Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
Traitement antibiotique probabiliste
des urétrites et cervicites non compliquées

Afssaps Octobre 2008

• Au cours des infections sexuellement transmissibles, notamment des urétrites et cervicites non compliquées, les deux agents infectieux le plus souvent isolés en France sont Neisseria gonorrhoeae (gonocoque) et Chlamydia trachomatis, seuls ou associés entre eux dans de nombreux cas.

L'essentiel
  • L’évolution de la résistance du gonocoque aux quinolones ainsi que sa diminution de sensibilité aux céphalosporines imposent d’actualiser la prise en charge des urétrites et cervicites non compliquées.
  • La prise en charge concerne non seulement le patient mais aussi le ou les partenaire(s) récent(s) et /ou habituel(s).
  • Toute suspicion d’urétrite ou cervicite doit être confirmée microbiologiquement : un prélèvement bactériologique avant traitement est indispensable.
  • Le traitement antibiotique probabiliste doit être mis en oeuvre aussitôt après le prélèvement.
  • Le traitement antibiotique recommandé associe systématiquement un traitement anti-gonococcique et un traitement anti-Chlamydia
Les pénicillines, les cyclines (dont la doxycycline), les fluoroquinolones (dont la ciprofloxacine) ne doivent plus être utilisées pour le traitement de première intention des urétrites et cervicites à Neisseria gonorrhoeae.

Les traitements
    Traitement anti-gonococcique
  • ceftriaxone : 500 mg en une seule injection (intra-musculaire ou intra-veineuse) ;
  • en cas de contre-indication aux bêta-lactamines : spectinomycine, 2 g en une seule injection intramusculaire
  • en cas de refus ou d’impossibilité d’administrer un traitement par voie parentérale : céfixime, 400 mg en une prise orale unique.

    Associé au traitement anti-Chlamydia
  • azithromycine : 1 g en monodose;
  • ou doxycycline : 200 mg/jour en deux prises par voie orale pendant 7 jours.
Les autres mesures
  • Des sérologies (syphilis, infection à VIH, hépatite B, hépatite C) sont à pratiquer en tenant compte des délais de séro-conversion.
  • Les rapports protégés (utilisation de préservatifs) doivent être préconisés.
  • Les consultations de suivi sont à J3 si les symptômes persistent, à J7 systématiquement.
  • La vaccination contre l'hépatite B doit être proposée à tout patient non immunisé.
Le texte complet de la mise au point : Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées ( Actualisation - Octobre 2008) [Lire] (pdf)

Esculape
1 - Si chez l'homme la recherche de chlamydiae peut être pratiquée sur les urines du 1er jet, chez la femme le prélèvement de l'endocol reste la méthode de référence.
2 - Reste la difficulté d'évaluer le risque HIV (Sérologie initiale + Ag P24) : Conduite a tenir en cas de prise de risque sexuel vis a vis du HIV. [Lire]
3 - l'herpès est la MST-IST la plus fréquente.
.
Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente