Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
FLAVOQUINE ® - CAMOQUIN ®
DCI : AMODIAQUINE
Laboratoires Roussel.
Source MEDIQUICK 5.0 par esculapepro.com

L'amodiaquine a une action schizonticide sur les souches de Plasmodium falciparum sensibles et sur l'ensemble des souches de Plasmodium vivax, de Plasmodium ovale et de Plasmodium malariae.Elle est régulièrement efficace contre les souches de Plasmodium falciparum chloroquino-résistantes. On notera que l'amodiaquine n'est qu'une prodrogue : la majeure partie de la molécule est métabolisée en monodeséthylamodiaquine lors du passage dans le foie. C'est la monodeséthylamodiaquine qui est le composant actif.

Présentation :
Comprimé jaune sécable contenant:
---- 153mg d'Amodiaquine, soit 200mg sous forme de chlorhydrate,
---- excipients: amidon de maïs prégélatinisé, amidon de riz, stéarate de magnésium.
Boîte de 16 (plaquette thermoformée). .

Il existe une présentation pédiatrique de la Flavoquine °, en sirop. Elle n'est pas commercialisée en France, mais très largement utilisée en Afrique sub-saharienne.

Indications dans le paludisme :

Traitement de l'accès palustre simple.
Traitement de l'accès palustre simple résistant à la chloroquine.

Posologie et mode d'administration :

- Traitement de l'accès aigu: 35mg d'amodiaquine base par kg répartis sur 3 jours, soit:
---- à J1: 15mg/kg répartis en 2 prises à 12h d'intervalle.
---- à J2 et J3: 10mg/kg/j en 2 prises à 12h d'intervalle.
Pour un adulte de 70kg:
---- J1: 4 comprimés matin et soir.
---- J2 et J3: 2 comprimés matin et soir.

Groupes à risque
* Nouveau-nés: peu de données.
* Nourrissons: déconseillé.
* Enfants : déconseillé chez les moins de 6 ans. Adapter la posologie.
* Grossesse : ne pas prescrire comme une cure de 1ère intention, absence d'effet tératogène chez l'animal dans l'état actuel de nos connaissances, absence d'études chez l'homme.
* Allaitement: déconseillé, absence de données.
* Sujets âgés: pas de mises en garde particulières.
* Déficiences métaboliques: - Insuffisance hépatique : (si en rapport avec une prise antérieure d'amodiaquine) contre-indiqué.
- Insuffisance rénale : pas de mises en garde particulières.
* Maladies concomitantes : voir rubrique contre-indications. Il est nécessaire de surveiller l'apparition d'un pré-ictère (anorexie, asthénie, douleurs abdominales, fièvre, nausées, vomissements, amaigrissement), et d'une agranulocytose (fièvre, angine, ulcérations buccales) qui impose l'arrêt immédiat et définitif du traitement.

Contre-indications :
---- Antécédents d'hypersensibilité à un des constituants.
---- Antécédents d'atteinte hépatique ou d'agranulocytose par l'amodiaquine.
---- Rétinopathie (sauf en traitement curatif du paludisme).

Mises en garde et précautions d'emploi
---- Surveiller l'état clinique, arrêter la cure et pratiquer des tests hépatiques, un hémogramme, une goutte épaisse en cas de survenue de: signes d'hépatite pré-ictérique ou d'ictère, signes d'agranulocytose (risque d'hépatite, d'agranulocytose mortelle), état fébrile isolé (risque d'accès palustre par Plasmodium falciparum résistant à l'amodiaquine).
---- Administration orale.

Interactions médicamenteuses :
Eviter d'associer l'amodiaquine à des médicaments hépatotoxiques ou susceptibles d'entraîner une agranulocytose.

Grossesse et allaitement :
---- Aucun problème chez l'animal.
---- Aucune donnée chez la femme enceinte ou allaitante.

Effets indésirables :
  • Sévères:
    - Fréquents: hépatites cholestatiques, parfois mortelles.
    - Quelques cas d'accidents hématologiques (leucopénies, agranulocytoses avec dyscrasie sanguine) parfois mortels ont été rapportés.
    Ces accidents, de mécanisme inconnu, n'ont été décrits qu'au décours de prises prolongées d'amodiaquine. Pour cette raison, l'amodiaquine est strictement contre-indiquée en prophylaxie du paludisme.
    - Rares: neuromyopathie (fortes doses et traitement prolongé).

  • Symptomatiques:
    - Ont été rarement signalés: prurit, rashs cutanés, pigmentation ardoisée, en particulier des ongles et des muqueuses.
    - En cas de fortes doses et traitement de longue durée: nausées et vomissements, anorexie, crampes abdominales, diarrhée, troubles transitoires de l'accommodation, opacifications cornéennes régressant à l'arrêt du traitement, hyperhémie conjonctivale, exceptionnellement rétinopathies irréversibles.
    - Survenue possible de faiblesse, acouphène, tremblement, troubles du rythme cardiaque, malaise.

  • Autres:
    Rien à signaler.
Surdosage :
- Dose dangereuse chez l'adulte: environ 2g en une prise soit 10 cp. - Signes cliniques: Céphalées, étourdissements, troubles visuels, collapsus cardio-vasculaire et convulsions, suivis par l'arrêt respiratoire et cardiaque brutal et précoce. - Conduite à tenir: Transfert d'urgence vers un centre spécialisé. Aucun cas n'est correctement documenté. Par analogie avec la chloroquine, le fabricant écrit qu'il y a surdosage au-delà de : 2 cp pour un enfant de 10 kg 5 cp pour un enfant de 20 kg 7 cp pour un enfant de 30 kg 10 cp pour un enfant de 40 kg 20 cp pour un adulte Le surdosage est fatal en moins de 3 heures, par arrêt cardio-respiratoire. Les signes d'alerte sont : vomissements, étourdissements, troubles visuels et collapsus cardio-vasculaire. Remarques générales : L'amodiaquine connaît un regain d'intérêt en Afrique à cause de sa meilleure efficacité que la chloroquine et certains pays, comme le Cameroun (2), n'hésitent pas à la prescrire en traitement de première intention de l'accès palustre simple.Après l'avoir longtemps dénigrée, l'OMS l'a réhabilitée en 1996 (3). Autre dénomination commerciale : CAMOQUIN®.
Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente