Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
Distomatoses - Fascioloses - Douves
trématode
Par aimable autorisation de Médecine Tropicale
Professeur Pierre AUBRY - Mise à jour le 24/09/2003

1. Introduction

Les distomatoses sont des maladies dues au développement dans l’organisme de parasites trématodes, vers plats : les douves ou distomes. Ce sont des antropozoonoses, communes à l’homme et à certains animaux, l’atteinte de l’homme étant occasionnelle et accidentelle. On distingue, en fonction de l’organe infecté, les distomatoses hépatobiliaires, intestinales et pulmonaires qui peuvent être contractées dans différentes régions du monde.

2. Distomatoses hépatobiliaires.

2.1. Fascioloses à Fasciola hepatica et à Fasciola gigantica <

2.1.1. Généralités
Les fascioloses sont dues au développement accidentel chez l'homme de Fasciola hépatica et de F. gigantica. La contamination se fait par l'ingestion de végétaux (cresson, mâche, pissenlit). Le cycle fait intervenir des animaux (bovins, ovins), des mollusques d'eau douce (limnées) et des végétaux. La fasciolose à F. hépatica est commune en Europe, la fasciolose à F. gigantica sévit en Afrique. Les tableaux cliniques sont comparables.
La pathogénie est due à la présence du parasite dans le foie et dans les voies biliaires (VB)
---- foie : période d'invasion, les larves perforent la capsule de Glisson
---- VB : après huit semaines dans le foie, les douves gagnent les canaux biliaires et après trois mois d'évolution pondent des œufs éliminés dans les selles.

2.1.2.Clinique
2.1.2.1. Phase d'invasion : manifestations dues à la migration intra-hépatique des larves :
- forme aiguë typique d'hépatite toxi-infectieuse : hépatomégalie modérée, douloureuse, fébrile (38°C, 39°C)
- formes aiguës atypiques : cutanées, respiratoires (authentique syndrome de Loëffler décrit), cardiaques, neurologiques, de nature immuno-allergique
- formes aiguës ectopiques : localisation des larves au niveau des tissus sous-cutanés, réalisant des lésions nodulaires.

L'échographie abdominale peut montrer des petits granulomes intra-hépatiques : zones mal limitées hypo ou hyper échogènes ou mixtes. La tomodensitométrie est l'examen le plus contributif : lésions nodulaires hypodenses ou aires hypodenses en tunnels ramifiés.

2.1.2.2. Phase d'état :
accidents d'obstruction biliaire dus à la présence des adultes dans les VB et à l'infection qui en résulte : angiocholite aiguë, épisodes pseudo-lithiasiques, poussées de pancréatite.
L'échographie montre des images intra-vésiculaires échogènes, à centre hypo-échogène, « en anneaux olympiques », et des images hyper-échogénes de la voie biliaire principale sans cône d'ombre. La cholangiographie intra-veineuse ou rétrograde met en évidence des lacunes à contour dentelé des voies biliaires.

2.1.3. Diagnostic
- non spécifique : hyperleucocytose de 10 000 à 40 000 avec hyperéosilophilie importants : 50 à 70%
- parasitologique (selles, liquide duodénal à partir du 3ème mois),
- sérologique (IFI, ELISA, immuno-éléctrophorése (arc 2 spécifique de F. hépatica) : diagnostic fidèle (95% des cas) et précoce à partir du 20ème jour.

2.1.4. Traitement
L'efficacité du traitement est supérieure à la phase d'invasion : 3 médicaments
- praziquantel (BILTRICIDEâ) : 75 mg/kg/j x 7 jours
- bitionol (BITINâ) : 30 mg/kg/j x 20 à 30 jours
- triclobendazole (FAZINEXâ) : 10 mg/kg, une prise (le plus éfficace et le mieux toléré).

Le traitement endoscopique ou chirurgical est justifié en cas d'obstruction de la VBP.

2.1.5. Prophylaxie
Interdiction de la consommation de crudités sauvages

2.2. Distomatose à Dicrocoelium dendriticum ou Dicrocoellose

Exceptionnelle. Cosmopolite. Cycle : animaux (ovins), mollusques, fourmis, contamination par ingestion de baies ou fruits avec les fourmis. Elle peut être la conséquence de la consommation de foie parasité, avec transit des œufs : c'est un pseudo-parasitisme humain

2.3. Distomatose à Clonorchis sinensis ou Douve de Chine ou à Opistorchis felineus ou à Opistorchis viverrini ou Opistorchiases :

2.3.1. Cycle : animaux (chiens, chats), mollusques, poissons d’eau douce
l’homme se contamine en ingérant des poissons crus ou insuffisamment macérés (cycle biologique fermé : hommes - déjections dans les eaux, poissons, hommes). Maladie du sud-est asiatique, rencontrée chez les immigrés, les voyageurs. Dans le tube digestif, les larves libèrent des douves qui remontent directement les voies biliaires jusqu’aux canalicules biliaires. Un mois après la contamination, les douves commencent à pondre.

2.3.2. Clinique
- phase de migration : asymptomatique, hyperéosinophilie sanguine
- phase d’état : angiocholite, pancréatite, adénomatose : cholangiocarcinome
Intérêt de l’échographie et de la cholangiographie percutanée ou rétrograde

2.3.3. Diagnostic
- parasitologique : œufs dans les selles
- sérologique à la phase précoce

2.3.4.Traitement :
praziquantel (BILTRICIDEâ) : 75 mg/kg/j x 3 jours
3. Distomatoses intestinales à Fasciolopsis buski ou à Heterophyes heterophyes ou à Métagonimus yokogawai

Distomatoses d’Asie, liées aux eaux. L’homme se contamine avec Fasciolopsis buski en consommant des végétaux aquatiques, avec Heterophyes heterophyes ou avec Métagonimus yokogawai en consommant des poissons. Les douves s’implantent sur la muqueuse intestinale et entraînent une diarrhée liquide. Le diagnostic est parasitologique. Le praziquantel est actif.

4. Distomatoses pulmonaires à Paragonimus westermanni ou à P. africanus ou à P. kellicoti ou Paragonimoses
4.1. Cycle :
animaux, mollusques, écrevisses, crabes d’eau douce.
Les larves ingérées franchissent le diaphragme te vont se loger dans les bronchioles où elles poursuivent leur maturation
Asie du sud-est (Laos), Afrique (Cameroun), Amérique latine

4.2. Clinique
Douleurs thoraciques, toux, expectoration rouillée, hémoptysies
A la radiographie thoracique : lésions bilatérales prédominants à droite à type d’opacités péri hilaires, d’infiltrats pulmonaires, de nodules et cavités. évoquant une tuberculose pulmonaire.
Possibles localisations aberrantes : péritoine, foie, tissus celluleux sous-cutané

4.3. Diagnostic :
- parasitologique : œufs dans l’expectoration, le LBA, les elles (œufs déglutis)
- sérologie

4.4. Traitement :
pratiquantel : 75 mg/kg/j x 3 jours
Références
- Becq-Giraudon B., Roblot F. Le Moal G., Landron C. Fascioloses . Encycl. Med. Chir., Maladies infectieuses, B-514-A-10, 2003, 10 p.
- Moyou-Somo R., Tagni-Zukam D. La paragonimose au Cameroun : tableaux radiocliniques et évolution sous traitement. Med . Trop., 2003, 63, 163-167.


Voir également http://www.bioltrop.org/08-diagparasito/distomatoses.htm
Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente