Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
LA RAGE
http://www.auteuil.cnrs-dir.fr/SDV/rage.html

Voir également une MAJ pratique 09/2004 : [Lire]

EN BREF

Sa répartition est cosmopolite et elle touche une importante variété de rongeurs sauvages ou domestiques (pas de risques avec des animaux provenant d'élévages contrôlés, mais surtout avec ceux provenant de captures).
La contamination se fait essentiellement par morsure.
L'incubation est longue et une rage déclarée est toujours mortelle.
Le traitement est préventif et consiste en une désinfection soigneuse des plaies et en une vaccination. Il existe une vaccination préventive et une vaccination dite curative après morsure.
Prévention : il faut exiger la vaccination des animaux.
Il s'agit de prendre garde lors de la manipulation d'animaux pouvant être agressifs et d'utiliser une sédation correcte de l'animal et des gants résistant aux morsures (Kevlar).




AGENT

Virus à ARN enveloppé du genre Lyssavirus (famille des Rhabdoviridae ; rhabdo : baguette), en forme de balle de fusil (80 nm/200 nm).

Sensibilité : détruit par la chaleur (15 mn à 50°C), la lumière, les UV et partiellement par la dessication lente. Il est également inactivé par les solvants des lipides (éther, chloroforme), les amoniums quaternaires, l'eau de Javel, les solutions savonneuses, l'acide phénique, le formol, la bétapropiolactone, l'acétyl-éthylènimine. Il résiste à la putréfaction, est conservé par le froid, la lyophilisation et la glycérine à 50%.

Pouvoir pathogène : neurotropisme marqué; sa virulence dépend du nombre de virions inoculés. On modifie le pouvoir pathogène du virus par passage en série sur la même espèce (souche "fixe" de Pasteur).

Pouvoir antigène : toutes les souches du virus rabique possèdent la même spécificité antigénique. Le genre Lyssavirus comprend 4 sérotypes : le virus rabique et les virus Lagos Bat, Mokola et Duvenhage.

Pouvoir immunogène : l'infection confère à l'animal une immunité cellulaire et humorale et provoque, chez lui, la production d'interférons.
Le virus de la rage est classé dans le groupe III par arrêté du 18 juillet 1994.




EPIDEMIOLOGIE

Répartition géographique

Enzootique sur tous les continents sauf l'Australie.

Rage domestique ou citadine (Afrique, Asie, Amérique du sud, Turquie) : chien (surtout les chiens errants), plus rarement le chat.

Rage sauvage : le rôle épidémiologique prépondérant est tenu en général l'espèce locale la plus abondante et la plus sensible :

- carnivores : renard roux (Vulpes vulpes) en Europe Occidentale et Centrale, dans l'Ontario ; renard polaire (Alopex lagopus) au Groënland ; mouffette aux Etats-Unis (47% des animaux enragés), au Canada ; mangouste aux Caraïbes et en Afrique Australe.
- chiroptères : chauves souris vampires (Desmodus rotundus) en Amérique Centrale et du Sud (sauf au Chili) ; chauves souris insectivores ou frugivores : Tadarida brasilensis en Amérique du Nord (tous les états des Etats-Unis et le Canada), en Amérique du Sud et en Asie et Eptesicus serotinus en Europe du Nord. Les chiroptères hibernants hébergent le virus latent pendant l'hibernation. Des chiroptères vampires seraient porteurs sains de virus.

Dans les cas de rage vulpine européenne, les espèces atteintes sont :

- animaux sauvages : renards (77%), blaireaux, chevreuils, rongeurs, cerfs.
- animaux domestiques : bovins, puis petits ruminants, chats, chiens, équins et autres espèces (poules, lagomorphes...).

Evolution dans l'espace : en France, la rage a progressé régulièrement de 30 à 60 km par an vers l'ouest, le sud-ouest et le sud pour actuellement osciller autour d'une position moyenne dans le nord-est de la France.

Espèces sensibles

Les jeunes, les femelles gestantes ou allaitantes sont plus sensibles. La sensibilité individuelle est variable. Chez les souris, les mouvements et le stress augmentent la sensibilité, mais il faut 40 000 fois plus de virus vulpin par voie intramusculaire chez une souris que chez un renard pour provoquer la maladie.




MALADIE CHEZ L'ANIMAL

Pathogénie

Après morsure, le virus pénètre dans le muscle, se multiplie, diffuse dans les nerfs par lesquels passivement (neuroprobasie) il atteint les centres nerveux. Il s'y multiplie encore et détruit les cellules locales. Enfin, il parcourt les nerfs en sens inverse (septinévrite) et se distribue dans l'organisme.

Description de la maladie chez le rongeur

Après une incubation très longue, l'évolution de la maladie déclarée, dominée par les troubles nerveux, conduit très rapidement vers la mort.

- Troubles nerveux psychiques : appétit exagéré ou anorexie, inquiétude, changement violent de comportement, excitabilité ou somnolence, crises d'agressivité et de fureur.

- Troubles nerveux moteurs : hyperexcitabilité puis parésie et paralysie ascendante ou locale (mâchoire, un ou deux membres).

- Troubles nerveux neurovégétatifs : priapisme, constipation, ptyalisme et dysphagie par paralysie pharyngée.

Les animaux sauvages peuvent perdre leur prudence et se laisser approcher.

Lésions : microscopiques (spécifiques) : Corps de Negri : inclusions éosinophiliques intracytoplasmiques (forme ovalaire et structure hétérogène) situées dans la corne d'Ammon, les cellules pyramidales de l'écorce cérébrale, le cervelet et colorées en rouge par la technique de Mann.

Diagnostic

Capital pour la santé publique, effectué par un vétérinaire.

- clinique : l'évolution rapidement mortelle de la maladie, avec paralysie progressive, possède une très grande valeur diagnostique. C'est pourquoi il est interdit de sacrifier un animal suspect.

NB : les plus grandes précautions (port de gants, masque; bonne contention) sont nécessaires lors de l'examen d'un tel animal.

- expérimental : laboratoires agréés pour les animaux suspects d'être à l'origine de contamination humaine : Institut Pasteur de Paris ou de Lyon, et Institut d'Hygiène de la Faculté de Médecine de Strasbourg. Pour les autres animaux : C.N.E.V.A. (L.E.R.P.A.S. Malzeville).

Prélèvements effectués par un vétérinaire (cf. Législation Sanitaire) sur le cadavre et expédiés sous la protection du froid accompagnés de commémoratifs.

Techniques utilisées en France : immunofluorescence directe, inoculation à des cultures cellulaires (réponse plus rapide que l'inoculation aux souris).

Pronostic

Maladie mortelle dans 100% des cas cliniquement exprimés.




TRANSMISSION

- Tissus d'animaux enragés (système nerveux, sang, glandes salivaires, surrénales, graisse brune interscapulaire chez les rongeurs et les chiroptères).

- Salive : chez l'animal enragé, la concentration du virus dans la salive augmente avec le temps et l'excrétion est de plus en plus probable au fur et à mesure que l'on se rapproche de la phase clinique (8 jours avant les premiers symptômes, 5% des chiens enragés excrètent le virus dans la salive, 3 jours avant, 80%).

- Lait (inconstant car tarissement rapide de la femelle enragée), urine, fèces, sueur, larmes et mucus nasal ont un rôle minime dans la transmission.

- Aérosols virulents (broyat de cerveau , aérosols d'urine de chauves-souris...).

Modes de transmission

Morsure (transmission la plus fréquente mais non systématique), contact avec la peau lésée, avec une muqueuse, blessure par un objet souillé, inhalation, ingestion (surtout chez l'animal et jeunes chiroptères à la mamelle), transmission in utero (chien, lapin, cobaye, souris, chauve-souris).




MALADIE CHEZ L'HOMME

Desrciption de la maladie

L'incubation est classiquement de 2 à 8 semaines. La durée dépendde la dose de virus inoculée, de la localisation de la morsure et de la gravité de la plaie. L'incubation est d'autant plus courte que la morsure est rapprochée du système nerveux central et touche une zone riche en terminaisons nerveuses.

La maladie débute par de l'anxiété, des maux de tête, de la fièvre, un malaise généralisé et des troubles locaux autour de la plaie à type de prurit et d'irritation. Survient alors une phase d'excitation avec sensibilité à la lumière et au bruit. On retrouve une salivation et un spasme laryngopharyngé se déclenchant lors de l'ingestion de liquides ou à la simple vue d'un liquide.

La rage déclarée est toujours mortelle.

Diagnostic

Par immunofluorescence directe sur des calques cornéens, frottis de muqueuse linguale, ou des biopsies cutanées.

En cas de négativité de cette technique, on pratique la technique de référence qui est l'inoculation intra- cérébrale à la souris à partir d'un prélèvement cérébral de l'animal mordeur suspect.

La sérologie sert à mettre en évidence la valeur immunogène des vaccins et la réponse immunitaire des personnes faisant l'objet d'un traitement.

Traitement

Après exposition par morsure ou contact avec un animal enragé ou suspect de rage, le traitement consiste d'abord en un lavage soigneux de la peau suivi d'une désinfection à l'eau de Javel diluée au 1/10° (contact de la plaie pendant 15 min.).

On évitera de suturer immédiatement la plaie. On peut infiltrer les abords de la plaie avec du sérum antirabique.
On procédera alors le plus tôt possible à une vaccination curative.

Dans tous les cas l'animal sera surveillé pendant 15 jours et sera examiné par un vétérinaire à J-0, J-7 J-14.

  • Si le sujet n'est pas vacciné ou vacciné depuis plus de 3 ans, on procédera à une vaccination curative avec 4 injections à J-0, J-3, J-14, J-30, avec rappel à J-90.
  • Si le sujet est vacciné depuis plus d'un an et moins de trois ans, on procède à 3 injections à J-0, J-3, J-7.
  • Si le sujet est vacciné depuis moins d'un an, on peut se contenter de la mise en observation de l'animal.



  • PREVENTION

    Chez l'animal

    Prophylaxie
    La rage est une M.L.R.C. (Maladie Légalement Réputée Contagieuse), soumise à déclaration obligatoire (Mairie et Services Vétérinaires).

    Sanitaire : pour la rage canine en zone indemne, le principe est d'empêcher l'importation d'un animal en incubation.
    En zone infectée, on limite la rage canine par la capture des chiens et chats errants, le contrôle strict de la circulation des chiens et chats domestiques et de leur importation.
    Pour la rage des animaux sauvages (terrestres et chiroptères), en toute zone, le but est de diminuer la densité de la population de l'espèce vectrice locale, ou parfois de vacciner.

    Médicale : (travaux de Pasteur, Chamberland, Roux et Thuillier). La vaccination est prise en compte dans la législation : vaccins préparés à partir de tissus nerveux, à virulence résiduelle (type Fermi) ou inactivés (type Semple) ; vaccins à virus avianisés (type Flury LEP et HEP, type Kelev) ; vaccins préparés sur culture cellulaire à virus inactivé ou modifié (Souche ERA) ou sur lignées cellulaires (vaccin IFFA à usage animal, vaccin de l'institut Mérieux produit sur cellules VERO à usage humain).
    Vaccination orale des renards (incluant vaccins issus du génie génétique) pratiquée dans certaines zones d'enzooties françaises.
    En France seuls sont agréés les vaccins à virus inactivé.

    Contre-indications : animaux trop jeunes ou soumis à une thérapeutique immunodépressive.
    Attention à la vaccination des animaux en cours d'incubation.
    Les animaux vaccinés enragés sont considérés exactement comme des animaux enragés non vaccinés.

    Conduite à tenir :
    - face à un animal enragé : déclaration au maire et abattage sans délai (sauf mordeurs).
    - face à un animal vacciné puis contaminé : sacrifice (si animal non mordeur), ou injection vaccinale de rappel le plus tôt possible, et surveillance.
    - face à un animal suspect ou mordeur : déclaration obligatoire et mise sous surveillance.

    Au moindre doute, faire appel à un vétérinaire, seul habilité à pratiquer les examens, prélèvements et déclarations requis.


    Chez l'Homme

    Prévention pour l'élevage
    - privilégier l'utilisation d'animaux provenant d'élévages contrôlés.
    - utilisation d'animaux vaccinés.
    - mise en quarantaine des animaux sauvages avant leur introduction dans l'animalerie.
    - surveillance clinique des animaux de laboratoires.

    Prévention pour l'Homme

  • Prévention individuelle
    Port de gants résistant aux morsures (Kevlar).

    Port de masque chirurgical pour le nettoyage des cages et le changement de la litière.

  • Prévention médicale
    Désinfection des blessures : lavage immédiat à l'eau et au savon de Marseille suivi de rinçages soigneux.
    Trempage dans l'eau de Javel diluée au 1/10° (2 cp dans 1 litre d'eau) pendant 10 min.

    On recommande une vaccination systématique pour le personnel manipulant des animaux d'origine non contrôlée et non vaccinés.
    Le vaccin comporte deux injections à un mois d'intervalle et un rappel à 1 an et ensuite tous les trois ans (vaccin produit sur culture de cellules diploïdes humaines) ou selon les résultats des sérologies de contrôle.
    Rappel obligatoire si suspicion de contamination intercurrente.

    Elle peut être reconnue comme maladie professionnelle sous certaines conditions, si elle répond aux conditions requises par le tableau n°56 du régime général.



  • Principales références
    - Acha P.N.; Szyfres B.: Zoonoses et maladies transmissibles communes à l'Homme et à l'animal. O.I.E. 1989.
    - La Rage, polycopié des services des Maladies Contagieuses des E.N.V. françaises. Sept. 1993.
    Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente