Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
Attention aux interactions médicamenteuses
avec les antidépresseurs sérotoninergiques (IRS)

Jean-Louis Montastruc - (BIP31.fr 2009, 16, (2), 10-19)

Esculape
Potentiellement plusieurs types de problèmes
  • Effets indésirables métaboliques(hyponatrémie, saignements digestifs,..)
  • Le risque suicidaire
  • Le risque de surdosage sérotoninergique [Lire]
  • Le risque de surdosage d'un traitement associé par inhibition du cytochrome P450


  • On présente les antidépresseurs sérotoninergiques (IRS : Inhibiteurs de la Recapture de la Sérotonine) comme présentant peu d’effets indésirables (EI) par rapport aux antidépresseurs imipraminiques.

    En fait, leurs EI diffèrent par leur type, certains s’avérant potentiellement « graves » : hyponatrémies, saignements (notamment digestifs), syndromes de sevrage à l’arrêt sans oublier le « syndrome sérotoninergique » par surdosage ou le risque suicidaire mais ils peuvent également modifier un traitement habituel (généralement surdosage)

    En effet, les IRS sont de puissants inhibiteurs de l’isoenzyme CYP 2D6 du cytochrome P450 qui métabolise de nombreux médicaments. Ils freinent alors l'élimination des médicaments fortement métabolisés par le CYP 2D6 dont les leurs concentrations et demi-vie plasmatiques augmentent conduisant au surdosage.

    Pour ces antidépresseurs IRS (et IRSNA), il s’agit d’interaction avec
    • des cardiotropes [antiarythmiques (flécaïnide Flécaïne°, propafénone Rythmol°),
    • bêta-bloquants (propranolol Avlocardyl°, métoprolol Seloken° Lopressor°, carvédilol Kredex°, nébivolol Nebilox° Temerit°],
    • opiacés [antalgiques (codéine, dihydrocodeine, oxycodone, tramadol)
    • antitussifs (dextromethorphane Tuxium° et autres)],
    • neuroleptiques (halopéridol Haldol°, pimozide Orap°, rispéridone Risperdal°, aripiprazole Abilify°…),
    • anticholinestérasiques (donépézil Aricept°, galantamine Reminyl°),
    • antiépileptique (carbamazépine Tegretol°),
    • antiH1 (loratidine Clarithyne°, Aerius°),
    • antimigraineux (almotriptan Almogran°)
    • tamsulosine (Omix°, Josir°), toltérodine (Détrusitol°)…
    Etant donné la fréquence de prescription de ces médicaments (et des IRS et IRSNA), on doit également surveiller étroitement tout signe évocateur de surdosage [Lire] lors de ces associations à risque.

    Ce profil d’interaction médicamenteuse franchement défavorable, reste méconnu malgré son importance clinique. C’est que tout ceci fâche. Encore un exemple de « choses qu’on ne dit pas » (http://www.bip31.fr/bip/BIP31.fr%202008,%2015,%20(3),%2017-24.pdf) car trop gênantes !
    .
    Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente