Accueil
Recherche
Nouveautés
Email webmaster
Sommaire général
Page précédente
Diabète de type 2
la pioglitazone (Actos ®) toujours commercialisée
malgré une balance bénéfices-risques défavorable

Communiqués de presse : La Revue Prescrire Numéro 301, novembre 2008 p.818

Voir également : Les glitazones

Malgré une absence de bénéfice clinique pour les patients diabétiques et des effets indésirables parfois graves, la pioglitazone (Actos°) est toujours sur le marché, en outre au prix fort.

Pour réduire la morbimortalité des patients diabétiques de type 2, le traitement médicamenteux de première ligne repose sur un antidiabétique oral tel que la metformine (Glucophage° ou autre) ou le glibenclamide (Daonil° ou autre).

Septembre 2016
Pioglitazone et risque de cancer de la vessie chez les patients atteints de diabète de type 2
Cette étude européenne rétrospective de cohortes porte sur plus de 55 mille patients diabétiques de type 2 prenant ou pas un traitement par pioglitazone Elle ne montre aucune preuve d'une association entre l'utilisation de pioglitazone et le risque de cancer de la vessie ce qui concorde avec les résultats d'autres études récentes qui comprenait également une longue période de suivi. [Lire]

Juin 2011
Suspension de l'utilisation des médicaments contenant de la pioglitazone
(Actos®, Competact®)

L'Afssaps a décidé aujourd'hui de suspendre l'utilisation en France des médicaments contenant de la pioglitazone (Actos® et Competact®), sur avis de la Commission d'Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) et de la Commission Nationale de Pharmacovigilance. En effet, les résultats de l'étude réalisée par la CNAMTS, à la demande de l'Afssaps, qui viennent d'être rendus publics confirment une faible augmentation du risque de cancer de la vessie chez les patients traités par pioglitazone. [Lire]

Depuis la mise sur le marché des médicaments antidiabétiques de la famille des glitazones, Prescrire n’a cessé de souligner leur absence de bénéfice démontré pour les patients et leurs effets indésirables parfois graves : notamment fractures osseuses, insuffisances cardiaques, hypoglycémies, œdèmes.

Dans son numéro de novembre, Prescrire rapporte l’avis de la Commission française de la transparence qui a réévalué l'intérêt thérapeutique de la pioglitazone. Elle a conclu à l’absence d’amélioration du service médical rendu par la pioglitazone.

Voir également : DNID : Consensus et algorithme 2009 de traitement (US et européen)

Malgré toutes ces données, la pioglitazone est toujours commercialisée et ce, à un prix élevé. Chaque jour, des patients sous pioglitazone restent exposés à une absence de bénéfice clinique et à des effets indésirables non négligeables. Quand les autorités de santé françaises se décideront-elles enfin à agir dans l’intérêt des patients, en demandant le retrait pur et simple du marché de la pioglitazone ?

©LRP
.
Accueil
Recherche
Nouveautés
Email webmaster
Sommaire général
Page précédente