Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
Les tests tuberculinique
BEH n° 10-11 (18 mars 2003): Numéro thématique - Tuberculose en France : la situation aujourd'hui

Chez l’enfant

En Juin 2002, le comité technique des vaccinations s’est prononcé en faveur de la suppression , chez l’enfant, de la revaccination et des tests tuberculiniques post-vaccinaux de routine effectués dans le but de poser l’indication de la revaccination (absence de lien entre réaction tuberculinique et protection vaccinale).

Il faut supprimer tous les tests tuberculinique post vaccinaux effectués dans un but comparatif, ce qui permet de lever l’ambiguïté actuellement présentes entre test de suivi vaccinal et test de diagnostic d’infection tuberculeuse.

Par contre, il est important d’effectuer une IDR dans un but diagnostic dans le cadre de l’investigation autour d’un cas avéré ou du dépistage de l’infection tuberculeuse pour les enfants migrants en provenance de pays de forte endémie, quel que soit leur statut vaccinal.

. Chez l’adulte (le cas particulier des tuberculoses professionnelles)

Depuis Novembre 2002 a été adoptée la suppression de la revaccination des adultes tuberculino-négatifs soumis à une obligation vaccinale professionnelle (absence de donnée établissant l’efficacité d’une primo-vaccination ou d’une revaccination à l’âge adulte). A noter que la revaccination peut procurer un faux sentiment de protection et entraîner un défaut de vigilance à l’égard des règles d’isolement.

L’expérience américaine montre une meilleure efficacité de la vaccination (à l’âge adulte) du personnel de santé par rapport aux tests tuberculiniques annuels. Cette situation n’est pas superposable au modèle français ou s’agirait d’une revaccination.
Une prévalence plus élevée en France des tuberculoses multi-résistantes pourrait être un argument pour le maintien d’une revaccination du personnel de santé, mais ce n’est actuellement pas le cas (0,4 à 0,8% des cas).

La stratégie la plus efficace de contrôle des tuberculoses professionnelles réside dans un suivi clinique et tuberculinique régulier permettant la détection précoce des cas de tuberculose.

Pour le personnel arrivant d’un pays où ne se pratique pas la vaccination BCG, une IDR sera effectuée à l’inscription, suivi de la vaccination en cas de négativité.Pour le personnel arrivant d’un pays où ne se pratique pas la vaccination BCG, une IDR sera effectuée à l’inscription, suivi de la vaccination en cas de négativité.

En conclusion
  • Plus jamais de revaccination.
  • La seule indication du test tuberculinique (IDR et pas Monotest) est le diagnostic de l’infection et plus jamais le contrôle d’une vaccination.
  • La primo-vaccination chez l’enfant devrait être réservée aux régions et aux populations à risque avec de ce fait une surveillance rapprochée afin de dépister précocément les cas avérés.
  • La primo-vaccination chez l’adulte doit être réservé aux seuls migrants tuberculino-négatifs exerçant une profession à risque.
A terme, la primo-vaccination devrait être abandonnée.

BEH n° 10-11 (18 mars 2003): Numéro thématique - Tuberculose en France : la situation aujourd'hui
Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente