Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
Les promesses de la DHEA l'hormone anti-viellissement ?
2000 - 2002 - 2003 - 2006

La DHEA est une hormone à laquelle on prête depuis plusieurs années des vertus contre le vieillissement car sa concentration dans l'organisme diminue avec l'âge.

MAJ 03/2003 : Lire Marche arrière sur la DHEA
MAJ 10/2006 DHEA in elderly women and DHEA or testosterone in elderly men [Lire]

En 2000, le Pr Françoise Forette et le Pr Etienne Emile Baulieu ont menée une première étude concernant les effets de cette molécule sur les personnes âgées, l'enquête DHEAge

Cette étude contre placebo a duré un an et porté sur 280 personnes : 70 hommes et 70 femmes de 60 à 69 ans, 70 hommes et 70 femmes de 70 à 79 ans, en bonne santé physique et mentale. On leur a donné chaque jour soit 50 mg de DHEA soit un placebo Toutes ont été suivies très régulièrement par différentes équipes médicales.
Voir également : DHEA : MAJ Contre-indication et bilan initial

  • Ceux qui ont reçu la DHEA l'ont bien tolérée, c'est un premier résultat important, et ont retrouvé des taux équivalents à ceux d'adultes jeunes.
    Ce qui veut dire que cette molécule n'est pas toxique et qu'elle ne s'accumule pas dans l'organisme.
  • Les effets observés permettent de dire que l'administration surveillée et contrôlée de DHEA peut contrecarrer certains désagréments liés au vieillissement. Surtout pour les femmes les plus âgées, celles qui avaient au début de l'étude les taux les plus bas de DHEA.
  • Actuellement, rien ne permet de dire que c'est une hormone de jouvence ! retour en haut de page
  • La prise régulière de DHEA a induit, chez toutes les femmes de l'étude, une augmentation de la densité osseuse, et chez les plus âgées, une reconstruction de l'os. C'est très important, mais on n'observe pas le même phénomène chez les hommes. Les effets de la DHEA sur l'os sont effectivement semblables à ceux des oestrogènes, prescrits aux femmes à la ménopause mais on utilisation en remplacement du THS n'est pas actuellement.validée par des études suffisantes
  • Les dermatologues ont aussi constaté une amélioration considérable de la peau, à la fois chez les femmes et chez les hommes : augmentation de la production de sébum, meilleure hydratation, diminution de la coloration jaunâtre.
  • Sur la libido : seules les femmes de plus de 70 ans ont réagi positivement avec augmentation de l'intérêt libidinal et meilleure satisfaction sexuelle.
  • DHEA
    La nouvelle esbroufe

    DHEA, fontaine de jouvence, qui maintiendrait le corps jeune, l'esprit alerte et entretiendrait la libido. Superhormone qui protégerait contre les principales causes de mortalité : pathologie cardiovasculaire, cancers, défaillances du système immunitaire, pathologies dégénératives, etc...
    En réalité, pas un seul de ces bienfaits n'est démontré par des essais cliniques de méthodologie correcte versus placebo. Sur l'autre plateau de la balance, les effets indésirables sont bien réels et inquiétants : des effets androgéniques et des éléments en faveur qu'un risque de cancers hormonodépendants.
    Actuellement l'engouement pour la DHEA ne repose sur aucune donnée solide. Il ne fait ni prescrire ni conseiller cette mystification multimédiatisée. Il y a beaucoup mieux pour aider à bien vieillir.
    Prescrire N° 227, Avril 2002

    La DHEA est disponible aux Etats Unis comme complément nutritif, sans aucun contrôle de la qualité du produit. Elle était jusque là interdite en France. Les pouvoirs publics seront obligés d'en tenir compte car le nombre des personnes âgées va augmenter considérablement dans les années qui viennent. Il faut maintenant que des laboratoires pharmaceutiques s'y intéressent, qu'ils fassent les essais et les démarches nécessaires à une mise sur le marché de la DHEA dans un cadre contrôlé.
    Tous les résultats de cette première enquête, DHEAge ne sont pas encore connus.. Il reste à voir les conséquences de cette prise quotidienne de DHEA
  • sur le système immunitaire sur les performances cognitives, sur la sensation de bien-être
  • chez les femmes de 60 à 69 ans, sur les fonctions musculaires.

    Ensuite,la mêm étude doit être faite chez les personnes de plus de 80 ans, dont le nombre va se multiplier dans les années à venir, et qui sont les principales victimes de fractures, avec les conséquences les plus graves.

    Il est absolument nécessaire de lancer une grande étude sur la mortalité et la morbidité d'une population de 5000 personnes suivies pendant cinq ans pour connaître vraiment l'incidence de la DHEA sur les maladies liées au vieillissement. Elle est indispensable si l'on veut obtenir une connaissance approfondie des effets de la DHEA.

    Avril 2001, Communique de l'Ordre des Médecins ===> ICI Un excès de prudence ???
    A lire également Rester jeune jusqu'à 120 ans (Sciences et Avenir 03/1999)
    Mais aussi Manger moins pour vivre plus :-)) (Sciences et Avenir 03/1999

    Pour en savoir plus dheage.com/

    Voir également par ordre de lise en ligne
  • Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente