Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
PNEUMOCOQUE - PNEUMO 23
Source : AP / Reuter 21/11/1998

Pneumonie à pneumocoque: les spécialistes plaident pour une extension des indications du vaccin

En dépit de l'existence d'un vaccin efficace, la pneumonie à pneumocoque fait encore chaque année plusieurs milliers de victimes, notamment parmi les personnes âgées de plus de 65 ans.
Des spécialistes réunis vendredi à Paris se sont félicités de l'obtention en octobre dernier du remboursement de ce vaccin pour les sujets à risque. Néanmoins, ils plaident pour une extension de ses indications.

Depuis octobre 1998, ``Pneumo 23'', le vaccin mis au point par Pasteur Mérieux MSD, est remboursé à 65% pour les sujets susceptibles d'être fréquemment hospitalisés, notamment les insuffisants respiratoires et les patients ayant un terrain alcoolo-tabagique.

En France, en dépit du danger que représente la pneumonie à pneumocoque, ``la vaccination des personnes âgées de plus de 65 ans n'est pratiquée que dans moins de 3% des cas''.

``Les facteurs de risque de la pneumopathie à pneumocoques sont nombreux: bronchopneumopathies, insuffisance cardiaque, diabète... Seul le médecin est habilité à définir le risque de son patient'', a ajouté le Pr Micoud.
Sans compter que ces dernières années, l'augmentation des résistances aux antibiotiques a compliqué le traitement de la pneumonie à pneumocoque, aboutissant à l'utilisation de molécules plus coûteuses et à l'augmentation du nombre de journées d'hospitalisation (280.250 journées d'hospitalisation par an). La prévention vaccinale s'avère être une réponse efficace à ce problème économique.
Selon une enquête publiée en 1998, environ 132.000 personnes sont atteintes chaque année de pneumonie à pneumocoque; 25% d'entre elles sont hospitalisées, notamment les personnes de plus de 60 ans. Et quelque milliers en meurent.

CONTREVERSE
A propos de la vaccination par le Pneumo 23, la revue Prescrire connue pour son indépendance vis a vis des laboratoires a publié differents articles qui concluent tous a l'efficacite tres limitee de ce vaccin.
Dans son n° 186 de juillet/aout 98, on peut lire qu'a la suite d'une étude suédoise publiée en 98 rendant compte d'un éssai, randomisé, multicentrique comparant en double aveugle le vaccin Pneumo 23 au placebo chez 681 patients qu'il n'y a guère d'efficacite a attendre de ce vaccin..

OPTION/BIO 229 - 14 Mai 1999
130 000 cas de pneumopathies/an en France. Mortalité 5 à 10 %
« Au jourd'hui au faisceau d'arguments existe pour recommander la vaccination par le Pneumo 23 selon les indications de l'AMM : sujets de plus de 65 ans et les sujets à risque ayant des facteurs de co-morbidité (notamment institutionnalisés ou ayant des pathologies chroniques.»
Les recommandations du Comité Technique des Vaccinations sont actuellement plus restrictives : « Vaccination tous les 5 ans chez les sujets splénectomisés, les drépanocytaires, les patients atteints de syndrome néphrotique ou porteurs d'une brèche ostéo-méningée. En outre la vaccination est recommandée chez les sujets suceptibles d'être fréquemment hospitalisés, tous particulièrement les insuffisants respiratoires et les patients ayant un terrain alcoolo-tabagique.»
Le vaccin Pneumo 23 - thymo-indépendant- est inefficace chez l'enfant et aucune réponse anticorps n'est observée avant l'âge de 2 ans.
Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente