Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
L'OMS préconise de nouvelles thérapies anti-paludéennes en Afrique
OMS Avril 2002

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a recommandé jeudi aux pays, principalement africains, affectés par le paludisme d'adopter de nouvelles associations thérapeutiques, dérivées d'une plante chinoise, de préférence à des médicaments bon marché ayant perdu leur efficacité.

Les Etats africains veulent sauver d'ici à 2010 la vie de la moitié des 800.000 jeunes enfants victimes chaque année de cette maladie. Mais la pharmacorésistance accrue des médicaments les plus couramment disponibles et les moins chers, comme la chloroquine, rend cette lutte vouée à l'échec, a relevé l'agence des Nations unies.

Le parasite est ainsi devenu résistant à la chloroquine, qui avait sauvé des millions de vies durant des décennies en Afrique.

Les nouvelles associations thérapeutiques, à base d'artémisinine (ACT, artemisinin-based combination treatment), dérivées en partie d'une plante chinoise, éliminent le parasite très rapidement, et permettent au malade de récupérer vite, avec peu d'effets secondaires, affirme l'OMS.

L'OMS a décidé d'ajouter l'une de ces associations médicamenteuses (artéméther/lumefantrine) à sa liste des médicaments essentiels prioritaires dans le monde. Ce médicament, connu sous son nom de marque Coartem, est le seul qui associe dans un même comprimé un composé de l'artémisinine et un autre composé.

Cette recommandation a été faite à l'occasion de la Journée du paludisme en Afrique.
L'agence de l'ONU recommande que les pays entament la transition vers les ACT dès que les niveaux de résistance dépassent 15%, et que le changement soit opéré avant que la résistance n'atteigne 25%.

"Le nouveau message de l'OMS est un pas en avant. Maintenant nous demandons à l'OMS de présenter clairement la manière dont elle prévoit de soutenir l'introduction rapide des ACT dans les pays à hauts niveaux de résistance", a déclaré son directeur pour l'accès aux médicaments essentiels, Bernard Pécoul, demandant une mobilisation de fonds.

Ces combinaisons ont été utilisées depuis des décennies avec succès en Chine, et depuis plus de dix ans en Asie du Sud-Est, a noté MSF.

En 2001, dans le Kwazulu Natal (Afrique du sud), l'adoption de mesures préventives et le traitement ACT ont réduit le nombre de morts dus au paludisme de 87% par rapport à 2000, selon cette ONG.

Le nouveau Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme a décidé de financer des actions proposées pour faire reculer le paludisme à Zanzibar et en Zambie, et notamment l'achat et l'utilisation progressive des nouvelles ACT.
Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente