Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
Usage détourné
du trihexyphénidyle (Artane ®)

Par aimable autorisation
Dr David Mété·, Mlle Anne Bodereau··, Dr Patricia Wind-Nay···. Dr Élise Hurbin· .. •
Service d'addictologie et de médecine générale, CHD Félix Guyon, Saint-Denis, la Réunion, France
Alcoologie et addictologie 2008 ; 30(2) : 129-135

Texte complet [Lire] (pdf 4,5 MO)

Le trihexyphénidyle est un anticholinergique muscari nique de synthèse commercialisé sous le nom d'Artane ® en France. Il possède le plus important potentiel d'abus et de dépendance parmi sa classe.

Son usage détourné se rencontre chez deux groupes de patients.
  • Le premier est composé de sujets psychotiques traités par neuroleptiques classiques et dont les signes extrapyramidaux induits sont corrigés par le trihexyphénidyle; la molécule possède une efficacité sur les signes négatifs liés il la maladie ainsi que sur les effets secondaires des neuroleptiques.
    Ce type d'abus s'observe partout où la molécule est prescrite.

  • Le second groupe est constitué de sujets jeunes, de sexe masculin, polyconsommateurs, qui l'utilisent seul ou plus souvent avec d'autres substances psychoactives. Ce type d'usage se rencontre plus spécifiquement dans certaines régions du globe. Malgré une toxicité faible et un potentiel de dépendance limité. cette molécule peut favoriser le passage il l'acte violent. en particulier associée il d'autres substances psychoactives comme l'alcool, les benzodiazépines et le cannabis.

    Les indications réelles de prescription du trihexyphénidyle sont restreintes en raison de l'existence de nombreuses alternatives thérapeutiques. Les mesures de vigilance, tant au niveau des prescripteurs que des pouvoirs publics et des fabricants, devraient être renforcées.

    Les effets recherchés

    Il s'agit principalement de l'euphorie et d'un effet psychostimulant qui donne au sujet un sentiment de toute-puissance, accompagnés parfois d'une désinhibition favorisant le passage à l'acte.
    Les usagers font état de similitudes avec les amphétamines, l'ecstasy, voire même le crack; ils absorbent en moyenne un demi à quatre comprimés de 5 mg afin d'obtenir l'effet recherché.
    Le THP est parfois considéré comme ''l'ecstasy du pauvre".

    En plus du bien-être, il est rapporté un sentiment de plus grande confiance en soi. Ses effets stimulants en font un produit dopant même s'i! ne figure pas sur la liste officielle des substances dopantes .
    Une amélioration de la qualité des relations sexuelles sous l'effet du produit est souvent mentionnée.

    Tableau 1: Effets du trihexyphéndyle dans le cadre du mésusage
    Effets positifs recherchés
    Euphorie
    Effet psychostimulant
    Effet dopant
    Hallucinations
    Amnésie
    Effet entactogène
    Sexualité améliorée
    Effets négatis
    Secheresse bucale, caries dentaires
    Halluci nations
    Amnésie
    Vomissements
    Constipation
    Tachycardie
    Rétention urinaire
    Troubles visuels

    Les modalités d'usage

    Les prises se font par voie orale essentiellement sous forme de comprimés de 5 mg; la voie intraveineuse a été décrite mais semble exceptionnelle .
    Le THP est pris seul ou en association à d'autres substances psychoactives comme l'alcool, les benzodiazépines, le cannabis, des boissons contenant de la caféine (café, sodas.. .).
    L'adjonction de caféine permet de limiter les effets négatifs sur la mémoire et de potentialiser l'effet euphorique .
    L'association avec l'alcool, les benzodiazépines et le cannabis favoriseune importante désinhibition et augmente le risque de passage à l'acte délictueux.
    L'usage peut être régulier ou occasionnel. Une accoutumance est possible.

    Toxicité

    La dangerosité du produit est limitée avec un risque de coma, d'arythmie et d'hyperthermie.
    L'antidote théorique est la physostigmine , inhibitrice des acéty1cholinestérases et qui possède une action cholinomimétique centrale et périphérique. Elle est rarement indiquée ; en pratique, l'arrêt est suffisant et la récupération complète est la règle. La détection des anticholinergiques dans les liquides biologiques, si elle est possible, n'est pas accessible dans les examens de routine.

    Potentiel de dépendance

    Plusieurs travaux sur des modèles expérimentaux de dépendance chez l'animal ont objectivé un renforcement positif avec les anticholinergiques, en faveur de leur potentiel addictif .
    Le THP est le premier anticholinergique de synthèse concerné par l'abus car il est le plus stimulant d'entre eux entraîne une dépendance psychique modérée, la dépendance physique étant sujette à controverse.
    Une certaine tolérance existe avec les anticholinergiques : des signes de sevrage, à type d'irritabilité, de tremblements, de nausées et de vomissements peuvent s'observer chez les utilisateurs réguliers .

    En conclusion

    Le trihexyphéniclyle (Artane °) est l'anticholinergique muscarinique de synthèse qui possède le plus important potentiel d'abus et de dépendance.

    Deux groupes d'usagers sont distingués. Le premier comporte en fonction des séries jusqu'à plus de 30 %des patients schizophrènes traités par neuroleptiques et dont les signes extrapyramidaux induits sont corrigés par le trihexyphénidyle. Ce type d'abus s'observe partout où la molécule est prescrite, en raison d'une efficacité sur les signes négatifs propres à la schizophrénie mais aussi sur les effets secondaires des neuroleptiques.

    Le second groupe se compose de sujets jeunes, polyconsommateurs, de sexe masculin en situation de désinsertion sans troubles psychopathologiques spécifiques. Le but recherché est surtout l'euphorie, l'effet psychostimulant, mais parfois aussi les hallucinations et l'effet amnésiant. Le produit est consommé seul ou plus souvent en association avec de l'alcool, des benzodiazépines ou du cannabis, le passage à l'acte délictueux étant alors plus fréquent.

    II existe d'importantes disparités selon les régions du globe liées soit à des habitudes, soit au faible coût de la molécule.

    La vigilance des prescripteurs, des pouvoirs publics et des fabricants doit être accrue. •

    D. Mête. A. Bodereau, P. Wind·Nay, Ê. Hurbin

    Texte complet [Lire] (pdf 4,5 MO)[Lire]

  • .
    Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente