Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
H.I.V - PRIMO-INFECTION
Synthèse Dr H. Raybaud 15/09/1998
Source: Sécrétariat d'état à la sante - Avril 1998

Voir la MAJ 2008 / HAS [Lire]

Le diagnosctic trés précoce des primo-infections symptomatiques présente un intérêt majeur en permettant une prise en charge rapide par des traitements ayant un impact significatif sur le développement de l'infection.

D'autre part, un patient asymptomatique peut venir consulter sur une " prise de risque ", généralement sexuelle mais également un partage de seringue, blessure sur un soin, etc.... La question du " traitement antirétroviral aprés exposition ". va se poser.Il n'est plus réservé aux contaminations professionnelles et nécessite de diriger le patient vers un service d'urgence ou un praticien hospitalier référent. Son succés est conditionné par la précocité de la mise en route (au plus vite, au mieux dans les 12 heures, au pire dans les 48 heures) et la stricte observance
En pratique, l'évaluation du risque peut être difficile et - pour le moins - un contact téléphonique avec le référent une sage attitude
Quelle que soit la décision, la prise en charge doit intégrer des dimensions thérapeutiques, sociales et psychologiques.

SEMIOLOGIE
Les signes cliniques débutent généralement vers le 15ème jour aprés la contamination. mais sont peu spécifiques.
$ pseudo-grippal ou $ pouvant évoquer une MNI
---- Fièvre, céphalées, asthénie
---- Eventuellement : éruption cutanée (rash), ulcérations des muqueuses buccales ou génitales
---- Adénopathies multiples multiples apparaissant dans la seconde semaine d'évolution.
---- Diarrhée et candidose orales moins fréquentes mais évocatrices
---- Les formes neurologiques précoces, plus rares, sont parfois graves
L'évolution se fait sur plusieurs semaines

BIOLOGIE
  • L'antigénicité p24 est le test de référence du diagnostic de primo infection.
    Il est présent dans 90% des cas dés J14 et précède donc l'apparition des anticorps de 8 à 30 jours
    l'agP24 disparait au bout de 10 jours quand apparaissent les anticorps
    Sa positivité conduit à une hospitalisation dans un centre spécialisé.
  • Associer une récherche d'Anticorps anti-HIV par un test Elisa . Sa positivité est possible dés J22-26 aprés la contamination. Il doit être confirmé par un Western blot. Il n'est pratiqué qu'à titre de référence. Sa négativité dans cette phase précoce n'est pas décisionnelle.
  • NB : la recherche d'ARN HIV n'est pas indiquée dans cette phase de diagnostic. Elle sera effectuée dans le bilan pré-thérapeutique et le suivi du patient
BIOLOGIE POSITIVE
Hospitalisation rapide dans un service spécialisé.

BIOLOGIE NEGATIVE
La négativité des 2 tests ( agP24 et AC anti HIV) ne permet pas d'éliminer à 100 % une contamination
La vigilance, les conseils de prévention et un soutien psychologiques doivent être maintenus.
Seule une recherche d'anticorps anti-HIV par un test Elisa 3 mois aprés l'exposition au risque permettra d'affirmer un diagnostic de non contamination.
Question : La recherche d'ARN HIV permet-elle de raccourcir ce délai d'attente ? Seule la possibilité de faux-positifs semble avoir été signalée.

En cas de risque évalué important, la décision d'un " traitement antiviral aprés exposition " doit être prise et nécessite donc l'intervention d'un praticien hospitalier référent.
Pour plus d'informations : VIH Info soignants : 0 801 630 515
Voir également : Sida Infos
Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente