Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
TUBERCULOSE
CAT INFECTION LATENTE

Janvier 2004

Le groupe de travail mandaté par le Conseil supérieur d'hygiène publique de France a rendues publiques, en présence du directeur général de la Santé, le Pr William Dab, la synthèse de ses travaux et ses recommandations sur la prise en charge de la tuberculose en France. L'accent est notamment mis sur le traitement, sur la prise en charge précoce, notamment sur le traitement des infections latentes récentes.

La nouvelle organisation du système de surveillance rend obligatoire la déclaration, non seulement des cas de tuberculose-maladie, mais aussi des cas de tuberculose-infection asymptomatique (simples virages des tests tuberculiniques).
La commission demandent que soient prises en compte ces « tuberculoses-infections-latente » repérées par la positivité des réactions tuberculiniques.

L'intradermoréaction avec la nouvelle tuberculine obtenue à partir d'une souche humaine de M. tuberculosis, la solution DPP (Tubertest) mise à disposition en France depuis 2003 améliore les performances du test revêt une importance particulière dans le contexte de la suppression de la revaccination. Ils ne seront plus pratiqués en postvaccinal, mais prendront toute leur valeur dans l'enquête autour d'un cas ou chez des personnes à risque , du fait d'une meilleure interprétation.

Cela rend possible un élargissement du traitement aux infections latentes récentes. Les indications sont de traiter par mono- ou bithérapie (voir encadré) les personnes de l'entourage d'un cas de tuberculose bacillaire, qu'il appartienne à une profession exposée ou à la population générale, s'il s'agit d'un enfant de moins de 15 ans atteint de tuberculose-infection récente ou d'un adulte de plus de 15 ans ayant fait un virage récent s'il n'a pas d'antécédent de traitement antituberculeux récent et même s'il n'est pas immunodéprimé, ou enfin, de tout adulte immunodéprimé ou à risque de le devenir (corticothérapie, greffe, infection à VIH...).

Le groupe de travail insiste, par ailleurs, sur l'amélioration des investigations autour d'un cas. Aujourd'hui, une telle enquête n'est demandée que dans 30 % des cas de tuberculose bacillifère.

Pour traiter l'infection latente

Trois schémas sont proposés pour traiter l'infection latente. Le choix sera fait après avoir éliminé une tuberculose-maladie, évalué les effets secondaires et les risques de mauvaise observance :
  • isoniazide en monothérapie, 5 mg/kg par jour pendant 6-12 mois ;
  • rifampicine 10 mg/kg et pyrazinamide 20 mg/kg durant 2 mois ;
  • rifampicine 10 mg/kg pendant 4 mois.
Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente