Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
OXYCODONE - OXYNORM - OXYCONTIN LP
Source : Mediquick 7 par esculapepro.com

L'oxycodone est un agoniste opioïde pur. Son action antalgique est similaire qualitativement à celle de la morphine, comme ses actions sur les muscles lisses, les centres respiratoires et la toux.
La biodisponibilité absolue de l'oxycodone varie de 60 à 80%. L'effet de premier passage hépatique est faible. La demi-vie d'élimination est en moyenne de 4 à 5 heures, et l'état d'équilibre est atteint en environ 24 heures.

Présentations

La forme retard ou OxyContin-LP se présente sous forme de comprimés à libération prolongée, dosés à 5 mg, 10 mg, 20 mg, 40 mg ou 80 mg. L'action antalgique met à peu près une heure à apparaître et dure au moins 12 heures.

La forme immédiate ou OxyNorm se présente sous forme de comprimés à libération immédiate, dosés à 5 mg, 10 mg et 20 mg. L'action antalgique apparaît en 30 à 60 minutes et dure entre 4 à 6 heures.

Une forme immédiate appelée OxyNormoro qui se présente sous forme de comprimés oro-disponibles (à garder sous la langue) avec un temps de dissolution rapide, dosée à 5 mg, 10 mg et 20 mg.

Une forme injectable ou Oxynorm qui se présente sous forme d'ampoules de 10 mg, 20 mg, 50 mg et sous forme d'ampoule 20 ml dosée à 200 mg d'oxycodone, adapté pour l'analgésie contrôlée par le patient.

Conditions de prescription et de délivrance

Prescription limitée à 28 jours sur ordonnance "sécurisée" répondant aux spécifications fixées par l'arrêté du 31 mars 1999

Indications thérapeutiques

Douleurs d'origine cancéreuse, intenses ou rebelles aux antalgiques de niveau plus faible, chez l'adulte à partir de 18 ans.

Posologie Voie orale

Réservé à l'adulte à partir de 18 ans.
Avec les formes à libération immédiate, la dose journalière totale est généralement répartie en plusieurs doses équivalentes, administrées toutes les 4 à 6 heures.
On peut également utiliser cette forme comme dose supplémentaire en cas d'accès douloureux non contrôlé par un traitement de fond (en particulier oxycodone à libération prolongée).

Posologie initiale
  • Patients recevant des morphiniques pour la première fois: Utiliser le dosage le plus faible: 5 mg toutes les 4 à 6 heures.

  • Patients antérieurement traités par des morphiniques: La dose initiale est à déterminer en fonction de la dose quotidienne de morphine prise antérieurement. A titre indicatif et en l'absence d'équivalence clairement établie, le rapport d'équianalgésie proposé est le suivant: 10 mg d'oxycodone par voie orale sont équivalents à 20 mg de morphine orale. La dose d'oxycodone sera donc d'environ la moitié de la dose de morphine administrée précédemment.

  • Patients présentant une insuffisance hépatique non sévère et/ou une insuffisance rénale, patients âgés: Chez les patients traités pour la première fois par un morphinique, débuter le traitement à la posologie la plus faible, 5 mg toutes les 4 à 6 heures.
Pour en savoir plus http://www.oncoprof.net

Effets indésirables

Comme pour la morphine, les effets indésirables les plus fréquents aux doses habituelles sont la constipation, la somnolence, une confusion, des nausées et vomissements.
En cas d'administration chronique, la constipation ne régresse pas spontanément et doit donc être prise en charge. En revanche, somnolence, nausées et vomissement sont en règle générale transitoires et leur persistance doit faire rechercher une cause associée.
Tous ces effets, et notamment la constipation, sont prévisibles et doivent donc être anticipés afin d'optimiser le traitement. Ils peuvent nécessiter une thérapeutique correctrice

Adaptation de la posologie

Elle se justifie lorsque les doses antérieurement prescrites se révèlent insuffisantes:
  • · Fréquence de l'évaluation:
    Il ne faut pas s'attarder sur une posologie qui s'avère inefficace. Le patient doit donc être vu de manière rapprochée, principalement à l'instauration du traitement, tant que la douleur n'est pas contrôlée.
  • Augmentation de la dose: Si la douleur n'est pas contrôlée, il convient d'augmenter les doses de 25 à 50 %:
    • soit en réduisant l'intervalle entre les prises (si la douleur est contrôlée au début mais pas en fin d'intervalle),
    • soit en augmentant la dose à chaque prise (si la douleur n'est contrôlée à aucun moment de l'intervalle entre 2 prises).
    Dans ce processus d'ajustement des doses il n'y a pas de limite supérieure tant que les effets indésirables sont contrôlés.
· Changement de forme pharmaceutique:

En cas de passage d'une forme à libération immédiate à une forme à libération prolongée, la posologie quotidienne sera inchangée.

Contre-indications Ce médicament NE DOIT JAMAIS être utilisé dans les cas suivants:
  • enfant de moins de 18 ans,
  • hypersensibilité connue à l'oxycodone ou à l'un des composants de ce médicament,
  • insuffisance respiratoire décompensée,
  • insuffisance hépato-cellulaire sévère,
  • allaitement,
  • association à labuprénorphine, lanalbuphine, lapentazocine.
Ce médicament est GENERALEMENT DECONSEILLE dans les cas suivants:
  • grossesse,
  • association avec l'alcool.
Mises en garde spéciales et précautions d'emploi Dans le contexte du traitement de la douleur l'augmentation des doses, même si celles-ci sont élevées, ne relève pas le plus souvent d'un processus d'accoutumance.

Une demande pressante et réitérée nécessite de réévaluer fréquemment l'état du patient. Elle témoigne le plus souvent d'un authentique besoin en analgésique, à ne pas confondre avec un comportement addictif.

L'oxycodone est un stupéfiant pouvant donner lieu, en dehors de son utilisation dans le traitement de la douleur, à une utilisation détournée (mésusage): dépendance physique et psychique peuvent alors s'observer, ainsi qu'une tolérance (accoutumance) se développant à la suite d'administrations répétées.

Des antécédents de toxicomanie ne contre-indiquent toutefois pas la prescription d'oxycodone si celle-ci apparaît indispensable au traitement de la douleur.

En cas de traitement prolongé, l'arrêt brutal entraîne un syndrome de sevrage, caractérisé par les symptômes suivants: anxiété, irritabilité, frissons, mydriase, bouffées de chaleur, sudation, larmoiement, rhinorrhée, nausées, vomissements, crampes abdominales, diarrhées, arthralgies.
L'apparition de ce syndrome de sevrage sera évité par une diminution progressive des doses.

L'oxycodone n'est pas adaptée au traitement des pharmacodépendances majeures aux opiacés.

Texte complet -esculapepro.com -Mediquick 7
.
Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente