Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
RALOXIFENE - EVISTA ® - OPTRUMA ®
Laboratoire Lilly - Laboratoire Robapharm

Modulateur sélectif des récepteurs aux estrogènes, il possède une activité favorable sur l'os et le système cardio-vasculaire ( estrogène like ) et diminue le risque de cancer du sein et de l'endomètre ( anti-oestrogène ).

En prévention primaire il a démontré une diminution de 50% du risque relatif de première fracture vertébrale. Pour celles qui avaient déjà eu un tassement vertébral, Evista a diminué de 30% le risque relatif de récidive. A noter que le traitement parait sans effet pour les fractures de l'extrémité supérieure du fémur (Etude MORE 7700 femmes sur 4 ans)
D'autre part, on a observé une réduction de 4 à 10% du LDL cholestérol et de 3 à 6% du cholestérol total sans modification du HDL et des TG.

Voir SERM (Selective Estrogen Receptor Modulators) .
A rapprocher du tamoxifène.

VOIR Mise à Jour Mai 1999 base de données MEDIQUICK 5.0
: EVISTA - RALOXIFENE

Indications : Traitement l'ostéoporose post ménopausique
AMM - Remboursement 65 % (2006) : Traitement l'ostéoporose post ménopausique chez des patientes ayant fait au moins une fracture par fragilité osseuse et en l'absence de fracture avec T score<3 ou Tscore<2,5 + autres facteurs de risque (âge >60 ans, corticothérapie au long court, IMC<19 kg/m², ménopause précoce )
La posologie est identique en prévention et en traitement curatif : « 1 comprimé par jour, avant, pendant ou après les repas, à n'importe quelle heure de la journée. Il n'est pas nécessaire d'adapter la posologie chez les femmes âgées ». « Une supplémentation calcique et en vitamine D est généralement recommandée chez les femmes ayant un apport alimentaire faible

Prévention du cancer du sein ( risque génétique BCRA1 et BRCA2 ? )
SERM : Alternative au THS de la menopause

Rappel:
Le tamoxifène, utilisé dans le trt du cancer du sein, augmente le risque de cancer de l'endomètre et paradoxalement possède également une action favorable sur l'ostéoporose et les maladies cardio-vasculaires.
L'essai NSABP a conclu à une durée idéale de 3 à 5 ans. Au delà, les autres risques augmentent sans bénéfice sur le sein

MAJ 04/02/2002
Selon le JAMA du 9 janvier 2002, les femmes ménopausées dont le taux d'oestradiol est supérieur à 10 mmol/l ont un risque de cancer du sein 6,8 fois supérieur à celles dont le taux est indétectable.
Le traitement par raloxifène réduit de 76% cette incidence néoplasique soit une réduction totale de 47% des cancer dans la cohorte de 7300 femmes sur 4 ans.

MAJ 10/1999
Cummings JAMA 1999 june 25

Les patientes traitées par le raloxifène, modulateur sélectif des récepteurs aux oestrogènes pour ostéoporose post-ménopausique pendant 3 ans, ont une diminution de 76 % du taux de découverte d'un cancer invasif du sein, d'après une étude publiée dans JAMA. .

Le raloxifène aurait des effets oestrogéniques sur l'os, le métabolisme lipidique, la coagulation, mais reste sans effet oestrogénique sur le sein et sur le tissu endométrial. La molécule se fixe sur les récepteurs d'oestrogènes et bloque les effets sur le sein et l'endomètre mais active les récepteurs qui ont un effet bénéfique sur l'os.

Trois années de traitement diminuent le risque de fracture vertébrale, mais pas les autres fractures, diminuent le cholestérol total et le LDL.
Un tel traitement augmente le risque de complications thromboemboliques, trois fois plus élevées dans le groupe raloxifène par rapport au placebo, ce qui contre-indique le traitement chez les patientes ayant des antécédents thromboemboliques.

MAJ 11/2000
ÉVISTA dans le traitement de l'ostéoporose Laboratoires Lilly France SA Indication - Modification du libellé d'AMM Raloxifène, modulateur sélectif de l'activation des récepteurs aux estrogènes (MoSARE ou SERM) Initialement indiqué dans la prévention des fractures vertébrales non traumatiques chez les femmes ménopausées à risque accru d'ostéoporose - cf monographie ÉVISTA du VIDAL 2000 - , cette spécialité est désormais indiquée dans le « traitement et la prévention de l'ostéoporose chez les femmes ménopausées ». Une réduction significative de l'incidence des fractures vertébrales, mais non des fractures de l'extrémité supérieure du fémur, a été démontrée. La posologie est identique en prévention et en traitement curatif : « 1 comprimé par jour, avant, pendant ou après les repas, à n'importe quelle heure de la journée. Il n'est pas nécessaire d'adapter la posologie chez les femmes âgées ». « Une supplémentation calcique et en vitamine D est généralement recommandée chez les femmes ayant un apport alimentaire faible

MAJ 9/2003
L’efficacité à long terme du raloxifène dans la prévention de l’ostéoporose est confirmée
Jolly E. et coll. "Prevention of osteoporosis and uterine effects in postmenopausal women taking raloxifene for 5 years" Menopause 2003; 10(4):337-344. © Copyright 2003 http://www.jim.fr

Le raloxifène est un modulateur sélectif des récepteurs aux œstrogènes indiqué dans la prévention et le traitement de l'ostéoporose de la femme ménopausée. à la différence des autres anti-œstrogènes comme le tamoxifène, le raloxifène ne stimule pas l'endomètre.

Ses effets à long terme ne sont pas connus et c'est l'objet de la publication de E Jolly et coll. qui agrège les données issues des 2 études prospectives randomisées en double-aveugle disponibles comprenant 185 femmes sous raloxifène et 143 sous placebo. Comparées au groupe placebo, les femmes sous raloxifène ont une augmentation significative de leur densité minérale osseuse au niveau lombaire (2,8 %, p< 0,001) et pelvien (2,6 %, p < 0,001). Le risque de développer une ostéoporose est divisé par 10 sous raloxifène (0,13 IC95% 0-0,37, p = 0,001).La fréquence des bouffées de chaleur est plus élevée sous raloxifène que sous placebo (28,8% vs 16,8%, p = 0,017) mais la fréquence est identique dans les deux groupes pour ce qui est des métrorragies et de l'épaisseur endométriale = à 5 mm. Aucun cas d'hyperplasie endométriale ou de cancer de l'endomètre n'a été détecté sous raloxifène ou sous placebo à 5 ans. Pour les auteurs, la prise quotidienne de 60 mg de raloxifène préserve la densité minérale osseuse, réduit le risque d'ostéoporose et n'est pas associée à une augmentation des pathologies endométriales.

Cette méta-analyse valide donc l'efficacité à long terme du raloxifène vis-à-vis de l'ostéoporose sans conséquence utérine préjudiciable. Cela ne saurait suffire à en recommander l'utilisation large chez des femmes ménopausées en bonne santé en l'absence d'information sur les risques mammaires et cardio-vasculaires. Les patientes qui souhaiteraient utiliser ce traitement de l'ostéoporose doivent êtres informées de cette réserve.

Dr Jean-Marie Brideron

MAJ : 03-11-2004
Le raloxifène (EVISTA*) réduit le risque de cancer du sein chez les femmes âgées
Source : American Society of Clinical Oncology (ASCO) annual meeting, New Orleans, June 6, 2004
Résumé :
Le résultat de longues études cliniques a confirmé que le raloxifène (EVISTA*)réduit le risque de cancer du sein chez les femmes ménopausées présentant une ostéoporose. De ce fait, le raloxifène pourrait être indiqué dans la prévention du cancer du sein chez ces catégories de femme. Rappelons que le raloxifène est indiqué principalement dans le traitement de l'ostéoporose post-ménopausique avérée avec au moins une facture ostéoporotique.

MAJ 12/2004 Raloxifene breast cancer benefits continue long term
Source: Journal of the National Cancer Institute 2004
Assessing the affect of raloxifene on breast cancer risk in postmenopausal women with osteoporosis after the first 4 years of treatment.
Following the first 4 years of treatment, raloxifene continues to reduce the risk of breast cancer by more than 50 percent in postmenopausal women with osteoporosis, study findings show.
The results are based on a follow-up study of the Multiple Outcomes of Raloxifene Evaluation (MORE) trial, which showed that 4 years of treatment with the selective estrogen receptor modulator cut the incidence of breast cancer among postmenopausal osteoporosis sufferers by a substantial 72 percent, compared with placebo.
The current trial, called Continuing Outcomes Relevant to Evista (CORE), followed-up 4000 of the MORE participants for a further 4 years. During this time, the incidence of invasive breast cancer was 59 percent lower in the raloxifene arm compared with women taking placebo, and the incidence of estrogen receptor (ER)-positive invasive breast cancer was reduced by 66 percent.
ER-negative invasive breast cancer and non-invasive breast cancer rates did not vary, however, between the treatment arms, and raloxifene was associated with a greater than two-fold increase in risk of venous thromboembolic events, note Silvana Martino (Cancer Institute Medical Group, Santa Monica, California, USA) and colleagues.
"These data demonstrate that the incidence of ER-positive invasive breast cancer continues to be reduced through 8 years of raloxifene treatment in postmenopausal women with osteoporosis," they conclude.

5.1. Étude CORE (Continuing Outcomes Relevant to Evista) : confirmation des résultats de l'étude MORE concernant l'incidence des cancers du sein hormono-dépendants L'étude CORE : certaines patientes de l'étude MORE traitées depuis 4 ans, ont été suivies 4 années supplémentaires. Celle recevant un placebo sont restées sous placebo (n = 1703), celles ayant eu 60 ou 120 mg de raloxifène/j ont reçu 60 mg/j (n = 3510). Dans le groupe traité, l'incidence de cancers du sein invasifs est réduite de 59% (29-76%). Sur l'ensemble des 8 années de suivi, cette diminution est de 66% (50-78%), atteignant 76% (pour le groupe des cancers récepteur estrogène positif (pas d'effet sur l'incidence des cancers récepteur négatif). On retrouve l'augmentation du risque trhombo-embolique, qui n'est pas strictement significative au plan statistique : RR 2.17 (0.83 - 5.70). Martino S, Cauley JA, Barrett-Connor E, et al. Continuing outcomes relevant to Evista: breast cancer incidence in postmenopausal osteoporotic women in a randomized trial of raloxifene. J Natl Cancer Inst. 2004;96(23):1751-61 [résumé] 5.2. raloxifène et bouffées de chaleur L'étude contrôlée : 487 femmes ménopausées depuis au moins deux ans / trois régimes thérapeutiques : placebo, raloxifène 60mg/ d'emblée ou raloxifène 60mg 1 j sur 2 pendant 2 mois puis tous les jours. L'incidence des bouffées de chaleur a été évaluée durant 8 mois : augmenter les doses de raloxifène par paliers réduit l'incidence des bouffées de chaleur uniquement chez les femmes ménopausées depuis moins de 6 ans. Aldrighi JM, Quail DC, Levy-Frebault J, et al. Predictors of hot flushes in postmenopausal women who receive raloxifene therapy. Am J Obstet Gynecol. 2004;191(6):1979-88 [résumé]
.
Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente