ICTUS AMNESIQUE et SEXE
Source : Doctissimo

Si le sexe est généralement l’occasion de moments inoubliables, il peut aussi être à l’origine d’une amnésie passagère. Ce phénomène appelé ictus amnésique peut apparaître pendant ou juste après une relation sexuelle. Où suis-je ? Pourquoi suis-je nu ?… Ces crises peuvent durer de une à huit heures. Un véritable trou noir.

Désorientés géographiquement, la plupart des malades enchaînent des séries répétitives de questions qui peuvent durer durant toute la crise.

Qui pourrait imaginer avoir des relations sexuelles et ne se souvenir de rien ? Ne vous inquiétez pas trop, néanmoins, seulement 5 personnes sur 100 000 souffrent de ce syndrome encore mystérieux.

Les relations sexuelles ne sont pas le seul facteur déclenchant de l’ictus amnésique. Un stress émotionnel ou physique, la conduite automobile, la natation en eau froide ou la haute altitude1 peuvent induire une crise.

Deux cas ont été décrits dans la revue The Lancet2 par les docteurs Lawrence Gardner et Cli Van Dang de l’université Johns Hopkins aux Etats-Unis. Les deux hommes septuagénaires étudiés avaient été amenés à l’hôpital par leurs femmes une demi-heure après une relation sexuelle. Totalement désorienté, l’un de ces hommes pensait avoir été victime d’une attaque cérébrale.

Les malades restent totalement conscients, capables de se rappeler de leur nom. La mémoire sémantique (à long terme, stockant les significations des mots et des objets) n’est pas affectée. Des attaques récurrentes n’apparaissent que dans moins d’un quart des cas.

La littérature médicale regorge de nombreux cas de ce type, notamment en Angleterre, aux Etats-Unis ou au Japon. Leur incidence est d’environ 5 cas pour 100 000 personnes et atteint la proportion de 23 pour 100 000 chez celles ayant dépassé la cinquantaine.

Attention à la manœuvre de Valsalva
Décrite pour la première fois il y a 30 ans, cette pathologie a été associée à des migraines et des attaques cardiaques ou cérébrales, sans qu’on puisse en déterminer la cause. Mais en août 1998, le Pr. Lewis3 de l’université médicale de Chicago semble avoir trouvé le responsable : la manœuvre de Valsalva.
Inutile de vous précipiter vers notre Kama-Sutra, il ne s’agit pas là d’une position sexuelle exotique. C’est le blocage soudain de la respiration durant l’effort caractéristique des haltérophiles ou des joueurs de tennis ahanant à chaque coup. Selon les chercheurs, cette manœuvre de Valsalva conduirait à une mauvaise irrigation sanguine du cerveau, handicapant ainsi la formation des souvenirs.

Une étude4 plus récente, conduite chez 21 patients victimes d’ictus amnésique, confirme cette hypothèse selon laquelle l’ictus serait la conséquence d’une congestion veineuse et une ischémie (diminution ou interruption de l’irrigation sanguine) des lobes temporaux et de l’hippocampe.

Le risque d’ictus amnésique reste cependant très faible. Mais pour être sûr que vos joutes sexuelles restent gravées à jamais dans votre mémoire, n’oubliez pas de respirer un peu… et de boire de l’eau.
1 - NEJM – May 6, 1999 – Vol 340, n°18
2 - Lancet 1998 ; Nov 7 ; 352, (9139)
3 - Lancet 1998, August 1 ; 352 (9125) : 397-9
4 - Lancet 2000 Dec 9 ; 356 (9246) : 1982-4
Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente