Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
Bon usage des agents antiplaquettaires
Recommandation ANSM - HAS -2012
[Texte complet]

PRINCIPAUX MESSAGES

Ces recommandations ne concernent que 4 antiplaquettaires : l’aspirine, le clopidogrel, le prasugrel et le ticagrelor.

En prévention primaire,
Une inhibition plaquettaire au long cours par aspirine seule (75-160 mg/j) est recommandée lorsque le risque cardio-vasculaire est élevé (risque cardio-vasculaire fatal > 5% calculé selon la table SCORE infra).

En prévention secondaire, l’inhibition plaquettaire est recommandée :*
  • en monothérapie par 75-325 mg/j d’aspirine (clopidogrel en cas de contre-indication à l’aspirine) après AVC1 ou AIT2 ou en cas de maladie coronarienne stable (y compris après pontage) ou d’AOMI3 symptomatique ;

  • en bithérapie (aspirine 75-160 mg/j + clopidogrel), après infarctus du myocarde (avec ou sans pose de stent) ou pose d’un stent hors contexte d’IDM ;

  • en bithérapie aspirine + prasugrel ou aspirine + ticagrelor dans les suites d’un syndrome coronarien aigu.
L’arrêt temporaire des antiplaquettaires expose à un risque accru d’événement vasculaire,
et doit faire l’objet d’une réflexion sur le bénéfice/risque et la date de reprise du traitement.

En cas de chirurgie, sous réserve de l’analyse bénéfice/risque,
    il est recommandé de poursuivre l’inhibition plaquettaire, dans les situations suivantes :
  • cataracte ;
  • chirurgie cardiaque ;
  • chirurgie dentaire ;
  • chirurgie dermatologique ;
  • chirurgie orthopédique ;
  • chirurgie vasculaire.

    Il est recommandé de l’arrêter dans les chirurgies suivantes :
  • amygdalectomie ;
  • chirurgie urologique ;
  • glaucome ;
  • neurochirurgie.
En cas de nécessité de chirurgie pour un patient porteur d’un stent, lorsque celle-ci peut être différée, il conviendra de fixer une date opératoire au moins 4 semaines après la pose du stent en cas de stent nu, et d’au moins 6 mois en cas de stent actif, délai permettant d’interrompre la double inhibition plaquettaire. Si, néanmoins, une intervention urgente est requise, elle est le plus souvent réalisée sous bithérapie.



[Texte complet]
.
Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente