sibutramine

La revue Prescrire n’est pas le seul à mettre en doute l’intérêt de la sibutramine (Sibutral®, Knoll France). Après l’Allemagne, la revue anglaise Drug and Therapeutics Bulletin sort un article au titre provocateur (« La sibutramine, plus qu’un mince espoir ? »).

Pour le collectif qui a rédigé l’article, la question est simple : le médicament mérite-t-il d’être prescrit ? Une perte de poids de 5 à 7 % obtenue avec Sibutral®, c’est selon eux « un bénéfice potentiel limité ». Surtout lorsque les kilos sont rapidement repris à l’arrêt du traitement

Les effets secondaires sont par contre nombreux :
  • l’augmentation du rythme cardiaque
  • Augmentation de la pression artérielle
  • Important potentiel d’interaction avec les médicaments qui affectent le cytochrome P450 3A4 peut poser des problèmes spécifiques.

    Les contre-indications (maladie coronarienne, insuffisance cardiaque congestive ou PA supérieure à 145/90 mmHg) sont fréquemment présentes chez les patients obèses, ce qui complique singulièrement la donne.

    La conclusion des Britanniques est que : tous ces facteurs rendent la sibutramine « peu pratique et difficile d’emploi ». Si en plus on prend en compte les bénéfices limités et le fait que « certaines de preuves essentielles sont issues d’essais qui avaient de sérieuses limitations », la Consumers’ Association trouve l’utilisation de Sibutral® « difficile à recommander ».

    Le dabat n'est pas clos et d'autres études bien documentées restent nécessaires.

    MAJ 19 mars 2002
    Mardi 19 mars 2002 Des consommateurs américains demandent le retrait d'un médicament anti-obésité

    NEW YORK, 19 mars (Reuters Santé) - L'association de consommateurs "Public Citizen", oeuvre de Ralph Nader, a réclamé mardi le retrait du marché américain du traitement de l'obésité Meridia (sibutramine, laboratoires Abbott) après que le fabricant a indiqué que le médicament était lié à 29 décès aux Etats-Unis depuis son lancement en 1998.

    La demande de Public Citizen intervient alors que les autorités sanitaires italiennes viennent de décider de retirer les médicaments contenant de la sibutramine à la suite de deux décès survenus en onze mois de commercialisation.

    Selon l'association, sur les 29 décès américains, 19 ont été causés par des effets secondaires cardiovasculaires du médicament. Elle ajoute que 397 "effets secondaires sévères" ont été rapportés à la Food and drug administration (FDA) entre février 1998 et septembre 2001.

    "L'effet de la sibutramine pour favoriser la perte de poids est limité et l'on ne sait pas si ce médicament, ou tout autre médicament dans ce domaine, peut être pris en toute sécurité durant une période suffisamment longue pour réduire la morbidité et la mortalité associées à l'obésité", explique le directeur de Public Citizen, Sidney Wolf dans une lettre adressée au ministre de la Santé, Tommy Thompson.

    Des responsables d'Abbott confirment avoir connaissance des décès mais ils affirment que le lien de causalité avec la sibutramine n'est pas établi.

    Il s'agit de la cinquième demande de retrait d'un médicament formulée par Public Citizen depuis 1996. Sur les quatre précédentes, deux ont abouti: le traitement de l'obésité Redux (fenfluramine, Wyeth) et l'antidiabétique Rezulin (troglitazone, Warner Lambert, devenu Pfizer).

    Le produit est vendu sous l'appellation Sibutral en France.
  • Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente