Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
LES PIQURES D'INSECTES
Copie locale de http://www.mit.ap-hm.fr/conseils/insectes/bas.html
Copyright © 2000 AP-HM
Dernière mise à jour : 06/12/2000


LES PIQURES DE MOUSTIQUES


Les moustiques sont des insectes cosmopolites qui peuvent transmettre de nombreuses maladies et notamment le paludisme. Les mesures de protection contre les piqûres de moustiques constituent la première ligne de défense contre la maladie. Elles prennent encore plus d'importance lorsqu'elles concernent les sujets qui ne peuvent pas bénéficier d'une chimioprophylaxie suffisamment efficace (jeunes enfants, femmes enceintes, etc.,…).

MESURES DE PROTECTION

• Le moustique transmettant le paludisme (de l'espèce Anopheles) pique essentiellement de la tombée de la nuit au lever du soleil, avec une activité maximale entre 22 heures et 4 heures du matin. Les mesures de protection contre les piqûres doivent être maximales lors de la période d'activité du moustique.

• Lors de sorties ou d'activités vespérales ou nocturnes, il est conseillé de couvrir au maximum les parties du corps, en portant des vêtements de couleur claire, à manches longues serrées au col et aux poignets et des pantalons longs serrés aux chevilles. Le tissu des vêtements devra être assez épais car le moustique peut piquer au travers de tissus trop fins. Il est également conseillé de porter des chaussettes assez épaisses et des chaussures fermées.

• Des répulsifs (ou repellents ou insectifuges) seront appliqués sur les parties découvertes du corps y compris le visage. Les répulsifs ayant prouvé leur efficacité contiennent de l'éthylhexanediol (EHD) ou du diéthyltoluamide (DEET) ou du diméthylphtalate (DMP) ou du N-butyl-N-acétyl-3-éthylaminopropianate (35/35). En général, il est conseillé de renouveler l'application cutanée du produit toutes les 3 à 4 heures.

• Il faut séjourner dans des demeures en bon état, bien protégées par des moustiquaires hermétiques, présentes à toutes les ouvertures, y compris les bouches d'air conditionné. En l'absence de moustiquaires intactes aux portes et fenêtres, ces dernières seront si possible, fermées dès le coucher du soleil. La présence d'une climatisation ne doit pas dispenser de ces mesures de protection : bien que le froid diminue l'agressivité des moustiques, il ne les empêche pas de piquer.

• Il est conseillé d'utiliser des insecticides à l'intérieur des habitations voire à l'extérieur si nécessaire. Les insecticides les plus efficaces sont ceux contenant des pyréthrinoïdes.

• En cas d'impossibilité de dormir dans des endroits bien protégés, il faut utiliser une moustiquaire. L'efficacité optimale par la moustiquaire s'obtient :

• D'une part, en vérifiant l'intégrité de la moustiquaire :

  • cette dernière ne doit comporter aucune déchirure ou ouverture quelconque.
  • Les côtés de la moustiquaire doivent être glissés sous le matelas ou toucher le sol afin qu'aucun insecte ne puisse passer
  • S'assurer qu'aucun insecte n'est retenu à l'intérieur de la moustiquaire
  • La protection mécanique due à la moustiquaire peut être augmentée par une imprégnation par de la perméthrine ou par de la deltaméthrine. Cette imprégnation peut se faire soi-même, mais il existe sur le marché des moustiquaires déjà imprégnées et prêtes à l'emploi.
  • Les berceaux, lits d'enfants, sièges relax pour bébés doivent également être protégés par des moustiquaires adaptées facilement trouvables dans le commerce (magasins spécialisés dans la vente de matériel pour le camping, les randonnées, pharmacies, …).

LES REPULSIFS
Il existe plusieurs types de répulsifs anti-insectes dans le commerce : ils repoussent non seulement différentes espèces de moustiques (Anopheles, Aedes, Culex) mais également d'autres insectes comme les poux, les tiques, les glossines, les taons, les fourmis et certains arachnides.

Ceux qui ont prouvé leur efficacité contiennent :
- ou de l'éthylhexanediol (EHD),
- ou du diéthyltoluamide (DEET),
- ou du diméthylphtalate (DMP),
- ou du N-butyl-nacétyl-3-éthylaminopropianate (35/35).

La concentration en produit actif des différents répulsifs est variable. Une teneur élevée en produit actif n'entraîne pas une efficacité accrue mais une durée d'efficacité plus longue. Il est à noter que dans une même marque, la concentration en produit efficace peut varier selon la présentation du produit (stick, lait, crème ou spray).

                     Efficace à partir d'une concentration de  
EHD
30 à 50 % Spécialement efficace contre les anophèles
DEET 35 à 50 %  
DMP 40 %  
35/35 20 %  
Dans tous les cas, les recommandations du fabricant doivent être scrupuleusement suivies. Le produit ne doit pas être mis en contact avec les muqueuses buccales, oculaires ou appliqué sur une peau lésée (plaies, éraflures,…).

Des précautions particulières doivent être prises vis à vis des jeunes enfants en raison d'une absorption cutanée plus importante du produit due à la finesse de leur peau et de leur petite corpulence. Il est donc conseillé :

• d'utiliser des produits ayant la plus faible concentration efficace en produit actif,
• de laisser le moins longtemps possible le produit sur la peau : dès que l'enfant n'est plus exposé au risque de piqûres de moustiques, il est préférable de le laver afin d'ôter toute trace du produit.
• Par ailleurs, il faut savoir que l'innocuité n'est pas établie en cas d'utilisation chez les enfants de moins de 2 ans.
• Pour les jeunes enfants, il est conseillé d'utiliser de l'éthylhexanediol à la concentration de 30 %.

L'application du produit doit se faire sur l'ensemble des parties du corps qui sont exposées, y compris le visage et les parties qui sont découvertes lors des mouvements, ce dès le coucher du soleil. En fonction de la concentration du produit et de la transpiration du sujet, les applications cutanées seront renouvelées toutes les 2 à 5 heures.

La pulvérisation du produit sur les vêtements est possible mais son efficacité est de faible durée (environ deux heures) car le produit
est volatile et thermolabile. Les répulsifs cutanés sont contre-indiqués chez la femme enceinte.

LES INSECTICIDES
Ils doivent être utilisés en complément, associés aux autres moyens de protection. Les insecticides de référence sont les pyréthrinoïdes de synthèse (perméthrine ou deltaméthrine). Ils peuvent être utilisés de multiples manières :
- Ils peuvent être utilisés dans l'imprégnation des moustiquaires, voire des vêtements. Dans ce cas, l'imprégnation est efficace 6 mois.
- Ils peuvent être trouvés sous la forme de tortillons fumigènes (durée d'action de 6 à 8 heures en l'absence de courants d'air), sous forme de diffuseurs électriques (durée d'action de 8 à 10 heures en pièce close) ou sous forme de bombes insecticides (durée d'action fonction de la durée de pulvérisation).


LES PIQURES DE TIQUES
Les tiques sont des insectes cosmopolites. Elles sont les vecteurs de nombreuses maladies bactériennes, virales ou parasitaires, dont
les principales sont :

• la maladie de Lyme,
• la fièvre pourprée des montagnes Rocheuses,
• la fièvre boutonneuse méditerranéenne,
• la tularémie,
• l'ehrlichiose humaine,
• la babésiose,
• les fièvres récurrentes à tiques,
• les encéphalites à tiques,
• la fièvre hémorragique de Crimée-Congo,
• la fièvre de la forêt de Kyasanur
• la fièvre africaine à tiques,
• la fièvre de Queensland,
• la fièvre de la vallée du Rift.

En climat tempéré, le risque de morsure de tiques est important au printemps et en été. Les mesures de prévention contre les
morsures de tiques se basent sur quelques conseils simples :

• Il faut éviter de passer au travers de hautes herbes, buissons et arbustes, …
• Il est conseillé de porter des vêtements de couleur sombre, recouvrant au maximum les parties du corps et notamment les parties inférieures. Le bas des pantalons doivent être glissés à l'intérieur des chaussettes ou des bottes.
• Il est conseillé de pulvériser des insecticides à base de perméthrine à 0,5 % sur les vêtements et notamment sur le pantalon.
• Au retour de chaque promenade (ou au mieux, toutes les 3 à 4 heures) dans une zone à risque, il est nécessaire d'inspecter soigneusement la peau afin d'ôter toute tique. Le risque de contracter une maladie de Lyme ou une fièvre boutonneuse augmente lorsque la tique reste attachée plus de 24 heures sur le sujet.
• Lors de campements dans des zones à risque, il est conseillé de dormir sur des lits de camps surélevés et sous des moustiquaires.

En cas de tique retrouvée fixée sur la peau, il est nécessaire de prendre quelques précautions pour ôter l'insecte :

• Utiliser une pince à épiler ou une pince à bouts émoussés
• Attraper l'insecte le plus près possible de la surface de la peau et le tirer vers le haut en exerçant une pression constante.
• Prendre bien soin de ne pas comprimer ou écraser la tique.
• Après avoir ôté l'insecte, il faut soigneusement désinfecter le site de piqûre avec un antiseptique efficace et se laver les mains avec de l'eau et du savon.


LES PIQURES D'AUTRES INSECTES

En dehors des moustiques et des tiques, de nombreux autres insectes peuvent également piquer et être ainsi à l'origine de diverses maladies. Certaines mesures de protection utilisées contre les piqûres de moustiques ou de tiques sont efficaces contre d'autres insectes. Nous donnons ci-dessous quelques conseils généraux à combiner avec les mesures de protection précédemment décrites. Par ailleurs, les piqûres d'insectes peuvent être à l'origine de réactions locales plus ou moins intenses. En règle générale, ces réactions disparaissent spontanément en quelques jours ; en cas de prurit important, il est possible de prendre des antihistaminiques. L'utilisation de pommades antihistaminiques est déconseillée en raison du risque non négligeable de photosensibilisation. En dehors des réactions locales certaines personnes peuvent développer une hypersensibilité.

MESURES GENERALES COMMUNES
Eviter les activités extérieures se déroulant du crépuscule à l'aube pour les insectes les plus actifs à ces moments (certaines espèces de moustiques, les phlébotomes (responsables de la transmission des leishmanioses)).
Certaines espèces de moustiques piquent le jour, les mesures générales de protection doivent également être appliquées dans la journée. Eviter également les siestes sans protection (moustiquaires), éviter les lieux sombres extérieurs en fin d'après-midi.
Eviter les parfums, éviter de porter des vêtements de couleur éclatante qui peuvent attirer certains insectes.
Ne pas marcher pieds nus, surtout la nuit ; éviter les promenades dans les hautes herbes, les broussailles ou les régions boisées.
Porter des vêtements longs, de façon à couvrir au maximum les diverses parties du corps.
Dormir sous des moustiquaires correctement utilisées (pas de déchirure, côtés des moustiquaires glissés sous le matelas ou tombant bien sur le sol, s'assurer de l'absence d'insectes à l'intérieur de cet espace clos)
L'utilisation de répulsifs à base de perméthrine sur les vêtements, les toiles des tentes, les moustiquaires, les chaussures, permet d'augmenter la protection.
Utiliser des répulsifs à base de DEET (de préférence de concentration entre 20 et 35%) sur la peau, à appliquer de façon fréquente, surtout en cas de transpiration ou de bain.
Utiliser des insecticides à l'intérieur des habitations.
En zone de végétation dense : porter des chaussures fermées, des pantalons longs.
Repasser au fer chaud le linge lavé et mis à sécher dehors afin d'éliminer toute larve d'insecte déposée dessus (Voir "Myiases").
MOUCHES TSE-TSE
Appartenant au genre Glossina, elles sont les vecteurs de la trypanosomiase africaine ou maladie du sommeil. Cette maladie, au pronostic sévère, se rencontre en Afrique tropicale entre 15° de latitude nord et 20° de latitude sud. Elle est en pleine expansion en Afrique Centrale en raison du manque de contrôle de son vecteur et de la désorganisation des services de santé.

L'habitat de la mouche tsé-tsé est essentiellement localisé dans les zones rurales ; elles vivent dans les savanes arbustives ou sèches, parmi la végétation dense qui se trouve le long des cours d'eau des forêts. Elles piquent surtout le jour et sont attirées par les couleurs sombres ou contrastées. Les répulsifs ont peu d'effet sur elles.

Pour se protéger de leur piqûre, il convient donc de :

• Porter des vêtements longs, couvrant au maximum le corps, jusqu'aux poignets et chevilles. Le tissu du vêtement doit être assez épais (la mouche tsé-tsé peut piquer au travers de vêtements fins), sa couleur doit être neutre et se confondre aux couleurs du paysage.
• Les zones infestées par ces mouches sont généralement connues des populations locales : se renseigner sur place et éviter ces zones.
REDUVES

Il s'agit de punaises hématophages, vecteurs de la trypanosomiase américaine ou maladie de Chagas. Cette maladie est localisée en Amérique centrale et en Amérique du sud (à l'exception de la Guyane, du Surinam et des îles Caraïbes).

Ces insectes infestent en général les crevasses et fissures des murs ou des sols des constructions en boue, en briques fabriquées à partir de paille séchée, en chaume. Ils piquent la nuit et leur piqûre n'est, en général, pas douloureuse.

Il convient donc :
• D'éviter de passer la nuit dans ce type d'habitations.
• D'utiliser des insecticides et de dormir sous des moustiquaires.

SIMULIES

Il s'agit d'un petit moucheron responsable de la transmission de l'onchocercose. Les simulies piquent le jour et sont rencontrées le long des cours d'eau à courant rapide en Afrique intertropicale, en Amérique centrale et du sud (Colombie, Equateur, Venezuela).

Il convient :
• D'éviter les zones à risque, connues des populations locales.
• D'appliquer les mesures de protection générales.

Copyright © 2000 AP-HM - Tous droits réservés. Dernière mise à jour : 06/12/2000