitis, which lasts a month or less. They say that the cause of the acute condition is usually a bacterial infection.
Antibiotics and over-the-counter decongestants are widely used to treat chronic sinusitis. In most cases, antibiotics are not effective for chronic sinusitis because they target bacteria, not fungi. The over-the-counter drugs may offer some relief of symptoms, but they have no effect on the inflammation.
"Medications haven't worked for chronic sinusitis because we didn't know what the cause of the problem was," says Dr. Sherris. "Finally we are on the trail of a treatment that may actually work."

Thousands of kinds of single-cell fungi (molds and yeasts) are found everywhere in the world. Fungal spores (the reproductive part of the organism) become airborne like pollen. Some people develop allergies to fungi.
The new evidence from the Mayo study suggests that many people also develop a different kind of immune system response.

Contact: Mike O'Hara - newsbureau@mayo.edu - Mayo Clinic

********************************************************

MAJ :avril 2003
Sinusite fungique allergique : une entité peu spécifique ou à redéfinir
Braun H, Stammberger H et coll. : « Eosinophilic Fungal Rhinosinusitis : A Common Disorder in Europe? » The Laryngoscope 2003; 113(2):264-269.

Les rhinosinusites chroniques sont les affections les plus fréquentes aux Etats Unis (14.13% de la population) et probablement aussi en Europe. La rhinosinusite chronique (RSC) est définie comme une maladie inflammatoire de la muqueuse nasale et des sinus persistant au delà de 3 mois avec épaississement muqueux et évolution polypeuse au stade ultime. L’étiologie et la pathogénie sont actuellement inconnues. Le traitement repose sur la corticothérapie et la chirurgie. Les antibiotiques ne sont utiles que sur les poussées infectieuses.

Récemment l’accent a été mis sur une nouvelle entité : la sinusite fungique allergique ( AFS ) qui se définit comme une sinusite avec identification de mucine allergique et d’éléments fungiques dans la muqueuse ou les sécrétions en l’absence d’immunodépression. Une étude récente ( Ponikau -1 ) a retrouvé en utilisant de nouvelles techniques de prélèvement de mucus nasal et de cultures fungiques 93% d’AFS chez les patients opérés consécutivement pour RSC. Les caractéristiques de la mucine montrent de nombreux éosinophiles, indépendamment de toute réaction allergique de type 1 , ayant conduit à changer son appellation en rhinosinusite fungique à éosinophiles.

L’équipe de Stammberger a réalisé une étude prospective ouverte sur 92 patients randomisés versus 23 volontaires sains. Ont été recherchés, selon les critères de l’étude de Ponikau, la présence d’organismes fungiques et d’éosinophiles dans le mucus des 2 groupes et par examen histologique chez les 37 patients opérés pour RSC.

Les résultats sont étonnants : Les cultures fungiques sont positives pour 91.3% (84/92) des patients présentant une RSC (avec en moyenne 3.2 espèces par patient) et aussi pour 91.3% des volontaires sains (21/23). Les éosinophiles ont été retrouvés dans la mucine de 94.6% des patients opérés (35/37). Seuls 5.49% des sujets opérés n’avaient ni éléments fungiques ni éosinophiles.

Il semble donc que la présence fungique et de mucine éosinophile soit un facteur plus banal qu’on pensait et non significatif dans le mucus nasal. Selon cette étude les critères d’AFS paraissent non spécifiques ou à redéfinir.

Dr Michel Tomasi
Copyright 2003 http://www.jim.fr

********************************************************

MAJ : octobre 2004
Source: Journal of Allergy and Clinical Immunology, 8 octobre 2004
D'après une équipe américaine, un simple champignon pourrait être à l'origine de l'inflammation des voies aériennes chez les victimes de sinusites chroniques. Une découverte importante qui pourrait conduire à la mise au point de nouveaux traitements.

L'Alternaria se rencontre très facilement. En extérieur bien sûr. Mais aussi dans les habitations, où il compose généralement les moisissures qui peuvent apparaître dans les pièces humides.

Après avoir suivi 33 patients, le Dr Hirohito Kita de la Mayo Clinic à Rochester aux Etats-Unis, montre que les spores de ce champignon jouent un rôle central dans l'apparition de sinusites chroniques. Elles seraient même à l'origine de l'obstruction des voies aériennes. Le fameux "nez bouché".

"Maintenant que nous connaissons l'action de ce champignon, nous pouvons envisager l'élaboration de traitements adaptés" poursuit le Pr Kita. De nouveaux sprays nasaux et autres antifongiques par voie orale pourraient ainsi bientôt garnir les armoires à pharmacie.
Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente