Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
Parvovirus B19

Le parvovirus B19 (a été appelé SPLV = Serum Parvovirus-like virus, HPV = Human Parvovirus, puis Parvovirus B19) est un virus strictement humain qui se transmet par voie respiratoire, transfusionnelle ou materno-foetale et entraine de petites épidémies en milieu scolaire, printemps et hiver.
La contagiosité est importante ( 50 % ) .
Virus lytique pour les précurseurs érythroïdes et toxicité pour les leucocytes et les thrombocytes et possède donc un tropisme marqué pour le globule rouge.
Les infections sont très souvent asymptomatique. Répandu dans le monde entier; 40 % des adultes de 20-30 ans sont porteurs d'anticorps spécifiques (séroprévalence chez les personnes de plus de 50 ans : > 60 %). NB : Infections suppuratives : néant. Infections cutanées, sous-cutanées et muqueuses : mégalérythème épidémique : 5ème maladie de l'enfant (primo-infection chez l'enfant) : rash maculo-papuleux, érythème spectaculaire de joues puis des membres, en dentelles. Infection de plaies : néant. Infections de la sphère ORL : rhinopharyngite peut être associée au mégalérythème épidémique. Infections oculaires : néant. Infections urinaires et rénales : néant. Infections ostéoarticulaires : manifestations articulaires : polyarthrite bilatérale d'installation brutale (primo-infection chez l'adulte). Virémie : néant. Infections pulmonaires : néant. Infections neuro-méningées : néant. Infections des séreuses : néant. Infections intestinales : néant. Toxi-infections alimentaires : néant. Chocs : néant. (http://lyon-sud.univ-lyon1.fr/bacterio-viro/DESLYON/Fiches/chapitre2/Parvovirus_B19.html)

Voir également Les dermatoses virales (rougeole, rubéole, roséole, etc..)

Parvovirus B19 et maladies auto-immunes
Olivier Meyer
Service de rhumatologie, hôpital Bichat, 46, rue Henri-Huchard, 75018, Paris, France
December 2002.
Résumé

Le parvovirus B19 (PV B19) est responsable de nombreux tableaux cliniques dont les plus fréquents sont le mégalérythème, la crise érythroblastopénique des anémies hémolytiques et l'hydrops fœtalis. Une polyarthrite et des polyarthralgies accompagnent, chez l'adulte jeune, l'éruption cutanée dans 60 % des cas. Les signes prédominent aux extrémités et s'amendent habituellement en une semaine (extrêmes 2 à 21 j). Le diagnostic est affirmé sur la sérologie IgM anti-PV B19, affirmant le caractère récent de l'infection.

Des tableaux de polyarthrite plus prolongée sont parfois observés, sans doute liés à la présence d'allèles d'histocompatibilité DR4. Certaines de ces formes s'accompagnent de la présence transitoire de facteurs rhumatoïdes. D'autres auto-anticorps sont produits à la suite d'une infection à PV B19 tels des anti-noyaux, des anti-ADN, des anti-SSA/SSB, des anti-phospholipides. Outre le fait que l'infection aiguë à PV B19 puisse simuler une PR débutante ou un lupus systémique (éruption des joues en forme de lupus, cytopénie,...), de rares observations de PR érosives ou de lupus succédant à une infection à PV B19 ont été rapportées avec isolement d'ADN de PV B19 dans les tissus synoviaux ou les cellules sanguines par des méthodes de PCR.

Les études portant sur de grandes séries laissent penser que cette étiologie parvovirale est très accessoire. Des vascularités touchant les petits vaisseaux (purpura rhumatoïde, maladie de Wegener), les vaisseaux de moyen calibre (PAN) et de gros calibre (maladie de Horton) peuvent succéder à une infection à PV B19. Il s'agit également de cas cliniques peu nombreux.
Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente