Accueil
Recherche
Nouveautés
Email webmaster
Sommaire général
Page précédente
NACO - Anticoagulants oraux non antivitamine k
Apixaban-Eliquis ® - Dabigatran- Pradaxa ® - Rivaroxaban-Xarelto ®
Août 2013

Pour l'ANSM et l'HAS , les AVK restent la référence dans le "traitement" de la FA non valvulaire et les avis sur le NACO sont partagés car l'abscence de ..... en cas de saignement pose problème.

Les patients qui seraient les plus susceptibles de bénéficier de l’apixaban, comme du rivaroxaban et du dabigatran, sont ceux chez lesquels le contrôle de l’INR n’est pas obtenu sous AVK.

Ces patients requièrent une surveillance clinique étroite alors que l’absence de nécessité de mesurer le degré d’anticoagulation peut conduire à espacer les consultations de suivi ; le suivi étroit en pratique courante ne doit pas être oublié.

Les données cliniques de l’apixaban chez les patients âgés (> 75 ans), insuffisants rénaux ou de faible poids corporel, qui sont à risque de saignements, sont actuellement limitées.

De plus, les comparaisons indirectes, faites à partir des trois études RELY, ROCKET AF et ARISTOTLE dont la méthodologie et les caractéristiques des patients inclus diffèrent, ne permettent pas de hiérarchiser ces trois médicaments.



Les AVK empêchent le mécanisme de réduction de la vitamine K (n'est pas active quand elle est oxydée), empêchant ainsi la synthèse des facteurs vitamine K dépendants. 90% de la vitamine K absorbée circule liée à l'albumine, et donc inactive, cela explique l'action prolongée des AVK après arrêt du traitement.

Les fiches HAS (Commission de la Transparence)
Apixaban - Eliquis [Lire]
Dabigatran - Pradaxa [Lire]
Rivaroxaban - Xarelto [Lire]

.
Accueil
Recherche
Nouveautés
Email webmaster
Sommaire général
Page précédente