AGENCE FRANCAISE  DE SECURITE SANITAIRE  DES PRODUITS DE SANTE


LES MEDICAMENTS ANTIVITAMINE K  (AVK)
http://afssaps.sante.fr/fr/htm/5/5704c.htm
janvier 2001


Mise au point sur les AVK

Après plus de 40 ans d'utilisation, la classe des antivitamines K reste un élément essentiel de la prise en charge des thromboses artérielles ou veineuses.

L'AMM des AVK vient d'être révisée et contient de nombreux conseils pratiques. 
Une fiche de Transparence a également été élaborée afin de renforcer l'information diffusée auprès des prescripteurs sur le bon usage des AVK. 

L'utilisation des AVK ne se conçoit que dans les indications validées et après évaluation individuelle du risque thrombotique et du risque de complication hémorragique.

Une réévaluation régulière du rapport bénéfice/risque est indispensable tout au long du traitement.

 

  Indications des AVK

Les AVK sont indiqués dans la prévention de la formation ou l'extension d'une thrombose ou d'une embolie. Les indications validées par des études cliniques ou un consensus professionnel sont les suivantes :

Cardiopathies emboligènes
Prévention des complications thromboemboliques de :

fibrillations auriculaires,

valvulopathies,
prothèses valvulaires,

infarctus compliqués.
Infarctus du myocarde
Prévention des complications thromboemboliques de,
Prévention des récidives en cas d'intolérance à l'aspirine.
Maladies thromboemboliques veineuses
Prévention des thromboses veineuses profondes et de l'embolie pulmonaire en chirurgie de hanche,
Traitement des thromboses veineuses profondes et de l'embolie pulmonaire et prévention de leurs récidives, en relais de l'héparine.
Prévention des thromboses sur cathéter
 

  Surveillance biologique

Risques à surveiller :

absence d'efficacité,
hémorragie (risque présent tout au long du traitement, maximal les premiers mois).

L'INR (International Normalized Ratio) est le seul test biologique de surveillance à utiliser (moins reproductible d'un laboratoire à l'autre, le TP doit être abandonné).
Il doit être contrôlé régulièrement et mesuré, si possible, dans le même laboratoire.

L'INR " cible " est la valeur d'INR à rechercher pour obtenir un traitement équilibré. La zone thérapeutique habituelle se situe pour la plupart des indications entre 2 et 3 (pour certaines entre 3 et 4,5).  

  Conduite du traitement

Mise en route : pas de dose de charge, une prise unique (le soir de préférence).
Sujet âgé : diminuer la dose initiale par 2 (risque de surdosage).
En relais de l'héparine : les AVK sont généralement prescrits précocement dès les 2 premiers jours de l'héparinothérapie. Pendant toute la phase de recherche de l'INR cible, l'héparine est maintenue à dose adaptée ; elle est arrêtée lorsque l'INR est dans la zone thérapeutique recherchée 2 jours consécutifs.
Dépistage d'une hypersensibilité individuelle : INR dans les 48 + 12 heures après la 1ère prise.

Adaptation posologique
L'adaptation de la dose s'effectue en contrôlant l'INR tous les 2 à 4 jours (cf chaque spécialité pharmaceutique) jusqu'à stabilisation sur 2 contrôles successifs :
si l'INR cible n'est pas atteint : ajustement de la dose
contrôle de l'INR tous les 2 à 4 jours jusqu'à obtention de l'INR cible ;
quand l'INR cible est atteint et stabilisé : maintien de la dose
espacement progressif des contrôles en quelques semaines jusqu'à un intervalle maximal d'un mois.
Surveillance
Surveillance de routine : contrôle de l'INR au moins une fois par mois.
Traitement déséquilibré (modification de posologie, maladie intercurrente, introduction ou retrait d'un médicament, vomissements, diarrhée, instabilité des résultats de l'INR) : ré-ajustement de la dose en fonction des résultats de l'INR.
Surdosage : les mesures de correction tiennent compte de l'INR et des signes hémorragiques éventuels ; elles sont progressives pour ne pas risquer une thrombose. Un contrôle régulier de l'INR doit être effectué jusqu'au retour à l'INR cible.
 

  Attention aux interactions médicamenteuses

Lors de chaque co-prescription, il faut :

consulter la rubrique " Interactions médicamenteuses " de l'AMM ;
contrôler l'INR 3-4 jours après toute modification, mise en route ou arrêt d'un médicament associé.

L'automédication est dangereuse, en particulier par aspirine ou anti-inflammatoire.

 

  Informez et éduquez votre patient

Le bon usage des AVK dépend également du patient lui-même, qui doit connaître :

 l'indication pour laquelle ce traitement lui a été prescrit,
son INR cible,
les risques hémorragiques et thrombotiques liés au traitement,
le risque lié à l'automédication,
les signes annonciateurs d'un surdosage.

Il doit reporter ses résultats d'INR sur un carnet de surveillance. Il doit toujours signaler la prise d'AVK à ses interlocuteurs médicaux et paramédicaux.

Vos patients trouveront des informations pratiques concernant l'utilisation des AVK dans la notice se trouvant dans chaque boîte de traitement, ainsi que  dans la rubrique vous et votre traitement


SUITE (Fiche de transparence)