Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
Les pathologies inaugurales de sida, France, 2003-2010
Florence Lot (f.lot@invs.sante.fr), Josiane Pillonel, Roselyne Pinget,
Françoise Cazein, Pascale Bernillon, Marlène Leclerc, Lotfi Benyelles, Clara Da Costa, Caroline Semaille
Institut de veille sanitaire, Saint-Maurice, France

Résumé / Abstract

Cet article présente une description des pathologies inaugurales de sida les plus fréquentes entre 2003 et 2010, à partir de la notification obligatoire du sida.
Le nombre de cas de sida se stabilise autour de 1 500 cas annuels depuis 2007, en raison de la part importante des personnes ne découvrant leur séropositivité qu’au moment du diagnostic de sida et n’ayant pas pu bénéficier d’une prise en charge adaptée (6 personnes sur 10 en 2010).
Le délai médian entre la découverte de la séropositivité et l’entrée dans le sida est près de 2 fois plus court chez les personnes n’ayant pas bénéficié d’un traitement par rapport à celles qui en ont bénéficié (respectivement 5,9 et 10,2 ans).

La pathologie inaugurale la plus fréquente est désormais la pneumocystose pulmonaire, suite à une augmentation du nombre de cas depuis 2007. Les autres pathologies inaugurales de sida sont, par ordre de fréquence décroissante : la tuberculose, la toxoplasmose cérébrale, la candidose oesophagienne, la maladie de Kaposi et les lymphomes non-hodgkiniens.


Toutes ces pathologies ont diminué depuis 2003, notamment la tuberculose, en lien avec la diminution du nombre de cas de sida chez les personnes nées à l’étranger.

Même si ces données sur les personnes développant un sida ne constituent qu’un sous-échantillon très particulier de la population des séropositifs, elles montrent une fois encore l’importance d’un dépistage précoce.
Texte complet : BEH 43-44 / 29 novembre 2011
.
Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente