Accueil
Recherche
Nouveautés
Email webmaster
Sommaire général
Page précédente
Lyme disease: time for a new approach?
Liesbeth Borgermans, professor, Christian Perronne, professor, Ran Balicer,
professor, Ozren Polasek, professor, Valerie Obsomer, ecological and environmental risk expert6
[bmj.com] ----- [lymeneteurope.org]
La maladie de Lyme: temps pour une nouvelle approche?
Traduction par reseauborreliose.fr
[Lire]

La maladie de Lyme est la maladie vectorielle la plus commune en Amérique du Nord et en Europe, avec 300 000 nouveaux cas par an aux États-Unis et une estimation de 100 000 nouveaux cas en Europe chaque année. Ces chiffres sont susceptibles d’être sous-estimés du fait d’une déclaration des cas insignifiante et du non diagnostic de nombreuses personnes atteintes. Le changement climatique peut avoir contribué à une rapide augmentation des maladies transmises par les tiques disséminées par les oiseaux migrateurs infectés.

Sur Esculape
Dossier 2016 sur la Maladie de Lyme

"La grande imitatrice"

Diagnostic - Traitement
Alerte sanitaire ? Epidémie ? Controverse ?
[Lire]

Notre vision habituelle de la maladie de Lyme est qu’une morsure de tique est suivie par le développement d’une éruption type (érythème migrant). Après un traitement précoce avec une relativement courte prise d’antibiotiques, la plupart des patients se rétablissent.
Mais le test standard à deux paliers pour la maladie de Lyme est inadéquat dans les premiers stades, et de nombreux patients et médecins ne parviennent pas à en reconnaître les signes. Les patients qui présentent des stades avancés de la maladie peuvent également être écartés facilement parce que le test à deux paliers manque de sensibilité et ne peut pas distinguer entre les infections en cours et les infections anciennes. Dans le même temps, les raisons des échecs de traitement ne sont pas prouvées et, chez les patients avec ou sans sérologies positives, les symptômes systémiques ne sont pas déterminés. La plupart des patients se présenteront aux médecins de famille qui ont souvent peu d’alternatives lorsque le traitement initial se révèle infructueux.

Récemment, la communauté médicale a été collectivement poussée hors de ses certitudes sur Lyme par l’augmentation de preuves de la complexité de cette maladie multi-systémique. Pour compliquer les choses, certains patients développent des symptômes sur le long terme. La complexité est essentiellement liée soit à un manque de compréhension de la maladie soit à des éléments contradictoires. Beaucoup de questions attendent des réponses précises. Le témoignage de ces réponses - et en particulier celles qui éclairent l’interdépendance des différents paramètres -, pourrait engager dans la nécessité de reconsidérer le paradigme.

Des données récentes, mettant en lumière la façon dont les spirochètes du genre Borrelia échappent aux défenses immunitaires de leurs hôtes et survivent aux attaques d’antibiotiques, menacent les assurances actuelles sur la non-persistance de l’infection, un des points de discorde les plus importants dans la communauté médicale. La possibilité d’une infection chronique a des implications importantes pour le diagnostic, le traitement et les relations médecin-patient.

Nous avons besoin de plus de débats, nationaux et internationaux, sur la maladie de Lyme, appuyés sur un programme de recherche solide et un objectif de technologies biologiques de pointe. L’adoption de diverses stratégies de santé publique visant à accroître l’information sur les risques de la maladie de Lyme et l’accent mis sur les mesures préventives sont également importants. Pour conduire ce débat, les médecins de famille peuvent agir en tant que partenaires primordiaux aux côtés de spécialistes des maladies infectieuses et d’autres intervenants. Les discussions devraient inclure sociétés médicales nationales, médecins, groupes de défense de patients, institutions internationales de la santé, compagnies d’assurance, avocats, gouvernements, secteur médical privé, et revues scientifiques. Il faut des représentants de nombreux points de vue différents, prêts à montrer leur ouverture d’esprit.

Dans l’histoire médicale, des précédents, telle la reconnaissance tardive du rôle de ’Helicobacter pylori’ dans la "maladie de l’Estomac", ont montré les conséquences d’ignorer les résultats qui contredisent nos croyances sur une maladie. À une époque où l’attention aux patients est considérée comme la pierre angulaire d’une médecine intégrée de haute qualité, nous ne pouvons pas nous permettre de répéter les mêmes erreurs que dans le passé au détriment de nos patients.

La souffrance de beaucoup patients affectés nous oblige à en apprendre davantage sur cette maladie, et vite.

.
Accueil
Recherche
Nouveautés
Email webmaster
Sommaire général
Page précédente