Accueil
Recherche
Nouveautés
Email webmaster
Tous les textes - FMC
Sommaire général
Page précédente
Alzheimer - Benzodiazépines
par aimable autorisation du Docteur Bernard Pradines, gériatre
Site www.geriatrie-albi.fr
11 septembre 2014

Bonjour,

Une étude récente publiée dans une revue médicale prestigieuse (BMJ voir en référence) fait état d’un lien entre la maladie d’Alzheimer et la consommation de benzodiazépines lorsque ces substances sont absorbées pendant une durée supérieure à trois mois.

Les benzodiazépines sont des médicaments fréquemment utilisés pour traiter l’anxiété et l’insomnie. L’opinion générale est qu’ils sont trop souvent et trop longtemps prescrits, en particulier sous la pression des malades et de leurs familles. Ils font courir des périls. Parmi eux figure le risque accru de chutes, surtout chez la personne âgée.

Le problème est que la notion de lien n’est pas claire pour les média qui diffusent ces résultats et probablement aussi opaque pour un public non averti.
En effet, un lien ne signifie pas qu’il y ait causalité. Pour parler simplement, il n’est pas prouvé que les benzodiazépines entraînent l’apparition d’une maladie d’Alzheimer, même si on constate une coexistence troublante de ces deux données. Cette considération n’empêche pas un titre trop explicite dans une revue professionnelle tel que « Alzheimer : les benzodiazépines pendant plus de 3 mois augmentent le risque ». Une telle affirmation ne devrait voir le jour que si l’on envisageait en double-aveugle, dans deux séries comparables tirées au sort, des patients âgés non-Alzheimer. Aux uns l’administration de benzodiazépines, aux autres non.

Comme l’écrivent les auteurs eux-mêmes quant à l’hypothèse d’une production de la maladie par ces médicaments : « En somme, nous ne pouvons pas exclure d’autres hypothèses. Par exemple que l’anxiété et les troubles du sommeil, deux des indications principales des benzodiazépines, puissent être associés avec des lésions précoces de type amyloïde au niveau du cerveau (celles qui sont retrouvées dans la maladie d’Alzheimer, NDLR) et que l’anxiété persistante du milieu de la vie puisse être associée à un risque plus grand de démence chez les personnes âgées.
Ainsi, l’utilisation des benzodiazépines pourrait être un marqueur précoce d’une condition associée à un risque accru de démence et non sa cause »

Voir également
Benzodiazépines et Alzheimer
on prend les mêmes et on recommence

Nos quotidiens développent à nouveau l’information selon laquelle “Certain somnifères augmentent le risque d’Alzheimer” (Le Monde). Ce marronnier qui avait fait le Une de Science et Avenir en octobre 2011 réapparait donc suite à la publication d’une nouvelle étude dans le British Medical Journal.
Aucune étude cas-contrôle ne permet de confirmer un lien entre une cause et un effet, tout juste ce type d’étude permet d’attirer l’attention sur un effet potentiel, ce qui est évidemment moins intéressant pour les journalistes.
Par ailleurs, la question du “comment” reste posée : comment un médicament comme les benzodiazépines pourrait-il déclencher une maladie dégénérative? [Lire] (docbuzz.fr)
========
Benzodiazépines et Alzheimer
les contre-vérités de la presse française

On constate donc qu’à partir d’un seul article, lancé avec tapage par le mensuel Sciences et Avenir, l’information a été reprise immédiatement par l’ensemble de la presse française : au moins 111 journaux papiers, Web et TV, ont copiés et répétés, ce qui n’est, comme on le verra qu’un flot d’inexactitudes, de contre-vérités et d’approximations, avec pour unique objectif la volonté cynique d’inquiéter et de faire peur au plus grand nombre. [Lire]


Attention donc aux déductions trop rapides susceptibles de donner des faux espoirs dans la lutte contre la terrible maladie.

Référence : http://www.bmj.com/content/349/bmj.g5205

Mais aussi... Dans cette période troublée, marquée par la crise économique, nous devrons certainement nous méfier encore davantage des biais fondés sur des a priori idéologiques. Chacun sait que l’on trouve bien mieux ce que l’on veut chercher.
Les arguments "scientifiques" peuvent vite déraper si l'esprit critique est aux abonnés absents.

Bien à vous,
Bernard Pradines, gériatre,
Formation et Conseil
Son site est désormais consultable seulement à l'adresse :www.geriatrie-albi.fr
Twitter : @BernardPRADINES
Blog : http://free.geriatrics.overblog.com/

.
Accueil
Recherche
Nouveautés
Email webmaster
Tous les textes - FMC
Sommaire général
Page précédente