Accueil
Recherche
Nouveautés
Email webmaster
Sommaire général
Page précédente
Liraglutide (Victoza ®) and
Cardiovascular Outcomes in Type 2 Diabetes.
Etude LEADER

Marso SP1, Daniels GH1, Brown-Frandsen K1, Kristensen P1, Mann JF1, Nauck MA1, Nissen SE1, Pocock S1, Poulter NR1, Ravn LS1, Steinberg WM1, Stockner M1, Zinman B1, Bergenstal RM1, Buse JB1; LEADER Steering Committee on behalf of the LEADER Trial Investigators.
[N Engl J Med. 2016 Jun 13.]

Cette étude de non infériorité, en double aveugle, a concerné 9340 patients diabétiques de type 2 à haut risque cardiovasculaire, âgés de plus de 50 ans, inclus dans 410 sites et 32 pays avec un suivi médian de 3,8 ans. Cette cohorte a été randomisée en 2 groupes pour recevoir en plus de leur traitement habituel du liraglutide à la dose de 1,8 mg par jour (ou la dose maximale tolérée) chez 4668 patients ou un placebo chez 4672 malades. Le résultat composite primaire a été la première occurrence de décès d'origine cardiovasculaire, infarctus du myocarde ou accident vasculaire cérébral non fatal.
Durant les 3,9 années de suivi le taux de la première occurrence a été plus faible avec le liraglutide [4.7%] qu'avec le placebo [6%]. De même, le taux de décès toutes causes confondues a été plus faible avec le liraglutide (8,2%) qu'avec le placébo (9,6%)
Au total, il serait nécessaire de traiter par liraglutide 66 malades pendant 3 ans pour éviter un événement du critère principal.

Background
The cardiovascular effect of liraglutide, a glucagon-like peptide 1 analogue, when added to standard care in patients with type 2 diabetes, remains unknown.

Methods
In this double-blind trial, we randomly assigned patients with type 2 diabetes and high cardiovascular risk to receive liraglutide or placebo. The primary composite outcome in the time-to-event analysis was the first occurrence of death from cardiovascular causes, nonfatal myocardial infarction, or nonfatal stroke.
The primary hypothesis was that liraglutide would be noninferior to placebo with regard to the primary outcome, with a margin of 1.30 for the upper boundary of the 95% confidence interval of the hazard ratio. No adjustments for multiplicity were performed for the prespecified exploratory outcomes.
Results
A total of 9340 patients underwent randomization. The median follow-up was 3.8 years. The primary outcome occurred in significantly fewer patients in the liraglutide group (608 of 4668 patients [13.0%]) than in the placebo group (694 of 4672 [14.9%]) (hazard ratio, 0.87; 95% confidence interval [CI], 0.78 to 0.97; P<0.001 for noninferiority; P=0.01 for superiority). Fewer patients died from cardiovascular causes in the liraglutide group (219 patients [4.7%]) than in the placebo group (278 [6.0%]) (hazard ratio, 0.78; 95% CI, 0.66 to 0.93; P=0.007).
The rate of death from any cause was lower in the liraglutide group (381 patients [8.2%]) than in the placebo group (447 [9.6%]) (hazard ratio, 0.85; 95% CI, 0.74 to 0.97; P=0.02). The rates of nonfatal myocardial infarction, nonfatal stroke, and hospitalization for heart failure were nonsignificantly lower in the liraglutide group than in the placebo group. The most common adverse events leading to the discontinuation of liraglutide were gastrointestinal events.
The incidence of pancreatitis was nonsignificantly lower in the liraglutide group than in the placebo group.

Conclusions
In the time-to-event analysis, the rate of the first occurrence of death from cardiovascular causes, nonfatal myocardial infarction, or nonfatal stroke among patients with type 2 diabetes mellitus was lower with liraglutide than with placebo.

(Funded by Novo Nordisk and the National Institutes of Health; LEADER ClinicalTrials.gov number, NCT01179048 .). Cette étude de non infériorité, en double aveugle, a concerné 9340 patients diabétiques de type 2 à haut risque cardiovasculaire, âgés de plus de 50 ans, inclus dans 410 sites et 32 pays avec un suivi médian de 3,8 ans. Cette cohorte a été randomisée en 2 groupes pour recevoir en plus de leur traitement habituel du liraglutide à la dose de 1,8 mg par jour (ou la dose maximale tolérée) chez 4668 patients ou un placebo chez 4672 malades. Le résultat composite primaire a été la première occurrence de décès d'origine cardiovasculaire, infarctus du myocarde ou accident vasculaire cérébral non fatal.
Durant les 3,9 années de suivi le taux de la première occurrence a été plus faible avec le liraglutide [4.7%] qu'avec le placebo [6%]. De même, le taux de décès toutes causes confondues a été plus faible avec le liraglutide (8,2%) qu'avec le placébo (9,6%)
Au total, il serait nécessaire de traiter par liraglutide 66 malades pendant 3 ans pour éviter un événement du critère principal.
.
Accueil
Recherche
Nouveautés
Email webmaster
Sommaire général
Page précédente