Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
SILDENAFIL - VIAGRA ®
LES TROUBLES DE L'ERECTION

« Effets indésirables oculaires du sildénafil »
Prescrire (N° 238 - avril 2003) se penche sur les « effets indésirables oculaires » du Viagra®, expliquant que « les patients prenant du sildénafil doivent être informés de l'éventualité de troubles visuels transitoires, surtout à type de modifications de la vision des couleurs et de la luminosité.
Une rétinite pigmentaire ou des troubles héréditaires dégénératifs contre-indiquent le sildénafil », explique la revue, qui ajoute que « quelques cas de neuropathies optiques ischémiques antérieures, laissant des séquelles permanentes telles qu'une amputation du champ visuel, ont été rapportés ».

MAJ 2015
Phosphodiesterase-5-Inhibitors : rapport effets indésirables/efficacité [Lire]

RAPPEL :
VII ème Congrés Mondial sur l'Impuissance - San-Francisco - Novembre 1996

En fait, la molécule très attendue dans l'avenir proche reste le Sildénafil (Viagra°) qui a fait l'objet de 2 communications et de 3 posters :
  • son mécanisme d'action a été investigué par S. de Tejada (Madrid) : la principale phospho-diestérase des corps caverneux a été identifiée comme étant la cGMP-spécifique PDE5. Le Sildénafil apparaît être un puissant inhibiteur sélectif de cette PDE5 humaine, qui joue un rôle essentiel dans la relaxation des corps caverneux ;
  • 205 patients à dominante non organique ont été traités durant 16 semaines avec le Sildénafil, inhibiteur spécifique de la PDE5, pris 1 heure avant les rapports. Puis durant 8 semaines, ils ont comparé le résultat de leurs érections contre placebo : 68 % se sont révélées moins bonnes avec le placebo (R. Virag - Paris).
  • Il faut toutefois noter que l'éjaculation prématurée reste la plainte la plus fréquente dans le domaine sexuel : 30 % contre 10 % de dysfonctions érectiles (D. Weiner - Piscataway et U. Hartmann - Hannovre).
  • Les contre-indications

    A consulter : http://www.viagra.com/
    Voir également (07/2002) : Tadalafil - Cialis °
    Voir également (03/2003) : Vardéfil - Lévitra °

    MAJ : 14/09/1998 : ATTENTION AUX ANGORS VU EN URGENCE
    Commercialisation en France 15/10/1998

    PARIS, 14 sept 1998 (AFP) - Après six mois d'attente, les Européens vont enfin pouvoir accéder à la célèbre petite pilule bleue en forme de losange, le Viagra, d'abord vendu aux Etats-Unis et présenté comme "le" remède de l'impuissance.

    . Malgré les accidents mortels que sa mauvaise utilisation a provoqués, la commercialisation aux Etats-Unis de cette molécule a suscité dans le monde entier une attente et un engouement sans précédent : "nos carnets de rendez-vous sont archi-complets depuis des semaines", ont confié à l'AFP plusieurs andrologues et sexologues.
    Rien qu'en France, selon les experts, trois millions d'hommes - dont seulement le dixième sont effectivement traités - souffrent de troubles de la fonction érectile organique ou psychologique, définie par les sexologues et les urologues par "un échec au moins une fois sur deux" ou "une incapacité à obtenir ou à maintenir une érection suffisante pour un rapport sexuel satisfaisant".
    "L'insuffisance de la fonction érectile touche environ 40 % de la population de 40 à 70 ans partout dans le monde", selon le sexologue Ronald Virag.
    Le Viagra - qui devrait coûter autour de 60 francs pièce (environ 10 dollars) - constitue un réel espoir pour les hommes souffrant d'impuissance ou de "pannes". Mais à l'origine, il n'était pas fait pour "ça". Le sildénafil - c'est le nom commercial du Viagra - a d'abord été essayé comme vaso-dilatateur des coronaires pour lutter contre les douleurs dues à une mauvaise irrigation du coeur, l'angine de poitrine.
    L'efficacité du produit tournerai autour de 70 % et l'indice de satisfaction des utilisateurs entre 48 et 78 %. "Mais attention, met en garde le Dr Sylvain Mimoun, andrologue et urologue à l'hôpital Cochin de Paris, ce médicament n'est pas un aphrodisiaque". Pour les personnes qui n'ont pas de désir, il ne devrait rien apporter, pas plus que pour les personnes désireuses d'améliorer leurs performances. "Dans ces cas, il ne devrait rien se produire, sinon des effets secondaires", maux de tête, rougeurs ou troubles de la perception de certaines couleurs, souligne le Dr Mimoun.
    Ces effets secondaires ont été présentés par Pfizer comme "modérés et ne devant pas entraîner de désaffection des patients".

    En revanche, les contre-indications du Viagra se sont précisées au fil des mois : à ce jour, le produit est seulement déconseillé aux cardiaques qui prennent des médicaments à base de nitrés destinés à faciliter l'afflux du sang.
    Voir : Nitrés et Viagra

    Mais plusieurs spécialistes mettent en avant d'autres catégories de malades pour lesquels il pourrait être contre-indiqué : cardiaques non traités aux nitrés , personnes souffrant de troubles du rythme cardiaque (tachycardie ventriculaire).
    Plus de 120 consommateurs de Viagra - dont 69 aux Etats-Unis - sont morts depuis sa mise en vente sur le marché américain, selon les plus récentes statistiques de l'agence fédérale chargée du contrôle des produits pharmaceutiques (FDA).
    Paradoxalement, il est probable que ces décès n'ont pas été provoqués par le Viagra, mais par des médecins. "Le réflexe normal d'un médecin voyant arriver aux urgences un malade en train de faire un infarctus est de lui donner des produits nitrés, mais l'association de ces nitrates et du Viagra risque de déclencher un arrêt cardiaque", a expliqué à l'AFP le Dr Mimoun.
    Pour prévenir ces accidents, une cellule d'experts a été mise en place au secrétariat d'Etat à la Santé. "Tous les services d'urgence et de cardiologie de France vont être appelés à la prudence et auront pour consigne, avant d'entreprendre quoi que ce soit, de demander aux malades s'ils ont pris du Viagra", a indiqué à l'AFP le sexologue Ronald Virag.
    "Le problème, a-t-il ajouté, c'est que, dans la plupart des cas, les patients seront accompagnés de leur partenaire et que certains d'entre eux n'auront probablement pas envie de le chanter sur les toits"...


    Le sildénafil et le vardénafil sont-ils efficaces contre la leucémie lymphoïde chronique B ?
    Un patient de sexe masculin âgé de 47 ans avec un historique de bronchite chronique et présentant une lymphocytose à 30 x 109/l est surveillé sans traitement depuis 1993. En mai 1999, lors d’un hémogramme de routine on constate une diminution significative de la lymphocytose qui s’établissait alors à 4 x 109/l. Interrogé par les médecins le patient révèle que le seul médicament pris régulièrement était le sildénafil (Viagra®, Pfizer) à la dose de 1 comprimé de 50 mg par semaine pendant les trois mois précédant l’hémogramme.
    Les chercheurs ont constaté que dans les 14 tests effectués le sildénafil et le vardénafil entraînaient une apoptose comprise entre 10 à 60% des cellules sans s’attaquer aux lymphocytes B normaux.

    Ces résultats encouragent la poursuite d’études à différents stades de la maladie avec un traitement combiné à une chimiothérapie chez les patients en phase avancée. En effet, la tolérabilité du sildénafil et du vardénafil n’étant plus à démontrer le traitement efficace des patients en stade précoce de la LLC serait tout simplement révolutionné.

    Source : Sarfati M and coll : Viagra© and Vardenafil, type 5/6 phosphodiesterase inhibitors, induce caspase-dependent apoptosis of B-CLL cells. Blood. First Edition Paper, prepublished online June 28, 2002; DOI 10.1182/Blood-2002-01-0075.

    FDA Approves Viagra ® for erectile dysfunction - Impotence

    NEW YORK, NY -- March 27, 1998
    The United States Food and Drug Administration has approved Pfizer Inc.’s breakthrough oral therapy Viagra (sildenafil citrate) for the treatment of erectile dysfunction.

    Taken about an hour before anticipated sexual activity, Viagra is a tablet that works naturally with sexual stimulation. Viagra is effective in most men with erectile dysfunction (ED), the medical term for impotence, which is associated with a broad range of physical or psychological medical conditions.

    Viagra is the first in a new class of medications known as phosphodiesterase type 5 inhibitors that improve blood flow to the penis. In clinical trials, Viagra has been demonstrated to restore sexual function in most patients.

    Erectile dysfunction is defined as the consistent inability to achieve and/or maintain an erection sufficient for satisfactory sexual activity. An estimated 30 million men in the U.S. are affected by ED, according to the medical literature. The prevalence of ED increases with age.

    Viagra was tested in more than 4,000 men. In 21 clinical trials, which included men with ED that was diagnosed as mild, moderate or complete, the median age of patients was 55. They had a broad range of conditions associated with ED including high blood pressure, high cholesterol levels, diabetes and prostate surgery. Patients had experienced ED for an average of five years prior to entering the clinical trials.

    Viagra was shown to be effective in approximately seven out of 10 men overall and was effective across patients with ED attributed to diabetes, spinal cord injury, or psychological causes, among others. Trial results for patients and partners were assessed using questionnaires designed with leading academic researchers.

    Viagra was well tolerated by patients in the clinical trials; drop out rates were 2.5 percent for patients taking Viagra compared to 2.3 percent of patients taking placebo. The most common side effects of Viagra were headache, facial flushing and indigestion. Viagra should not be used by patients taking nitrates in any form, including the heart medicine, nitroglycerin.



    VIAGRA Warning re Poppers, from AIDS Treatment News
    Date: Sun, 3 May 1998 18:39:17 -0700 (PDT)
    From: Robert Marshall
    VIAGRA Warning re "Poppers" and Notice re Protease Inhibitors by John S. James

    Using "poppers" nitrate inhalants the new impotence drug VIAGRA (TM)
    Sildenafil can cause dangerous hypotension abnormally low blood pressure because of the way the two drugs interact.
    VIAGRA developer Pfizer Inc. did not run interaction tests with the street drugs, but it did test combining VIAGRA with nitrates used for treating angina (a heart condition), which work similarly.
    Due to the results of these tests, the package insert contains the following warning: ³VIAGRA was shown to potentiate the hypotensive effects of nitrates and its administration in patients who use nitric oxide donors or nitrates in any form is therefore contraindicated.

    Effect of Protease Inhibitors and Other P450 3A4 Inhibitors
    VIAGRA does not affect the blood levels of protease inhibitors, or other drugs used in HIV treatment, as far as is known.
    However, protease inhibitors (especially ritonavir) and certain other drugs (for example, ketoconazole, itraconazole, or erythromycin) increase the blood levels of VIAGRA by inhibiting the enzyme p450 3A4, which the body uses to eliminate VIAGRA.
    Pfizer does not expect this effect to cause serious risks, but does suggest that patients using such drugs consider trying a lower dose of VIAGRA first.
    Pfizer has not tested its drug with ritonavir or other HIV protease inhibitors, however.

    VIAGRA is usually taken as a 50 mg dose, from half an hour to four hours before sexual activity (preferably one hour before). This dose can be decreased to 25 mg., or increased to 100 mg., depending on efficacy or side effects.
    Overdoses up to 800 mg have been tested, and have caused increased side effects including headache, facial flushing, and visual abnormalities, but did not present serious safety concerns; these higher doses had no significant increase in efficacy.
    For patients using p450 3A4 inhibitors, or who have other conditions which can interfere with the elimination of VIAGRA, the package insert suggests trying a lower dose:"Since higher plasma levels may increase both the efficacy and incidence of adverse events, a starting dose of 25 mg should be considered in these patients."

  • Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente