Accueil
Recherche
Nouveautés
Email webmaster
Sommaire général
Page précédente
Vaccination des patients immunodéprimés et aspléniques contre le pneumocoque
Source : Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2016
[Lien / social-sante.gouv.fr]

Les autres vaccinations des patients immunodéprimés et aspléniques
-- Recommandations – 2012 [Lire]
– Synthèse – 2016 (Document Pfizer) [Lire]
-- Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2016 [Lien / social-sante.gouv.fr]

==================================

Rappel
En 2016 nous avons deux vaccins contre le pneumocoque
  • (Pneumo 23 ®)
    Le premier vaccin contre le pneumocoque commercialisé (Pneumo 23®) n'est pas conjugué et contient 23 sérotypes de pneumocoque (1, 2, 3, 4, 5, 6B, 7F, 8, 9N, 9V, 10A, 11A, 12F, 14, 15B, 17F, 18C, 19A, 19F, 20, 22F, 23F et 33F). Le principal avantage de ce vaccin est sa couverture sérotypique large, permettant de conférer une protection contre la plupart des infections à pneumocoque.
    L'action contre le portage est inexistante et ne lui confère donc aucun effet altruiste.

  • Prevenar ®.
    Ce vaccin est conjugué à la protéine CRM197pour . les polyosides de 7 sérotypes (4, 6B, 9V, 14, 18C, 19F et 23F) Il confère une protection contre les infections à pneumocoque et le portage de cette bactérie. de plus, il peut être utilisé dès l'âge de deux mois. L'action contre le portage confère au vaccin un effet altruiste

Plusieurs études ont évalué l’efficacité et l’immunogénicité de la vaccination par le vaccin polyosidique non conjugué (Pneumo 23®) associé ou non au vaccin conjugué (Prevenar) chez l’adulte Ces études montrent une efficacité du vaccin non conjugué chez les sujets splénectomisés avec une diminution du risque de bactériémie. Le vaccin non conjugué est immunogène chez les patients splénectomisés [avec cependant une moins bonne réponse chez les patients ayant été splénectomisés pour une tumeur, 61 à 67 % versus 90 %.

Une étude réalisée chez 54 patients aspléniques montre que après deux doses de vaccin conjugué 7-valent plus de 90 % des patients présentent des taux d’anticorps >= 1,0 µg/mL pour au moins cinq des sept sérotypes .

Chez les patients non ou mauvais répondeurs au vaccin non conjugué, il n’y a pas de bénéfice à la revaccination. En revanche, le vaccin conjugué est immunogène dans cette population mais , le vaccin non conjugué administré préalablement altère la réponse au vaccin conjugué administré secondairement (phénomène d’hyporéponse).

Vaccinations des personnes immunodéprimées

Chez les patients préalablement vaccinés avec le vaccin non conjugué ayant des titres protecteurs avant la revaccination, il n’est pas observé d’augmentation des moyennes géométriques des titres en anticorps après administration du vaccin conjugué.

La vaccination contre les infections invasives à pneumocoque est fortement recommandée pour tous les patients aspléniques. [Lire]
  • Pour les enfants avant l’âge de 2 ans : vaccination par le vaccin conjugué 13-valent : schéma 3+1 à M2, M3, M4 et un rappel à 11 mois. Une dose de vaccin polyosidique 23-valent sera administrée après l’âge de 2 ans.

  • Pour les enfants âgés de 2 à 5 ans non vaccinés préalablement : vaccination par deux doses de vaccin conjugué 13-valent administrées avec un intervalle de huit semaines suivies d’une dose de vaccin polyosidique 23-valent au moins deux mois après la deuxième dose de vaccin 13-valent.

  • Plus de 5 ans et adultes : Etant donné la démonstration d’une meilleure immunogénicité du vaccin conjugué et du risque d’hyporéactivité induit par le vaccin non conjugué, la recommandation pour les enfants âgés de plus de 5 ans et pour les adultes est d’administrer une dose de vaccin conjugué 13-valent suivie d’une dose de vaccin polyosidique 23-valent au moins deux mois après la dose de vaccin 13-valent.

    Pour les patients ayant reçu antérieurement un vaccin polyosidique 23-valent non conjugué, un délai minimum de trois ans est recommandé avant de le vacciner avec le vaccin conjugué
L’administration du vaccin conjugué 13-valent chez les personnes âgées de 18 à 50 ans se fait hors AMM.
A ce jour, des données complémentaires sont nécessaires avant de recommander des injections de rappel.
.
Accueil
Recherche
Nouveautés
Email webmaster
Sommaire général
Page précédente